CELUI QUI RÊVE EST VIVANT

J’ai passé plusieurs nuits blanches, en étudiant, en pensant, en créant, en stressant, en imaginant, en discutant, en célébrant.

J’ai passé beaucoup de temps avec un cahier dans la main, puis un téléphone portable en réfléchissant, en imaginant des hypothèses pour le jour suivant pouvoir partir à l’action afin de réaliser mes objectifs.

Vue depuis ma varanda ici à São Paulo, Brésil.

Au fur et à mesure que la nuit passe, le bruit des voitures commence à diminuer pour ensuite être remplacé par le gazouillement des oiseaux et puis on perçoit des choses qui sont imperceptibles durant la journée. On sent des choses différentes et puis viennent les premiers rayons du soleil.

L’aurore amène avec elle l’espoir d’un renouveau, une nouvelle chance pour que nos idéaux se concrétisent et que l’on puisse enfin s’arracher de la médiocrité et de la multitude croissante des mécontents.

J’aime beaucoup le silence de l’aurore et ce processus de renaissance qui crée énormément d’idées dans mon cerveau. Notre cerveau est quand même extraordinaire et on dirait que nos neurones ne se fatiguent jamais.

Lorsque nous rêvons, notre focus est dans le futur et dans la construction de notre futur. Mais lorsque le futur ne nous séduit plus nous vivons dans un présent rempli de regrets qui sont comme des morts-vivants qui nous réveillent. Réveillez-vous pour réaliser vos rêves. Qui a arrêté de rêver est déjà mort.

La bonne nouvelle c’est que dans un claquement de doigts les rêves apparaissent. Les rêves arrivent à croître entre les cailloux de notre monde aride, puis arrivent à vaincre l’amertume d’un soleil de plomb et dépasser l’ambiance hostile d’un mauvais entourage toxique. Cette jeune pousse se transforme déjà en un arbre gigantesque où les oiseaux pourront poser, se reposer et profiter de l’ombre de son robuste feuillage.

Ce sont justement ces oiseaux qui emmèneront les graines vers d’autres régions, au-delà du vent, vers d’autres terres, afin de porter l’espoir et la vie là oú la mort mène le jeu.

Je me rappelle encore d’un jour bien noir, durant lequel j’ai pensé que je n’arriverai pas à vaincre la pression. Mais je m’étais trompé car notre capacité de nous rénover est infini.

Je souhaite qu’aujourd’hui soit un jour de grande rénovation pour vos rêves.

Faire ce qui bon nous semble de notre temps.

Le temps nous appartient et le temps est la chose la plus importante de notre vie. Les secondes passent et ne reviennent pas d’où l’importance de valoriser ce que nous faisons. J’aime répéter dans mes articles et dans mes podcasts qu’un entrepreneur est quelqu’un qui dépense de l’argent pour avoir du temps pour soi alors qu’un employé échange son temps contre de l’argent.

Choisir où, quand et avec qui on travaille est un des nombreux privilèges d’être entrepreneur.

Automatiser notre business et mettre notre entreprise en mode auto-pilote procure une sensation magique et délicieuse.

Un business est fait pour nous libérer et pas pour nous emprisonner. Il est courant de dire que nous devons travailler sur notre business et non dans notre business. 

L’émancipation au-delà d’être financière est aussi la liberté d’horaires et le pouvoir de définir nous mêmes nos propres objectifs.

Ne suivez pas la majorité sans questionner votre individualité. Rapellez vous que même si une opinion est partagée par la majorité cela ne fait pas de cette opinion une vérité ! Questionnez le metro-boulot-dodo et investissez dans les connaissances et habiletés pour réaliser vos objectifs. 

Liberté et indépendance financière.

Libérez vous !

Peu importe le métier ou le secteur, ce qui importe c’est la liberté. 

Qu’est ce que cela veut dire ? 

Je lisais récemment un article sur une start up qui s’est installée en Himalaya pour la nature et le silence.

Je ne veux pas dire que vous devez aller vous installer lá-bas mais que vous devez questionner ce qui est votre priorité. New York ? London ? São Paulo ? Paris ? Où sont vos besoins et vos désirs personnels ?

Si pour vous peu importe la ville car vos besoins, envies et désirs sont autres c’est à vous de savoir. 

Chacun a une réponse différente mais il faut connaître nos propres sentiments et pas ceux des autres.

Ne pas suivre tout le monde et s’installer où tout le monde s’installe sans questionner la légitimité de notre démarche.

L’entrepreneuriat est avant tout une quête de sens : savoir pourquoi nous désirons et comment s’organiser en fonction de nos désirs.

Dans notre famille nous avons différentes to do list : long terme, moyen terme et court terme. 

En ce moment chacun de nous écris une liste de choses que l’on souhaite faire et obtenir pour 2017. Nous l’avions fait pour 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016. Nous avons aussi une liste de désirs mensuels, tout comme une liste de désirs par semaine puis par jour aussi. 

Ce n’est pas une liste imposée par un chef avec des obligations de résultats mais une liste de désirs avec des obligations d’être heureux, passionné, et rempli d’énergie.

La liberté c’est avant tout cela : avant les $ ce qui importe le plus c’est l’obligation que l’on se fixe soi-même d’être inspiré, et de se sentir vivant et heureux.