Les neurosciences expliquent que nous résistons au changement.

La chose la plus difficile pour notre cerveau c’est de commencer quelque chose qui est nouveau, différent, autrement dit en dehors de nos habitudes. C’est prouvé scientifiquement : le cerveau posséde un mécanisme de défense qui cherche toujours la stabilité en réduisant et simplifiant le plus possible le processus mental.

Qu’est ce que cela veut dire pour votre développement personnel et surtout pro ? 

La première et la plus simple des constatations : la résistance à la nouveauté et la tendance à conserver la modèle actuel. Les personnes ont peur de tester quelque chose de différent. Bien sûr il n’y a pas besoin de chercher de nouvelles perspectives toutes les secondes mais la vérité c’est que l’auto indulgence est dangereuse, dramatique dans le business et le développement personnel et pro.

Parcourir de nouveaux chemins est dangereux aussi oui mais rester sur place est encore plus dangereux surtout à notre époque où la vitesse des changements et des ruptures est extrèmement élevée.

Comme le disait Maquiavel : «Commencer une nouvelle chose c’est la chose la plus difficile au monde à mettre en oeuvre, la chose la plus compliquée statistiquement à obtenir des resultats positifs, et la chose la plus difficile à administrer.» Quels indicateurs de performance sont à suivre ? Quelle est la première action à réaliser et qui aura le plus de résultats ?

Soyez attentifs à ce modèle mental qui nous limite. Nous ne pouvons pas avancer là oú tout le troupeau va sans chercher à avoir une réflexion profonde sur les raisons qui nous poussent à avancer.

Il est nécessaire d’oser, d’être courageux, de sortir de notre zone de confort, de penser de façon différente pour percevoir le piège de l’auto indulgence et de la complaisance.

Comme le dit Fernando Pessoa, le piège de ne pas sortir de notre zone de confort c’est de “rester, pour toujours quelqu’un d’autre que nous même”.

Envoyez balader le bon sens !

Qu’est ce que le bon sens commun ?
Le bon sens est formé par l’ensemble des opinions, visions et valeurs adoptées par l’inconscient collectif.
C’est la voix idiote de la majorité qui vous envoie droit en enfer brûler votre âme dans la stagnation de la médiocrité.

Pour le bon sens il est commun d’être découragé à croire en innovation, en de nouveaux concepts différents de ceux hérités de générations en générations.
Le bon sens maintient la majorité à sa place dans un tout petit espace.
image

Le bon sens domine les esprits et ainsi les décisions.
De cette façon, les résultats sont mediocres et vont alimenter les thèses de l’impossibilité de changer de vie en mostrant par A+B qu’il n’est pas possible d’avoir des rêves de grandeur et qu’il n’est pas possible d’arriver à les réaliser.

Nous vivons à l’intérieur de ce maudit bon sens car nous pensons faussement qu’au moins avec lui nous sommes libres des grandes frustrations.
Pourtant connaissez vous quelque chose de plus frustrant que de maintenir vos propres rêves en cage et de vivre chaque jour avec vos plans B, C, D… Z ?

Qui a crée ce bon sens ?
Ce bon sens je l’envoie balader, que ce soit en famille, à l’école, à l’université, à l’église, au bar, à la plage et dans l’entreprise privée et publique du monde entier.

Qui a le courage d’envoyer balader le sens commun a beaucoup plus de chances de sortir de cette course de rats.
image

C’est la possibilité à chaque moment d’arrêter de courir après son ombre et de pouvoir enfin être le maître à bord de ses pensées.

Á chaque fois qu’un homme fait différemment du bon sens il est critiqué sévèremment.
Il sera vu comme un fou, un rêveur, un inconscient de la réalité etc.

Osez dire : «je vais larguer l’école» ou «je ne veux pas savoir de stabilité et je veux des bénéfices sans limites».
Osez dire : «je veux créer ma boîte». Osez dire : «je ne veux pas être avocat ou médecin car je veux être musicien».
Ou alors pour que la majorité vous traite d’idiot dites à tous «j’aime travailler».

