Gâcher le temps des investisseurs ? 7 manières de le faire.

Je suis de retour à São Paulo où j’habite après de nombreux meetings et cela m’a fait réfléchir sur les pitchs que j’ai faits, les pitchs que j’ai écoutés…

Voici 7 façons de rendre un Pitch tout pourri:

1) Cher Monsieur / Madame : Si je lis Dear Sir / Madam ou des salutations génériques semblables, c’est boom en archive instantané. Ce n’est pas parce que je m’adore que j’ai besoin que tu épelles mon nom, mais j’ai besoin que tu m’adresses la parole. Cher Monsieur / Madame, est le signal le plus clair que vous pourriez envoyer disant que vous êtes en train de copier/coller votre pitch à tout le monde.

2) Achetez maintenant et autres phrases piquées aux vendeurs de voitures d’occasion (attention je n’ai rien contre eux). Investir ou acquérir une entreprise est une décision d’investissement de long terme, minimum 5 ans sur des start ups. Les tactiques de pression jouant sur la peur de manquer une opportunité ne sont pas seulement inappropriées, elles sont souvent contre-productives. Respectez le processus et ne faites pas pression.

3) Echec du suivi : Vous pouvez faire la meilleure présentation de votre vie et avoir l’investisseur avec déjà un pied dans le board, mais si vous ne suivez pas, cela ne donnera rien. Rappelez-vous que votre pitch est quelque part entre les 20 autres réunions, les appels téléphoniques et 1000 autres trucs.

4) Investir peu dans votre pitch : Il est inexcusable aujourd’hui d’avoir une présentation non soignée. Que vous utilisiez PowerPoint gratuit ou Indesign ou un logiciel haut de gamme, la question c’est : assurez-vous de prendre le temps de modifier votre présentation et de la rendre professionnelle. Personne ne vous prendra plus au sérieux si vous-même ne prenez pas au sérieux votre propre entreprise avec des clip art que vous utilisiez au collège.

5) Parlez de tout sauf de votre entreprise : Vous rencontrez l’investisseur pour parler de votre entreprise et vous parlez de vos enfants, des sports que vous aimez et de tous les autres sujets de conversation. Je ne sais pas combien de réunions j’ai vraiment apprécié mais je suis parti de beaucoup sans aucune idée de ce que l’entreprise a fait, de ce qu’ils cherchaient, ou de comment je pouvais participer. Lorsque vous rencontrez un investisseur occupé, vous travaillez avec une fenêtre de temps limité et si vous consacrez 50% ou plus de votre temps à établir un lien ou à essayer de faire ami-ami, vous ne recevrez pas de temps supplémentaire pour savoir encore s’il aime pêcher ou a un cousin qui vit dans votre ville natale.

6) Oubliez les finances : Lorsque je rencontre une cible d’acquisition potentielle ou une entreprise qui cherche à obtenir du financement, je mets l’accent sur les données financières. Trop souvent, j’assiste à une réunion officielle et sérieuse pour discuter d’un investissement potentiel, mais l’autre partie est mal préparée à discuter des chiffres. Ce n’est pas seulement un signe que vous n’êtes pas préparé, c’est une perte de temps pour tout le monde. Moi et beaucoup d’autres investisseurs potentiels réorganiserons probablement la réunion pendant une période où vous aurez les détails nécessaires pour avoir une vraie discussion. Certains investisseurs, cependant, ne vous donneront pas un deuxième coup de feu.

7) Rencontre avec la mauvaise personne : J’ai récemment programmé un appel pour présenter une entreprise que je connais à un responsable grand compte. Lorsque je me suis connecté sur la conférence téléphonique, nous avons rapidement appris que le contact n’était pas le décideur. La leçon que j’ai retirée est de s’assurer que la personne que vous rencontrez est A) qualifiée pour prendre la décision B) assez familière avec le secteur et C) prendre la réunion au sérieux. Dans mon cas, la personne que nous rencontrions était une directrice de l’entreprise (répondant au critère A) mais une amie et donc disposée à participer à toute réunion (violation du critère C) et peu familière avec le secteur (violation du critère B). La plupart des gens diront qu’un cadre de niveau C est votre meilleure personne à rencontrer, mais vous devez vraiment regarder qui vous rencontrez et juger si c’est vraiment la meilleure utilisation du temps de chacun.

J’espère que ces leçons que j’ai partagées vous aideront à respecter votre temps et celui des investisseurs. Si vous aimez ce type de contenu, vous aimerez les autres articles de mon blog et mes publications sur Facebook.

La maison principale n’est pas un actif

Je suis très sincère alors que je pourrais ne pas l’être car je suis cofondateur avec mon épouse d’une société immobilière au Brésil où je réside (et entre nous la rentabilité est autour de 15% mininum par an ici contato@bsimobiliaria.com)

Mais allons y rentrons dans le vif du sujet : être propriétaire d’une maison ? Vous ne possédez pas un business en achetant une maison. Les gens pensent que la seule façon d’économiser de l’argent c’est d’acheter une maison. Ta mère t’a dit que tu n’as pas d’autre moyen pour garder des $ comme le «bon sens» de la classe moyenne sous entend. Tu auras ta maison de payée quand tu seras vieux.

