Aimez vous tout contrôler ?

On m’a demandé une fois, « vous considérez-vous comme un monstre obsédé du contrôle? » J’ai répondu, « oui je le suis totalement et sans aucun doute. » Nous allons définir le contrôle dans cet article.

J’aime le contrôle, le contrôle des situations, des objectifs, des résultats. J’adore cela ! Les seules personnes qui n’aiment pas le contrôle sont celles qui ne l’ont pas ou qui l’ont mal utilisé dans le passé.

Si vous ne voulez pas de contrôle, pourquoi? Vous ne voulez pas de pouvoir? Vous ne voulez pas prendre des décisions?

Tous mes modèles en grandissant étaient prêts à exercer un contrôle. Qui n’aime pas et n’admire pas la personne au contrôle, le super-héros qui se met en danger pour résoudre les problèmes, protéger les gens et sauver le monde?

James Bond, par exemple, a tout l’équipement nécessaire. Il est également toujours en train de tout contrôler en étant même prêt à ignorer l’autorité pour faire la bonne chose, et il est même plus dangereux que les méchants !

La différence entre le succès et l’échec est que le succès prend la situation en place et la fait fonctionner à son avantage.

Le contrôle n’est jamais une mauvaise chose sauf si vous ne controlez rien.

Le contrôle vient de la préparation et de la prise en charge de vos résultats.

En analysant, ceux qui réussissaient étaient – à un moment ou à un autre de leur vie – prêts à se mettre dans des situations inconfortables, alors que ceux qui échouaient recherchaient le réconfort dans toutes leurs décisions.

Si vous n’êtes pas à l’aise du fait de prendre le contrôle, vous devez aprendre à surmonter vos sentiments.

Décidez de prendre le contrôle même de l’inconfortable. C’est justamente là où vous aurez le plus de résultats significatifs.

Soyez prêt à être mal à l’aise, et faites ce qui rend les autres mal à l’aise en sachant que la plupart des gens ne s’aventureront jamais dans l’inconfortable et ne le contrôleront jamais.

Allons plus loin. Si je dirigeais le monde; et j’adorerais diriger le monde; je ferais plusieurs choses:

  • Plus de salaire minimum. Désolé, mes amis smicards mais tout dans la vie est une vente et tout ce que vous gagnez est une commission. Vous commencerez à gagner beaucoup plus lorsque vous devrez tout gagner. Ce ne sera pas facile mais vous me remercierez plus tard.
  • La vente serait enseignée dans chaque école. Il est ridicule que l’on nous enseigne seulement certaines matières à l’école en négligeant des compétences plus pratiques et qui changent la vie.
  • L’université publique n’existerait plus. Elle deviendrait privée, payante, plus spécialisée et réservée aux quelques privilégiés qui le veulent ou qui en ont besoin, et non pas à tous les 18 ans comme quelque chose qu’ils doivent faire. Aujourd’hui à 25 ans ils étudient encore des choses générales, trop de théorie et rien de pratique. Trop de gens rentrent dans la vie active à presque 30 ans.
  • Plus de gens porteraient des armes. Plus de gens qui portent des armes seront plus de gens prêts à mettre un terme au mal. Ceux qui ne combattent pas le mal contribuent au mal. Le mal persiste quand les bonnes personnes ne font rien. Chargez vos guns mes amis.
  • Réduction des taxes et du nombre de fonctionnaires publics. L’état vous vole et gaspille ensuite.

Si vous voulez m’appeler un monstre obsédé du contrôle, je considère que c’est un compliment.

Prenez le contrôle d’abord de votre propre vie et ensuite vous pouvez commencer à contrôler plus du monde.

Ne cherchez pas un job car votre vie mérite plus que cela !

Autour de la vingtaine, durant mes études universitaires j’entendais mes parents me dire de chercher un job et ils ont augmenté la pression jusqu’à la fin de mes études.

Au final je n’ai jamais décroché de CDI !

Á la fin de mes études je travaillais à réaliser un de mes rêves : la création d’un hotel écoluxe au Brésil. Ce projet ne s’est pas encore réalisé mais j’ai à l’époque crée Ko Gyo Holdings qui est un Fonds d’Investissement spécialisé sur les pays émergeants.

