Histoire du pouvoir sur 15 siècles par Olavo de Carvalho.

Après le démantèlement de l’Empire, les églises réparties sur tout le territoire sont devenues les substituts de l’administration romaine dispersée. Dans la confusion générale, alors que les formes d’une ère nouvelle étaient à peine visibles parmi les brumes du provisoire, les prêtres sont devenus notaires, auditeurs et maires.

Les graines de la future aristocratie européenne ont germé sur le champ de bataille, dans la lutte contre l’envahisseur barbare. Dans chaque village et paroisse, les chefs de communauté qui se sont démarqués dans l’effort de défense ont été récompensés par le peuple avec des terres, des animaux et des pièces de monnaie, par l’Église avec des titres de noblesse et l’onction légitime de leur autorité.

Ils devinrent de grands fermiers, des comtes, des ducs, des princes et des rois.

La propriété agraire n’a jamais été le fondement ou l’origine, mais le fruit de sa puissance, de son pouvoir militaire.

Le pouvoir d’une caste féroce et hautaine, enrichie par l’épée et non par la charrue. Une caste veillant à ne pas se mélanger aux autres, et de ne pas se consacrer à la culture de l’intelligence, bonne uniquement pour les prêtres et les femmes, ni aux travaux de la terre confiés aux serfs, pas même les affaires qui sont l’occupation des bourgeois et des juifs.

Pendant plus d’un millénaire, cette caste dirigea l’Europe par la force des armes, soutenu par le trépied de :

1) la légitimation ecclésiastique et culturelle,

2) l’obéissance populaire traduite en travail et en impôts,

3) le soutien financier obtenu ou extorqué aux marchands et aux banquiers en temps de crise et de guerre.

Son essor culmine et son déclin commence avec la fondation des monarchies absolutistes et l’avènement de l’État Nation.

Elle culmine parce que ces nouvelles formations incarnent le pouvoir de la caste guerrière à l’état pur, source d’elle-même par délégation directe de Dieu, sans intermédiation du sacerdoce, réduit à la condition subalterne de complice forcé et récalcitrant.

Mais c’est déjà le début du déclin, car le monarque absolu, issu de l’aristocratie, s’en démarque et doit chercher contre elle – et contre l’Église – le soutien du Tiers État, qui finit par devenir une force politique indépendante, capable d’intimider ensemble le roi, le clergé et la noblesse.

Si le système médiéval avait duré dix siècles, l’absolutisme n’en a pas duré plus de trois.

Le règne de la bourgeoisie libérale durera encore moins.

Un siècle de liberté économique et politique suffit à rendre certains capitalistes si formidablement riches qu’ils ne veulent plus se soumettre aux caprices du marché qui les a enrichis.

Ils veulent le contrôler, et les instruments pour cela sont au nombre de trois:

1) le domaine de l’État pour l’implantation des politiques étatistes nécessaires à l’éternisation de l’oligopole;

2) stimuler les mouvements socialistes et communistes qui favorisent invariablement la croissance du pouvoir étatique;

3) la régimentation d’une armée d’intellectuels qui préparent l’opinion publique pour dire adieu aux libertés bourgeoises et les faire entrer joyeusement dans un monde de répression omniprésente et obsessionnelle (s’étendant jusqu’aux derniers détails de la vie privée et du langage courant), et en plus présentée comme un paradis ornée à la fois de l’abondance du capitalisme et de la «justice sociale» du communisme.

Dans ce nouveau monde, la liberté économique indispensable au fonctionnement du système est préservée dans la stricte mesure nécessaire pour lui permettre de subventionner l’extinction de la liberté dans les domaines politique, social, moral, éducatif, culturel et religieux.

Avec cela, les mégacapitalistes changent la base même de leur pouvoir.

Il ne repose plus sur la richesse en tant que telle, mais sur le contrôle du processus politico-social.

Un contrôle qui, les libérant d’une exposition aventureuse aux fluctuations du marché, en fait une puissance dynastique durable, une néo-aristocratie capable de traverser les variations de fortune et la succession des générations, abritée dans le fief de l’État et des organisations internationales.

