Vous pouvez apprendre tout ce que vous voulez et SIMPLEMENT !

Démystifier l’apprentissage…L’idée du livre Fluent in 3 months de Benny Lewis est de démystifier le processus d’apprentissage et c’est ce qui nous intéresse ici.

En 3 mois parler couramment une autre langue est un titre provocateur mais tout comme mon article Je ne travaille plus depuis 2011 l’important c’est de comprendre la logique derrière, c’est à dire le raisonnement que l’on souhaite mettre en avant.

On montre la lune et il ne s’agit pas de regarder notre doigt !

À la façon de Tim Ferris de 4HourWorkWeek c’est une direction et non une règle fixe : il n’est pas question de 3 mois ou de 6 mois ni de 4 heures ou 15 heures de travail par semaine mais de comprendre comment fonctionne le cerveau pour le faire travailler à 100% de son potentiel.

De la même façon il est dingue de voir des êtres humains diplômés d’économie, de finance, de comptabilité ou commerce et incapables de créer sa propre entreprise et incapable aussi de compter leur argent et non celui d’un autre ! Ils ont soit disant des connaissances d’économie ou de finance mais c’est l’économie des autres et pas le développement de la leur d’économie qu’ils ont appris.

Ils doivent apprendre à démystifier l’apprentissage en se posant les bonnes questions.

Dans mon article Penser PAR SOI-MÊME ! j’ai évoqué l’importance de reconnaître le marketing omniprésent dans l’inconscient collectif et les efforts à faire pour questionner ce que nous sommes induits à considérer comme quelque chose de déjà questionné et déjà solutionné. Le problème est justement que cela a été solutionné par quelqu’un d’autre que vous-même et non par vous-même pour vous-même.

images

Par exemple, les Masters d’écoles de commerce sont sponsorisés c’est à dire financés par des grands groupes sur des problèmatiques précises qui intéressent ces grands groupes. L’idée étant de former des professionels pour ces grands groupes. Mais ce qui doit guider votre vie ce sont vos propres problèmatiques et non les problèmatiques de quelqu’un d’autre. Dans tous les domaines, c’est ce raisonnement qui est suivi et la majorité ne questionne pas la philosophie qui est derrière tout cela. Et je ne parle même pas de l’Ena et de Sciences Po où cela devient idéologique et limite sectaire extrémiste comme raisonnement. Mais de façon générale tout enseignant a sa philosophie et son message à faire passer.

Pour en revenir à l’apprentissage des langues, oui il est possible d’apprendre rapidement à parler couramment. Beaucoup de personnes me demandent comment apprendre facilement à parler français ou portugais mais ce qui manque c’est de questionner le processus d’apprentissage, pas seulement pour apprendre une langue, mais pour apprendre chaque chose. Ce qui manque aussi c’est de reconnaître qu’il est normal de ne rien comprendre au départ car c’est pour cela que c’est une autre langue et une autre culture et surtout de ne pas s’énerver avec cela. Un entrepreneur de la même façon est obligé de reconnaître ses faiblesses et connaît l’échec à chaque instant en devant batailler pour trouver des solutions dans des domaines où il ne connaît rien. La personne qui ne connaît pas l’échec ne fait rien de sa vie.

download (1)

On utilise peu de mots du vocabulaire au quotidien et avec seulement 200 mots voire une centaine de mots il est déjà possible de comprendre et de se faire comprendre. Aucune théorie de salle de classe ne nous sert dans la vie : l’apprentissage se fait lorqu’on se jette dans le vide. Et c’est comme cela pour toutes les matières.

Je ne suis pas pour apprendre la grammaire et tout un tas de verbes irréguliers à répéter bêtement. Je suis pour l’apprentissage utile qui est fait de répétitions naturels qui apparaîssent à chaque instant de la journée, que l’on écoute peu à peu et que l’on est amené á répéter, tout comme l’apprentissage pour piloter un avion : il y a tellement de choses à savoir que seule la répétition nous fait incorporer inconsciement, naturellement, automatiquement les connaissances.