Je savais déjà à l’époque que dans la vie il y a des trucs plus intéressants à faire que de chercher un job ! Voici des articles intéressants ici : L’école n’enseigne pas la création de richesse. et L’entrepreneuriat n’est pas inné mais ACQUIS !

Il n’est pas possible d’aimer 100% d’une entreprise qui n’est pas la votre. Pas question pour moi d’être un pion, un numéro en plus, remplaçable, jetable. Je ne trouvais pas ma place dans les entreprises qui m’accordaient une interview. Cette quête de sens m’a fait connaître l’entrepreneuriat qui permet de réaliser nos rêves en même temps que je définissais mes priorités, mes désirs, mes envies, mes projets de vie. L’entrepreneuriat c’est tout cela.

Il est important d’apprendre à gagner de l’argent pour faire ce que vous voulez de votre vie. Comme je l’ai déjà dit Il n’y a pas de libertés sans $.

Notre vie est courte et les riches dépensent leur argent pour avoir du temps pour soi alors que les pauvres dépensent leur temps pour obtenir de l’argent : Acheter du temps et non vendre son temps.

Valorisez votre temps ! Le temps passe et ne revient pas !

Vous n’avez pas besoin d’un job mais vous avez besoin d’argent alors apprenez comment créer des businesses ! L’entrepreneuriat s’apprend. Gagner de l’argent s’apprend et c’est l’inverse d’une loterie, c’est une science ! C’est précis et il suffit de suivre mon journal de bord : Ebook “Les 10 règles d’or secrètes du succès.”

Transfert de compétences : Arts Martiaux et Business. Partie 2.

Le succès demande de la patience. Cela est difficile à comprendre aujourd’hui dans le monde instantané d’internet. Mais c’est une science et ce n’est donc pas de la loterie. Les principes pour obtenir la réalisation de vos désirs existent et il suffit de les suivre chaque jour pour avoir la vie de vos rêves. J’ai partagé mes connaissances dans mon journal de bord dont voici le lien ici : Ebook “Les 10 règles d’or secrètes du succès.”

Tout comme le sport cela requiert de l’entraînement, de nombreux entraînements, d’innombrables entraînements. Mais celui qui a la passion du sport adore les entraînements car cela l’amuse, le stimule et lui apporte du plaisir.Faixa PretaUne ceinture noire est une ceinture blanche qui n’a jamais arrêté !

Peu à peu, pas à pas, avec la vision correcte du long terme et des actions journalières on obtient ce que l’on désire finalement.

Le courage d’avancer chaque jour un peu plus devient une habitude inscrite dans notre corps et dans notre esprit.

Le business est violent et j’ai d’ailleurs écrit un article là-dessus dont voici le lien : Évoluer ou faire faillite – S’adapter ou mourrir. Les journées d’un entrepreneur sont faites de questionnements et de remises en question. Les arts martiaux nous enseignent comment maintenir son attention et être « en garde ». Le business a été souvent comparé à la guerre, avec des écoles de guerre, des techniques de manipulation et de contre information. Sun Tzu et son art de la guerre est un bestseller que les hommes d’affaires connaissent. Le vocabulaire du commercial est guerrier.

La vie et la mort du business sont en question. Il faut gagner sa vie et nourrir sa famille et cela est très sérieux. Il n’y a pas de place pour le jeu. Il faut toucher la cible sinon les conséquences sont tristes : c’est la rue. La pression est énorme dans les arts martiaux tout comme dans le business. Une mauvaise décision nous couche au sol K.O.

Il faut se relever toujours et continuer de la même façon qu’un bébé qui tombe en apprenant à marcher mais ne dira jamais que marcher n’est pas fait pour lui.

Bons entraînements et bons businesses à vous !

Sport & Business – Partie 1

image

Ici je vais parler en 2 parties des qualités acquises par le sport appliquées dans le business et des qualités apprises dans le business appliquées dans le sport.

image

Je suis ceinture noire de Jiu Jitsu Brésilien (black belt de David Vieira) que je pratique de façon intensive depuis 1999 et j’ai donné beaucoup de cours de Jiu Jitsu Brésilien.
Avant mon Master à l’école de commerce d’Audencia-Nantes, j’ai obtenu un Master 2 recherche en Sciences et Techniques du Sport et des Activités Sportives (STAPS) avec spécialité Sociologie du Sport.
Tous les jours en STAPS on avait des cours théoriques et pratiques sur différentes activités sportives comme la danse, la gymnastique, l’athlétisme, le football, le rugby, le tennis, la natation, le basketball etc…
J’ai donné des cours d’EPS en stage en école primaire mais je ne me voyais pas faire cela toute ma vie.
J’ai aussi travaillé avec mon BAFA comme animateur de colonies de vacances et j’ai aussi été formateur BAFA (formant les futurs animateurs) et avec mon BNSSA comme surveillant de baignade pour des groupes d’enfants en vacances. Et je ne me voyais pas non plus faire cela toute ma vie.