Ce ne sont plus des mégacapitalistes: ce sont des métacapitalistes – la classe qui a transcendé le capitalisme et l’a transformé en le seul socialisme qui ait jamais existé ou qui existera: le socialisme des grands maîtres et des ingénieurs sociaux à leur service.

Cette nouvelle aristocratie n’est pas née, comme la précédente, d’un héroïsme militaire récompensé par le peuple et béni par l’Église.

Il est né d’une prévoyance machiavélique fondée sur l’intérêt personnel et, à travers un faux clergé d’intellectuels subventionnés, se bénit.

Il reste à voir quel genre de société cette aristocratie auto-inventée peut créer – et combien de temps une structure si manifestement basée sur le mensonge peut durer.

Ce que l’intelligence artificielle nous dit de la fabrique de la désinformation. Par Peter Columns.

Aujourd’hui, nous baignons dans la désinformation permanente. Cette désinformation est principalement émise par les médias traditionnels, encore largement dominants dans la fabrique de l’opinion publique. Pourtant, il est très rare de pouvoir accuser directement un média traditionnel de fabriquer de fausses informations. Mais alors, comment se fabrique cette désinformation au quotidien?

De manière surprenante, l’Intelligence Artificielle nous donne beaucoup de réponses sur la psyché humaine et la façon dont les médias utilisent ses biais pour installer une fausse image de la réalité dans l’opinion publique majoritaire.

Table des matières :

  1. Comment l’industrie de la désinformation fonctionne t-elle?
  2. Comment est construit et maintenu cet imaginaire?
  3. Ce que l’Intelligence Artificielle nous apprend de l’humain.
  4. DeepDream, l’exemple d’un biais cognitif similaire à l’humain chez la machine.

1) COMMENT L’INDUSTRIE DE LA DÉSINFORMATION FONCTIONNE T-ELLE?

Prenez un fait entier, sans rien omettre, puis découpez-le en retirant tout ce qui représente une gêne pour vous. Puis, présentez ce découpage que vous aurez réalisé à vos téléspectateurs. Automatiquement, les trous que vous aurez laissés seront comblés à partir de l’imagination de votre auditoire. Mais de quoi est faite cette imagination? Elle est faite le plus souvent faite de préjugés que vous aurez instillé à votre public en amont.

La première chose à comprendre est qu’une information sera toujours par nature incomplète. Une information en soi est toujours stérile. Elle est une simple graine qui se déploie dans le cerveau de l’interlocuteur en puisant dans son imaginaire et ses connaissances déjà acquises. La communication repose toujours sur la faculté de l’individu à intégrer une information dans une toile plus vaste. C’est ce qui donne du sens aux choses, et c’est aussi la raison pour laquelle chaque personne interprétera de façon unique une seule et même information.

Dans le processus de la cognition, il est naturel de délivrer une information incomplète, souvent par manque de temps, en pouvant compter sur l’interlocuteur pour combler habilement tous les trous.

Il ne s’agit alors pas de biaiser l’information mais simplement de rendre le processus de communication le plus efficace possible en se reposant sur les facultés d’interprétation de l’interlocuteur.

Mais si l’on souhaite se tourner vers le domaine de la désinformation, c’est tout un processus que l’on peut souhaiter maitriser: à la fois l’information qui est délivrée mais aussi l’imaginaire qui recevra et interprétera l’information.

Il s’agit donc d’abord de réduire l’information considérablement. Un bon commencement est de retirer ou de changer les noms des criminels dans les faits divers, par exemple, afin de masquer toute origine ethnique des agresseurs.

Un tel processus se caractérise par une qualité d’information extrêmement pauvre. L’information est l’élément perturbateur dans le processus de désinformation. Issue de la réalité et très difficile à falsifier, réduire sa portée est donc une priorité pour le manipulateur.

Plus la qualité de l’information est réduite, plus l’imaginaire tient un rôle prépondérant, plus celui qui maîtrise cet imaginaire garde le contrôle global.

Ce procédé habile est le modus operandi dans les médias traditionnels. La rétention d’information est savamment orchestrée pour laisser faire l’imagination du public, un imaginaire que l’on garde sous contrôle par la répétition d’éléments de langage sans factualité.

2) COMMENT EST CONSTRUIT ET MAINTENU CET IMAGINAIRE?

