Si j’avais 18 ans et 5 € dans la poche…

Si j’avais 18 ans et 5 € dans la poche jamais je n’irais chercher un job.

J’irais chercher un produit avec lequel je puisse m’identifier pour le vendre, pour commencer, à mes amis d’école et voisins.

Avec le temps, viendra la croissance, l’expérience, un stock, une logistique, plus de ventes, une meilleure compréhension des clients, de la recherche, du branding, du marketing, des investissements… 

Etc tout cela et beaucoup plus, à partir d’une activité au début petite et sans prétentions, d’un jeune encore sans grosses préocupations. 

Pourtant cela serait la clé pour avancer vers la conquête de mes rêves, de grands apprentissages, de nouvelles portes qui s’ouvrent, de nouvelles connections.

Sinon, ce même jeune de 18 ans, esclave du job d’un tiers, serait juste un numéro de plus dans la masse.

Pour vous qui n’aimez pas vendre

Pour vous qui n’aimez pas vendre : vous ne savez sûrement pas ce que veut dire le verbe « vendre ».
Cela n’est pas seulement désirer un échange entre un produit/ service et de l’argent.
Vendre c’est influencer, autrement dit faire en sorte que l’autre partie comprenne ou accepte notre idée, pensée, idéologie ou tout simplement notre désir.

Par exemple 2 enfants qui jouent : une souhaite arrêter de jouer alors que l’autre s’amuse beaucoup et ne veut pas arrêter.
Un des deux enfants devra céder et l’outil qui définira la continuation ou la fin du jeu c’est la vente !

image

Au boulot le leader doit conduire son équipe dans la même direction afin de réaliser ses objectifs.
Il y a seulement un outil pour cela : vendre ses idées !
C’est de cette façon que tous les membres seront unis avec le leader !

Être convaincu de ce que l’on raconte c’est la clé d’une bonne communication.

Nous vendons à chaque seconde.
Moi par exemple je suis en train de vous vendre l’idée que vous êtes un vendeur et que vous devez vendre beaucoup pour réaliser vos projets de vie.
Si vous n’êtes pas d’accord vous êtes en train de vendre à vous même la fausse idée que vous n’avez pas besoin de vendre quoi que ce soit à qui que ce soit.
Dans ce cas là vous êtes encore en train de vendre !

Que l’on le reconnaisse ou pas nous sommes tous des vendeurs !

Depuis que nous sommes bébés avec les pleurs et les cris comme arguments de vente !

C’est ainsi pour tout le monde, pour le mari avec sa femme, pour les médecins, les ingénieurs, les coiffeurs; que ce soit en pays libres, en dictature, en tribu indienne; qui vend le mieux son idée est celui qui ira le plus loin.

Que vous soyez d’accord ou pas je vous souhaite de bonnes ventes !

Pour arriver à vendre vos idées cliquez ici pour télécharger mon Ebook “Les 10 règles d’or secrètes du succès ».

Recette du succès – Partie 2

Voici la suite de la recette du succès avec les commentaires et observations du chef.

Après avoir présenté les ingrédients dans la partie 1, voici les informations supplémentaires.

dollars gateau

J’aimerais revenir sur la Distribution et c’est le point le plus important : il vous faut réaliser qu’il est impossible de survivre et de prospérer si vous n’apprenez pas à vous vendre, à vendre vos produits, services, idées et rêves.

C’est une vérité pour tout le monde, peu importe votre position. Voici un article là dessus : pour vous qui n’aimez pas vendre.

Vendre n’est pas un job, c’est ce que vous réalisez afin que les choses avancent !

L’histoire est faite d’exemples de businesses qui ont connu le succès durant des périodes de récession :

  • Ray Kroc acheta McDonalds durant la récession de 1953 pour en faire la plus grande entreprise de fast food au monde.
  • Walt Disney a déclaré faillite de nombreuses fois avant de développer la plus grande entreprise d’entertainment au monde; et qui a survécu à plus de 7 récessions.
  • Foot Locker a été crée avec un emprunt de $US 300 durant la grande récession de 23 ans.
  • Harland Sanders s’est efforcé durant 9 ans en vivant seulement avec les sous de la sécurité sociale à 65 ans pour créer KFC durant 2 récessions.

Concernant le timing du gateau: il suffit de voir le succès de Blablacar et d’Uber là où d’autres ont échoué à lancer le même service au même moment. Obtenir un nombre critique d’utilisateurs à un moment x est la clé pour la durabilité d’une entreprise.

Concernant le monopole du gateau, nous insistons dans nos bureaux de Bachelin Sena Venture Capital à San Francisco sur le fait que nous investissons dans des sociétés positionnées sur une grosse part de marché d’une niche. Un entrepreneur qui nous offre une présentation avec une petite part de marché d’un marché immense est tout de suite déclassé.

Bon appétit !