C’est moins risqué de créer sa boite que d’être employé.

Comme tout le monde j’ai été employé avec des contrats de court terme et en plus très mal payés. 
Et peu importe un bon diplôme car de manière générale les boîtes nous traitent toujours comme des numéros. Notre valeur ajoutée ? Que dalle. J’ai écris un article là dessus : comprendre la création de valeur pour chaque job. 

Ils nous remplacent en 2 secondes parce que notre job est automatisé et du coup le turnover est super élevé. Il y a de plus en plus de freelances dans le monde : d’un côté c’est bien, plus de liberté mais d’un autre côté la paie baisse. Il existe de plus en plus de jobs précaires dans le monde. 

C’est dur de trouver du boulot, dur de le garder et très dur de s’enrichir en tant qu’employé. Bien sûr les premiers employés de start ups s’enrichissent énormément mais c’est une minorité d’employés. 

En plus de cela : notre chef nous laisse-t-il prendre des initiatives ? Non c’est le contraire, il nous assomme de tâches ingrates. Nos collègues ? Les pauvres ils sont comme nous en fait, tristes, et suivent les règles qui maintiennent le troupeau dans un tout petit carré.

En tant qu’employé moi aussi je me suis tapé les transports publics bondés et le fait de devoir être assis devant son ordinateur toute la journée. C’était comme une prison avec des horaires pour la pause et le repas.

C’est plus risqué d’être employé que de créer sa boîte !

J’ai crée ma boîte et je me sens des milliards de fois mieux que quand j’étais employé. 

Pas de transports publics : je reste chez moi lors des embouteillages et je sors quand il n’y a personne. 

Je fais la grasse matinée car personne ne m’attend au bureau furax. 

Je vais au parc durant la semaine quand il n’y a personne. 

Mais au-delà du plaisir de vivre le lifestyle idéal c’est surtout le «plaisir financier» qui rapporte énormèment plus que quand j’étais employé. 

Et c’est moins risqué que d’être employé parce que cela dépend de moi et de personne d’autre. C’est moins risqué de prendre soi-même son avenir financier en main plutôt que de le laisser dans les mains d’une autre personne, d’une entreprise ou d’un gouvernement. 

C’est moins risqué de créer sa boite que d’être employé ! 

Ils veulent nous faire croire l’inverse pour que l’on continue à être des employés esclaves. Réfléchissez la-dessus !

Mon article est également disponible sur Gladiacteur.

Envoyez balader le bon sens !

Qu’est ce que le bon sens commun ?
Le bon sens est formé par l’ensemble des opinions, visions et valeurs adoptées par l’inconscient collectif.
C’est la voix idiote de la majorité qui vous envoie droit en enfer brûler votre âme dans la stagnation de la médiocrité.

Pour le bon sens il est commun d’être découragé à croire en innovation, en de nouveaux concepts différents de ceux hérités de générations en générations.
Le bon sens maintient la majorité à sa place dans un tout petit espace.
image

Le bon sens domine les esprits et ainsi les décisions.
De cette façon, les résultats sont mediocres et vont alimenter les thèses de l’impossibilité de changer de vie en mostrant par A+B qu’il n’est pas possible d’avoir des rêves de grandeur et qu’il n’est pas possible d’arriver à les réaliser.

Nous vivons à l’intérieur de ce maudit bon sens car nous pensons faussement qu’au moins avec lui nous sommes libres des grandes frustrations.
Pourtant connaissez vous quelque chose de plus frustrant que de maintenir vos propres rêves en cage et de vivre chaque jour avec vos plans B, C, D… Z ?

Qui a crée ce bon sens ?
Ce bon sens je l’envoie balader, que ce soit en famille, à l’école, à l’université, à l’église, au bar, à la plage et dans l’entreprise privée et publique du monde entier.

Qui a le courage d’envoyer balader le sens commun a beaucoup plus de chances de sortir de cette course de rats.
image

C’est la possibilité à chaque moment d’arrêter de courir après son ombre et de pouvoir enfin être le maître à bord de ses pensées.

Á chaque fois qu’un homme fait différemment du bon sens il est critiqué sévèremment.
Il sera vu comme un fou, un rêveur, un inconscient de la réalité etc.

Osez dire : «je vais larguer l’école» ou «je ne veux pas savoir de stabilité et je veux des bénéfices sans limites».
Osez dire : «je veux créer ma boîte». Osez dire : «je ne veux pas être avocat ou médecin car je veux être musicien».
Ou alors pour que la majorité vous traite d’idiot dites à tous «j’aime travailler».

Le bon sens est une prison.
S’il vous plaît ne préférez pas la stabilité à la possibilité de faire ce que vous aimez.

Le bon sens c’est la modalité dans laquelle l’esclave préfère un job et un salaire plutôt qu’un retour sur investissement.

La révolution se passe à chaque moment, devant chaque prise de décision, devant chaque choix.
image

Ceux qui se libérent du bon sens commun seront libres pour s’envoler.
Après des années oú ils ont été critiqués et méprisés du fait de leur courage de faire l’opposé de la masse, ils recevront alors les bravos de ceux qui suivent la dictature du bon sens.
Les jaloux perplexes qui diront que c’est de la chance.
Bah oui la chance…

Voici d’autres articles sur le même thème :
Les trucs les plus cool ne sont pas raisonnables
Je ne travaille plus depuis 2011