Dans le cadre d’une manipulation, cet imaginaire est construit à partir de la somme des préjugés que vous aurez instillé à votre public en amont.

L’imaginaire des téléspectateurs est gardé sous contrôle de trois façons différentes.

A- L’utilisation de la fiction via les séries télévisés, les talkshows, les films, les romans, les spots publicitaires, les campagnes de prévention, etc. Il n’est pas rare non plus que parfois, la distinction entre la fiction et l’information ne soit plus faite. C’est ainsi le cas pour les très nombreux films ou livres français se présentant comme des “œuvres” décrivant une réalité par la fiction.

B- L’utilisation de l’effet de loupe. Très souvent, il est utilisé une petite sélection de profils triés sur le volet pour cacher une vérité statistique. L’imaginaire est ainsi construit à partir de cette infime sélection. L’effet de loupe se cumule souvent à l’utilisation de la discrimination positive. Les profils ne sont parfois pas simplement sélectionnés mais construits. Loin de vouloir servir une quelconque notion d’égalité, dont le principe de discrimination positive est la négation, ce type de dispositif vise la création de ce vivier réduit mais exploitable.

C- La répétition constante des mêmes omissions. Ce phénomène de renforcement créé la confiance de la personne dans l’information partielle auto-complétée qu’il a acquise. Le principe de répétition est essentiel car cet imaginaire se construit par renforcement. Parti de rien, il se gorge de ces faits découpés. Ainsi, il n’est pas rare de voir des gens nier la réalité des chiffres et des faits révélés, car ils auront toute cette inertie derrière eux.

Ainsi, de cette façon, vous pourrez diffuser sur vos antennes à longueur de journée des mensonges complets sans falsifier quoi que ce soit.

3) CE QUE L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE NOUS APPREND DE L’HUMAIN.

En vérité, le cerveau n’est pas un outil très élaboré pour traiter des faits. Il fonctionne avant tout par renforcement. Dans un réseau neuronal artificiel, ce phénomène est nommé la rétropropagation.

La chose essentielle à comprendre est qu’une information ne se contente par d’être une information. Une information structure la façon de penser de la machine comme de l’humain pour établir une façon de penser particulière.

Dans un réseau neuronal artificiel, les connexions sont altérées par le renforcement d’une information. Un réseau neuronal artificiel ne peut se redéfinir que par la détection d’une incompatibilité entre la réalité et le résultat qu’il anticipait. Lorsqu’un tel écart est détecté, la rétropropagation propage cette erreur dans tout son réseau pour redéfinir les connexions neuronales.

Or, voilà le biais d’un tel mécanisme: plus l’erreur sera importante et interviendra à une étape avancée de l’apprentissage, plus la rétropropagation sera douloureuse. Dans un tel mécanisme de renforcement, il est extrêmement coûteux (donc réellement épuisant physiquement) pour la machine comme pour l’humain de revenir sur un conditionnement.

Pour une machine, l’apprentissage sera la lecture d’un jeu de données. Pour l’humain, l’apprentissage sera la répétition d’omissions courantes par les médias.

Lorsque par exemple, Alain Finkelkraut, se fit insulter et menacer par un islamiste qui lui cria sa haine des juifs lors de manifestations de Gilets Jaunes, les médias ont tue l’identité de l’agresseur pour laisser faire l’imaginaire des citoyens, dans la certitude qu’ils associeraient cette agression à l’extrême-droite, sans factualité. Ce fut un pari réussi jusqu’au deuxième passage d’Alain Finkelkraut dans les médias qui rappela le fait le plus élémentaire qu’aurait du contenir l’information à l’origine, ce que n’avaient pas fait les médias à dessein.

4) DEEPDREAM, L’EXEMPLE D’UN BIAIS COGNITIF SIMILAIRE À L’HUMAIN CHEZ LA MACHINE.

Dans le cadre de ses recherches en Intelligence Artificielle sur les réseaux neuronaux, Google a présenté un projet atypique. Le projet, DeepDream, consiste à montrer une image à la machine, une image qu’elle ne connait pas du tout, une image qui sort totalement du cadre de ce pour quoi la machine a été entrainée. Par exemple, on montrera des images de nébuleuses ou de pizzas à une IA capable uniquement de reconnaitre des chiens. Sans surprise, c’est une myriade de chiens que l’IA reconnaitra dans le magma picturale qui lui est présenté.