Cela se fait naturellement inconsciement et automatiquement tout comme la mystification aussi le fait mais là au moins nous sommes les maîtres à bord.

Oubliez les livres, mettez les à la poubelle, éteignez votre téléphone portable et sortez dans la rue dans d’autres pays et essayez peu à peu de vous communiquer avec les autres. C’est la vie, on tatônne, on ose, on s’aventure, on se perd, on rencontre l’autre, on parle avec les mains, avec des gestes, puis peu à peu on apprend un mot, puis quelques mots, puis d’autres. On a perdu le contact avec les autres et avec ce qui est essentiel. C’est important de questionner le fait de courir acheter un guide ou un dictionnaire lorsqu’on voyage.

images

L’aventure véritable est l’inconnu et c’est ce qui est excitant et motivant. Ne perdez pas cela car c’est justement cela qui rend l’apprentissage éfficient.

Vous avez besoin d’apprendre l’anglais pour votre boulot, pour une bonne promotion alors mon conseil c’est d’oublier les cours et de profiter à fond de toutes vos vacances à Londres en rencontrant des anglais chaque jour et chaque nuit. En quelques semaines vous vous débrouillerez déjà bien. C’est 10000 fois plus efficace et excitant que de lire un livre, d’écouter un CD ou de suivre un cours dans une salle de classe !

C’est la même chose dans tous les domaines qui vous intéressent : tirez la tête de de votre téléphone portable et aventurez vous !

 

Recette du succès – Partie 2

Voici la suite de la recette du succès avec les commentaires et observations du chef.

Après avoir présenté les ingrédients dans la partie 1, voici les informations supplémentaires.

dollars gateau

J’aimerais revenir sur la Distribution et c’est le point le plus important : il vous faut réaliser qu’il est impossible de survivre et de prospérer si vous n’apprenez pas à vous vendre, à vendre vos produits, services, idées et rêves.

C’est une vérité pour tout le monde, peu importe votre position. Voici un article là dessus : pour vous qui n’aimez pas vendre.

Vendre n’est pas un job, c’est ce que vous réalisez afin que les choses avancent !

L’histoire est faite d’exemples de businesses qui ont connu le succès durant des périodes de récession :

  • Ray Kroc acheta McDonalds durant la récession de 1953 pour en faire la plus grande entreprise de fast food au monde.
  • Walt Disney a déclaré faillite de nombreuses fois avant de développer la plus grande entreprise d’entertainment au monde; et qui a survécu à plus de 7 récessions.
  • Foot Locker a été crée avec un emprunt de $US 300 durant la grande récession de 23 ans.
  • Harland Sanders s’est efforcé durant 9 ans en vivant seulement avec les sous de la sécurité sociale à 65 ans pour créer KFC durant 2 récessions.

Concernant le timing du gateau: il suffit de voir le succès de Blablacar et d’Uber là où d’autres ont échoué à lancer le même service au même moment. Obtenir un nombre critique d’utilisateurs à un moment x est la clé pour la durabilité d’une entreprise.

Concernant le monopole du gateau, nous insistons dans nos bureaux de Bachelin Sena Venture Capital à San Francisco sur le fait que nous investissons dans des sociétés positionnées sur une grosse part de marché d’une niche. Un entrepreneur qui nous offre une présentation avec une petite part de marché d’un marché immense est tout de suite déclassé.

Bon appétit !

 

Recette du succès – Partie 1

image

Ingredients :

Techniques (vous possédez la technologie qui révolutionne et non celle qui améliore peu à peu),
Timing (il existe une réelle et extrèmement forte demande du public à ce moment précis),
Monopole (vous commencez avec une grosse part d’une petite niche),
Team (la complémentarité, l’expérience et la vision partagée),
Distribution (vous avez vérifié qu’il existe un chemin qui fonctionne pour ne pas seulement créer mais apporter votre produit dans les mains des clients),
Durabilité (il faut se questionner pour savoir si la position que vous occupez dans le marché sera défendable d’ici 20 – 30 – 50 ans),
+ Ingrédient Secret (vous avez défini une opportunité unique que les autres ne voient pas).