Mais dis moi qui veut attendre la vieillesse pour avoir des $ ???

Ta maison principale n’est pas un actif car cela ne te paie pas chaque mois. En fait c’est même l’inverse : tu dois payer chaque mois. C’est pas un bon plan business si tu dois payer chaque mois… Un actif doit être une rente immédiate pour être actif sinon c’est toi qui bosses à la place.

Ton père te dit : «pourquoi payer un loyer quand tu peux acheter ?» Parce que tu ne peux pas t’en aller lorsque tu achètes. Qui veut aller en prison durant 30 ans ? Tu peux être nomade et louer là ou tu veux.

Le fait d’être nomade est un avantage énorme à notre époque.

Investissez dans vous-même et dans vos businesses ! Votre argent a besoin d’être libre !

La maison, tout comme le diplôme vous ont eté vendu et marketé. C’est une propagande pour classes moyennes que poursuivent les politiques et mass medias ultra passés. Nous ne sommes plus en 1950 et ces gens refusent encore de s’adapter à notre époque.

Voici 3 clés pour construire des actifs :

1. Investissez en vous-même.
Apprenez, lisez, regardez des vídeos, participez à des séminaires, achetez des ebook peu importe votre âge. La formation c’est pour toute la vie et dans la vie réelle, pas en étant scotché sur un banc de la classe.

2. Se focaliser sur la rente.
Si vous êtes propriétaire de votre maison principale ou pas peu importe. Ce qui compte c’est si vos $ sont en train d’augmenter. La majorité des gens se focalisent sur le fait d’économiser mais ils laissent de côté ce qui est vraiment important : avoir une rente via des actifs. Cela ne fait pas de différence si vous économisez beaucoup et que l’argent ne rentre pas via des actifs…

3. Investissez dans ce qui vous paie.
Acheter une maison pour vivre ne va pas vous payer. Je pense que vous avez compris maintenant. Créez votre site internet et commencez MAINTENANT à vendre vos produits et services. Puis faites votre rente augmenter. Vous vivrez alors comme des riches et non plus comme des pauvres.

Regardez le monde tel qu’il est et vous verrez que le seul groupe de gens en sécurité sont les riches. Ils ne deviennent pas riches en achetant une résidence principale. Critiquez les, jalousez les, peu importe ils sont en sécurité alors que la majorité est dans une situation instable, risquée et sans perspectives d’avenir. Les riches survivront à l’inflation, à la hausse du chômage, à la bulle immobilière, ou à quoi que ce soit d’autre. Car ils ont des rentes qui les paient chaque mois.

Ne cherchez pas un job car votre vie mérite plus que cela !

Autour de la vingtaine, durant mes études universitaires j’entendais mes parents me dire de chercher un job et ils ont augmenté la pression jusqu’à la fin de mes études.

Au final je n’ai jamais décroché de CDI !

Á la fin de mes études je travaillais à réaliser un de mes rêves : la création d’un hotel écoluxe au Brésil. Ce projet ne s’est pas encore réalisé mais j’ai à l’époque crée Ko Gyo Holdings qui est un Fonds d’Investissement spécialisé sur les pays émergeants.

Je savais déjà à l’époque que dans la vie il y a des trucs plus intéressants à faire que de chercher un job ! Voici des articles intéressants ici : L’école n’enseigne pas la création de richesse. et L’entrepreneuriat n’est pas inné mais ACQUIS !

Il n’est pas possible d’aimer 100% d’une entreprise qui n’est pas la votre. Pas question pour moi d’être un pion, un numéro en plus, remplaçable, jetable. Je ne trouvais pas ma place dans les entreprises qui m’accordaient une interview. Cette quête de sens m’a fait connaître l’entrepreneuriat qui permet de réaliser nos rêves en même temps que je définissais mes priorités, mes désirs, mes envies, mes projets de vie. L’entrepreneuriat c’est tout cela.

Il est important d’apprendre à gagner de l’argent pour faire ce que vous voulez de votre vie. Comme je l’ai déjà dit Il n’y a pas de libertés sans $.

Notre vie est courte et les riches dépensent leur argent pour avoir du temps pour soi alors que les pauvres dépensent leur temps pour obtenir de l’argent : Acheter du temps et non vendre son temps.

Valorisez votre temps ! Le temps passe et ne revient pas !

Vous n’avez pas besoin d’un job mais vous avez besoin d’argent alors apprenez comment créer des businesses ! L’entrepreneuriat s’apprend. Gagner de l’argent s’apprend et c’est l’inverse d’une loterie, c’est une science ! C’est précis et il suffit de suivre mon journal de bord : Ebook “Les 10 règles d’or secrètes du succès.”