Une IA entrainée dans le cadre d’un apprentissage par renforcement, confrontée à ce qu’elle ne connait pas, comblera toujours le vide par ce qu’elle connait. Il en ira de même pour l’humain. C’est exactement par ce mécanisme que la désinformation par omission se verra automatiquement complétée par l’humain et considérée comme valide. Dans un bon mensonge par omission, l’essentiel est alors de construire cet apprentissage par renforcement sans base factuelle.

Une fois cet entrainement effectué, le sujet conditionné ne sera plus capable d’en sortir qu’au prix d’un effort incommensurable. Il sera condamné à voir pour le restant de ses jours des têtes de chiens sur des images de pizzas et de nébuleuses.

Un autre exemple d’Intelligence Artificielle par renforcement est également intéressant. Il s’agit de la retouche de photos. En effet, l’utilisateur peut sélectionner une zone de sa photographie pour éliminer un élément graphique déplaisant (telle qu’une personne en arrière plan sur une photographie à la plage). L’IA fera appel à son conditionnement pour combler le vide, et proposer une mer ultra-réaliste en remplacement.

Article de Peter Columns disponible ici.

Sans domicile, sans rien à manger, sans papiers : j’ai commencé comme cela !

Je suis venu au Brésil en 2011 avec moins de 1000 euros et pas de visa.

Mes 1000 € n’ont pas duré longtemps et j’ai du changer de logement loué en diminuant drastiquement le niveau de qualité du bien jusqu’à ne plus avoir de quoi me payer un logement ni-même à manger.

J’avais mal plannifié mon expatriation ?
Sûrement.

On peut la plannifier mieux ?
Oui certainement mais pas à la perfection.

Et c’est impossible d’avoir connaissance de tous les détails.
Et plus on plannifie moins on a le courage de sauter le pas.

Donc en conclusion le courage de passer à l’action reste quelque chose qui a plus de valeur que le reste car aujourdhui toujours au Brésil à São Paulo je suis le chef d’entreprise de 2 entreprises; un buffet traiteur pour évènements d’entreprises et fêtes privées (www.mrfeijoada.com.br) et une société d’investissements immobiliers (www.bsimobiliaria.com).

Bien sûr cela a mis des années.
Je n’ai pas tout changé du jour au lendemain.

Ce sont les difficultés recontrées qui ont marqué en moi les qualités d’humilité et de plaisir de conquérir.

Les 2 vont ensemble et s’équilibrent.

Lorsque l’homme traverse l’océan seul en kayak et que des marins ou ses proches et amis le voit ou simplement l’imaginent que pensent-ils ? 🤔

Ils pensent que c’est un idiot qui non seulement perd son temps mais qui en plus n’a pas toute sa tête. 🙃

Pourtant avant la traversée il est admiré et à l’arrivée il est félicité.

Être entrepreneur c’est à la mode, c’est cool, c’est tendance mais ce que la majorité oublie c’est que c’est difficile.
Extrèmement difficile et c’est pourquoi la majorité ne passe pas à l’action ou finit par désister.

Car il faut être courageux et se risquer à faire ce qui est contre-intuitif.

C’est l’homme qui est admiré pour y être arrivé mais que la majorité ne souhaite pas voir durant sa traversée.

Paradoxes qui créent d’énormes différences…

Il est vital de supprimer toutes les subventions accordées aux médias et de laisser les gens décider eux-mêmes de ce qu’ils veulent voir, lire, écouter ou pas voir, pas lire ou pas écouter.

Chaque année l’état distribue des centaines de millions d’€ aux médias et aux propriétaires milliardaires comme Dassault, Draghi ou Lagardère.

L’état français est-il trop généreux ? Pouvons nous revendiquer une quelconque liberté des médias ?

C’est une importante question car les médias c’est le quatrième pouvoir comme le dit l’expression américaine…

Mais un pouvoir n’est autonome que s’il a un cash flow positif pour boucler les fins de mois. Les médias mainstream existent dans tous les pays. Il suffit de prendre 1 avion pour observer le même modus operandi partout.