MAIS pourtant tout cela m’a permis d’acquérir au-delà des techniques des habiletés et des atitudes qui font ce que je suis aujourd’hui.

Sport et Business demandent des actions simples répétées et qui sont les mêmes. Ces actions provoquent du plaisir et un ressenti qui reste gravé en nous sur le long terme.

En Business lorsque l’on met en ligne un beau produit ou vend un service dont les clients sont fiers on a une sensation agréable que l’on souhaite reproduire et le serial entrepreneur recherche cela au plus profond de lui-même.

En Sport plus on répéte des actions stimulantes fun et qui demandent de chercher à nous surpasser plus on va avoir un ressenti agréable que l’on va vouloir reproduire.

Triste constat : 70% des gens ont un problème de surpoids et il faut qu’ils se réveillent ou alors leur corps va un jour les réveiller dans la douleur.

image

Pour parler de Sport & Business comme est le titre de cet article : beaucoup d’hommes d’affaires riches ont des gros bides et beaucoup de sportifs amateurs pauvres prennent soin de leur corps mais pas de leur porte monnaie!

  • La persévérance dans le sport tout comme dans l’entrepreneuriat est la clé du succès.
  • Il est impossible de mentir à son corps et cela permet d’observer directement et honnêtement la bonne avancée de nos actions.
  •  Une dynamique saine de quelqu’un qui ne fume pas, ne boît pas ou peu, qui écoute les envies de son corps de courir dans la nature, de nager, de s’arrêter, de se reposer, de manger à chaque repas des fruits et légumes permet à « l’eau qui coule de casser la roche », c’est à dire de graver durablement les bonnes atitudes dans nos têtes dures.
  • La répétion d’actions sportives inscrit des habiletés dans notre corps et notre esprit « automatiquement, naturellement, et inconsciement » comme on dit dans le zen soto. Ce n’est plus le mental qui nous dit d’aller au sport mais c’est notre corps qui le demande et c’est à ce moment lá que c’est devenu une habitude saine.
  • Les personnes qui ne font rien vont vous critiquer afin de justifier le fait qu’eux mêmes ne font rien. Personne ne va battre un beau jour à votre porte pour vous donner un chèque d’un million car c’est à vous de courir après : cela dépend de votre sueur et seulement de la votre. Je pense que les sportifs sont plus responsables que les autres personnes non sportifs car justement ils savent que le progrès ne dépend que d’eux -mêmes.
  • La régularité des entrainements est essentiel pour observer des changements majeurs dans notre corps et notre esprit tout comme la régularité des actions pour nos entreprises est essentielle pour pouvoir avancer ne serait ce qu’un petit peu.
  • Il faut toujours avancer, chaque jour au moins un petit peu et l’entrepreneur qui favorise l’éxécution aura toujours un temps d’avance par rapport à celui qui a en théorie un plan superbe mais qui n’a jamais fait un seul pas en pratique. Tous ont des rêves mais peu les réalisent et ont la pérsévérance de continuer malgré les nombreuses embûches qui apparaissent toujours et toujours. Il ne faut pas s’inscrire à l’académie de sport pour y aller seulement 2 fois par mois puis abandonner, car cela n’est pas une atitude d’entrepreneur : un entrepreneur est la personne la plus déterminée au monde et rien ni personne ne la fera arrêter.
  • Bien sûr le focus et la concentration d’un sportif est supérieur à un non sportif et cela permet d’aller chercher à se dépasser à chaque moment.
  • Vivre constamment TOUT comme un challenge est la clé de l’évolution.

Alors, allez-y prenez soin de votre corps, de votre esprit et de votre porte monnaie, prenez soin de vous !

Suite dans la partie 2