Il n’y a pas de libertés sans $ 

Les pauvres vendent leur temps contre de l’argent alors que les riches dépensent de l’argent pour avoir du temps pour eux-mêmes. 

​En effet, l’objectif d’avoir du temps pour moi-même m’a amené vers l’entrepreneuriat. 
C’est une philosophie pratique et merveilleuse qui permet une totale réalisation de notre potentiel. 

Faire en sorte que l’argent travaille pour nous est une philosophie de riches alors que les pauvres pensent à travailler pour gagner de l’argent.

La liberté n’existe pas sans argent. 

L’argent apporte le confort, l’absence de soucis, l’absence de stress, l’infinité de possibilités, l’infinité de choix, de chemins possibles, de nouvelles choses à découvrir, de nouveaux paysages, de nouveaux horizons, de nouveaux questionnements, de nouvelles pensées, de nouvelles idées, de nouvelles opportunités… et plus encore.

La pauvreté c’est la stagnation et le manque d’imagination !

Le temps passe trop vite pour ne pas prendre au sérieux la réalisation de vos rêves. 

S’il vous plaît ne passez pas votre vie à seulement payer des factures : ayez des projets et des plans A, B et C.

S’il vous plaît gagnez beaucoup d’argent car sans argent vous ne pouvez rien faire.

Oui il y a une lumière au fond du tunnel ! Soyez motivés, inspirés et avancez un petit peu chaque jour pour y arriver !

Il n’y a pas de liberté sans $ ! Ceux qui disent le contraire sont des ignorants, menteurs et/ou manipulateurs. Allez y lancez vous ! Maintenant et pas demain !

Contratez moi comme SPEAKER !

Contratez moi comme speaker !

Antoine Bachelin Sena est tout autant divertissant que provocateur.

Son message fait sens car il parle à coeur ouvert à partir de ses propres expériences.

Il met l’accent sur nos qualités afin de tracer un chemin clair vers le succès.

Speaker charismatique, il laissera l’auditoire à la fois motivé et captivé !

Laissez vos coordonnés ci-dessous afin de contrater Antoine Bachelin Sena comme SPEAKER!

Envoyez balader le bon sens !

Qu’est ce que le bon sens commun ?
Le bon sens est formé par l’ensemble des opinions, visions et valeurs adoptées par l’inconscient collectif.
C’est la voix idiote de la majorité qui vous envoie droit en enfer brûler votre âme dans la stagnation de la médiocrité.

Pour le bon sens il est commun d’être découragé à croire en innovation, en de nouveaux concepts différents de ceux hérités de générations en générations.
Le bon sens maintient la majorité à sa place dans un tout petit espace.
image

Le bon sens domine les esprits et ainsi les décisions.
De cette façon, les résultats sont mediocres et vont alimenter les thèses de l’impossibilité de changer de vie en mostrant par A+B qu’il n’est pas possible d’avoir des rêves de grandeur et qu’il n’est pas possible d’arriver à les réaliser.

Nous vivons à l’intérieur de ce maudit bon sens car nous pensons faussement qu’au moins avec lui nous sommes libres des grandes frustrations.
Pourtant connaissez vous quelque chose de plus frustrant que de maintenir vos propres rêves en cage et de vivre chaque jour avec vos plans B, C, D… Z ?

Qui a crée ce bon sens ?
Ce bon sens je l’envoie balader, que ce soit en famille, à l’école, à l’université, à l’église, au bar, à la plage et dans l’entreprise privée et publique du monde entier.

Qui a le courage d’envoyer balader le sens commun a beaucoup plus de chances de sortir de cette course de rats.
image

C’est la possibilité à chaque moment d’arrêter de courir après son ombre et de pouvoir enfin être le maître à bord de ses pensées.

Á chaque fois qu’un homme fait différemment du bon sens il est critiqué sévèremment.
Il sera vu comme un fou, un rêveur, un inconscient de la réalité etc.

Osez dire : «je vais larguer l’école» ou «je ne veux pas savoir de stabilité et je veux des bénéfices sans limites».
Osez dire : «je veux créer ma boîte». Osez dire : «je ne veux pas être avocat ou médecin car je veux être musicien».
Ou alors pour que la majorité vous traite d’idiot dites à tous «j’aime travailler».

Le bon sens est une prison.
S’il vous plaît ne préférez pas la stabilité à la possibilité de faire ce que vous aimez.

Le bon sens c’est la modalité dans laquelle l’esclave préfère un job et un salaire plutôt qu’un retour sur investissement.

La révolution se passe à chaque moment, devant chaque prise de décision, devant chaque choix.
image

Ceux qui se libérent du bon sens commun seront libres pour s’envoler.
Après des années oú ils ont été critiqués et méprisés du fait de leur courage de faire l’opposé de la masse, ils recevront alors les bravos de ceux qui suivent la dictature du bon sens.
Les jaloux perplexes qui diront que c’est de la chance.
Bah oui la chance…

Voici d’autres articles sur le même thème :
Les trucs les plus cool ne sont pas raisonnables
Je ne travaille plus depuis 2011