Il est vital de supprimer toutes les subventions aux médias et de laisser les gens décider eux-mêmes de ce qu’ils veulent lire ou pas lire.

Même chose pour les télévisions d’état, les TV publiques. Il n’y a aucune raison qu’elles existent dans notre monde libre interconnecté d’aujourd’hui. Il n’y a pas d’information d’état. Pourquoi y aurait il une TV d’état ?

Plus de 500.000,00 € ont été gaspillé pour refaire les logos de France Télévisions ! Les élections coûtent chères pour permettre à certains politiques de monter leur société de communication avec un beau capital. Ils existent des problèmes énormes de conflits d’intérêt et la corruption n’est pas combattue comme elle le devrait.

Ajoutez à cela les subventions et le fait que les hommes d’affaires â la tête de ces médias ne vivent qu’avec des contrats étatiques. Cela devient épouvantable et la justice ne fait pas son boulot !

Dans toute l’histoire économique la subvention n’a jamais fait la qualité d’un produit ! Ce qui fait la qualité d’un produit c’est la concurrence…

Donc lorsqu’il n’y a pas de concurrence car tous dépendent de l’état cela ne peut pas marcher. Voilà pourquoi les citoyens du monde entier sont fatigués de ces gros médias étatiques. Voilà pourquoi le fossé d’incompréhension entre les médias et les citoyens augmente chaque jour de plus en plus. Ce fossé est chaque jour plus criant.

Ce qui apporte de la valeur pour les clients des médias c’est la qualité du service face à la concurrence et non les subventions !

Penser PAR SOI-MÊME !

La plus grande victime du marketing est la personne qui n’en est pas consciente.
Le plus grand aveugle étant celui qui peut voir mais ne veut pas voir.

Face à tous les journaux, grands médias, tv, radios et réseaux sociaux plein de faux profils et hackers pour le lobby de différentes idéologies, il faut préter attention au lavage de cerveau.

Le journal Le Monde par exemple appartient à qui ?
Qui est l’actionnaire majoritaire de TF1 ?
On peut se poser la question pour TOUTES les entreprises et les idéologies qu’ils véhiculent.
Que veulent ils ?
Qu’ont ils intérêt à montrer et à cacher ?
Quel message veulent ils vous faire ingurgiter ?

Trip Advisor par exemple est connu pour être rempli de faux commentaires, de profils de personnes qui n’existent par sur terre et des entreprises dans différents endroits du monde demandent 10$ pour 10 commentaires positifs ou négatifs pour démonter les concurrents.

La majorité des gens avant d’acheter un produit d’une entreprise vont sur la page facebook de l’entreprise voir les commentaires.
Et ils ont confiance en l’opinion des « utilisateurs » qu’ils croient opinions réelles et libres et non virtuelles.
Dans une entreprise pour laquelle je travaillais j’ai vu un prospect envoyer un message sur facebook à un faux profil que nous avions crée.
Ce faux profil avait commenté positivement les services de notre entreprise et a vanté nos produits pour ce prospect réel qui a au final acheté nos produits.

De nombreuses entreprises de TI vendent des services de ce type pour différentes tâches à réaliser dans une entreprise.
C’est dingue de voir à quel point cela marche : à quel point les personnes réelles suivent les idées de personnes imaginaires !

Je ne parle même pas de Andrés Sepúlveda, hacker politique et de ses armées virtuelles de dizaines de milliers de faux profils twitter, facebook interchangeables à sa guise, sans compter les attaques par email, le spamming, les virus, malware et autres attaques.
image

Le libre arbitre et le fait de penser de façon indépendante est valable autant à la bourse de Wall Sreet que pour un achat de quelque chose dont on a besoin au quotidient.

Il ne faut pas être influencé et il faut analyser les différentes options et possibilités.
Se demander si c’est réellement ce que nous souhaitons, et voir si nous sommes à la fois le réalisateur et l’acteur de notre vie.
Beaucoup de gens vivent la vie d’autres personnes et mettent 50 ans avant de se réveiller, ou pas.

Il est vital de reconnaître ce qui fait que JE suis unique : MES goûts, MES désirs, ce qui ME passionne, ce pourquoi JE vis.

Cela demande de s’écouter pour savoir le cap que l’on donne à sa propre vie.