Le bon sens est une prison.
S’il vous plaît ne préférez pas la stabilité à la possibilité de faire ce que vous aimez.

Le bon sens c’est la modalité dans laquelle l’esclave préfère un job et un salaire plutôt qu’un retour sur investissement.

La révolution se passe à chaque moment, devant chaque prise de décision, devant chaque choix.
image

Ceux qui se libérent du bon sens commun seront libres pour s’envoler.
Après des années oú ils ont été critiqués et méprisés du fait de leur courage de faire l’opposé de la masse, ils recevront alors les bravos de ceux qui suivent la dictature du bon sens.
Les jaloux perplexes qui diront que c’est de la chance.
Bah oui la chance…

Voici d’autres articles sur le même thème :
Les trucs les plus cool ne sont pas raisonnables
Je ne travaille plus depuis 2011

La soif de connaissances.

Questionner toute sa vie, apprendre et être curieux c’est pour moi essentiel. Vive l’inconnu, l’incompréhensible et le mystérieux ! Bien sûr cela fait peur mais c’est justement ce qu’il faut déchiffrer de gré ou de force dans nos vies.

Questionner sa vie 2

Les hommes d’affaires de succès lisent énormément pour penser c’est á dire pour s’inspirer, pour apprendre de nouveaux chemins, de nouvelles solutions et pour exercer leur créativité. Ils adoptent une attitude révolutionnaire au vue de la majorité :  être enfin à 100% dans le contrôle de tout ce qu’il se passe dans leur vie.

C’est cette attitude qui fait la différence !

Tout vient de là : de ce positionnement d’acteur et de réalisateur de notre vie et non de figurant ! Le fait d’être le maître à bord pour tout ce qui nous arrive et non dans une position de victime qui réclame et qui n’est pas satisfaite de ce qu’elle vit.

Être à 100% dans le contrôle de sa vie veut dire aussi contrôler ce que l’on écoute et ce que l’on voit : écouter des choses stimulantes, encourageantes et qui nous bousculent aussi en nous poussant à courir après nos rêves. Cela veut dire être entouré de personnes positives et qui partagent nos rêves. C’est valable aussi pour Facebook : suivre des personnes motivées et inspirées et non des gens tristes (déprimés ?) qui s’attristent sur leur sort et qui n’ont pas le courage d’oser, de tester et de faire de façons différentes.

Stimuler son esprit afin de créer l’envie et la soif de connaissances est le premier pas vers la conquête du succès.

Ton boulot ne te plaît pas alors fais autre chose car personne ne t’oblige à part toi même à rester avec une impression d’être planté comme un arbre. Ne restes pas fixé là et je t’en prie, n’aies jamais peur de suivre tes rêves. Qui n’a pas de rêves est mort. Il vaut mieux connaître des difficultés mais courir après ses rêves plutôt que d’être dans une situation confortable mais ne pas avancer du tout dans la poursuite de ce qui nous fait vibrer, ce qui nous excite et stimule véritablement nos vies.

Écouter ses désirs et ses rêves profonds, ces rêves d’une vie vécue pleinement est quelque chose que peu de gens font car ils s’habituent à se conformer à la tristesse de la non réalisation de leurs rêves. Chacun a des rêves, des souhaits, des envies, des projets à analyser, à questionner, à redécouvrir.

Nos rêves ne se realiseront pas dans un claquement de doigts oui c’est sûr : cela ne sera pas aussi rapide que d’allumer la télé. Mais cela commence par une attitude de questionnement sur comment faire peu à peu, chaque jour un petit peu plus près de notre objectif même s’il est à des milliers de kilomètres. Cela commence par écouter ses désirs et c’est ce positionnement d’acteur et de réalisateur de notre vie et non de figurant qui révolutionne toute notre vie à chaque instant ! Voilá comment la différence se crée entre un homme actif et créateur de son futur et un homme passif et victime de ce qui lui arrive.

La soif de connaissances est ce qui fait que l’on reconnaît un  homme non conformiste à un homme mouton mou endormi qui a enterré ses rêves. Bien sûr la mollesse n’a jamais été synonyme de succès…

Leonardo da Vinci
Leonardo da Vinci