La suite ici avec les observations et les commentaires du chef.

Pilote privé d’avion & Business

Je vais continuer de parler transfert de compétences. Voici le lien de mes précédents articles sur 

Musique et Business – Partie 1. 

Musique et Business – Partie 2 

Méditation et Business 

Sport & Business – Partie 1

Sport & Business – Partie 2

La diversité des expériences et des habiletés est ce qui compose les journées de l’entrepreneur d’oú l’importance du transfert de compétences et d’avoir des habiletés dans différents domaines !

On jongle en effet avec différentes équipes, différents savoirs, différents produits et services, différents objectifs, différentes habiletés, différents langages techniques et différents styles de raisonnement.

Le serial entrepreneur jongle aussi avec différentes entreprises et l’entrepreneur international avec différents pays, différentes cultures d’entreprises, différentes langues et différentes façons de voir et d’apporter des solutions.

On jongle avec tellement de choses différentes en tant qu’entrepreneur !

En fait le transfert de compétences permet d’entraîner à jongler !

On est obligé à apprendre de différents domaines du fait de devoir élargir notre champ de vision pour anticiper l’évolution de notre entreprise.

Apprendre diverses choses dans des secteurs qui à première vue n’ont rien à voir l’un avec l’autre n’est pas habituel pour la majorité habituée à un mode de pensée unique.
Et c’est ce qui fait la force d’un entrepreneur qui visualise très bien les différentes facettes d’une entreprise.

Pour piloter un avion on apprend peu à peu avec la répétition.

Il y a tellement de choses à mémoriser que c’est seulement la pratique de la répétition qui permet d’automatiser toutes les tâches de la check list.

Il faut sentir comment réagit l’avion et faire unité avec lui.

La gestion des émotions est primordiale et il ne faut pas perdre la tête lors des entrainements de panne moteur et de mal fonctionnement des instruments de bord tout comme il ne faut pas perdre la tête devant les nombreux choix à faire chaque jour comme chef d’entreprise.

pilote1503934_10152375288493172_985181008713730578_n

Depuis 2011 j’habite à São Paulo oú j’ai commencé à cette époque mes heures de vol à l’Aéroclube. Je ne suis pas pilote commercial mais pilote privé comme un hobby.

J’ai voulu apprendre à piloter pour la liberté et le plaisir que cela procure.

Vivre l’aventure d’avoir la tête dans les nuages est super stimulant et excitant.

Ce qui m’a charmé dans l’entrepreneuriat est la même chose que ce qui m’a charmé dans le pilotage d’avion : le fait d’être le maître à bord, le commandant, celui qui prend 100% des décisions.

Le commandant vous souhaite à tous un bon vol.

Je ne travaille plus depuis 2011

Le titre est provocateur : bien sûr je travaille mais ce n’est plus dans le sens de 9:00 – 17:00 au bureau.rat

Depuis 2011 j’investis dans différentes entreprises dont les miennes principalement. Alors le travail est ce travail de création, d’entrepreneur et d’investisseur. Depuis 2011 je ne travaille plus comme la majorité des gens c’est à dire que je n’ai plus de patron, plus de manager, plus d’objectifs à atteindre autres que ceux que je définis moi-même.
Le point le plus sympa aussi c’est que les bénéfices ne sont plus pour le patron ou pour le manager ou divisés entre employés et réduits à des miettes : c’est tout pour moi.

plus travailler

Ce n’est plus un travail selon le sens commun là oú la majorité travaille pour une minorité.

Le travail est devenu un travail de création de valeur : un travail d’analyse d’opportunités et de viabilité de services et de produits nouveaux.

La creation de nouvelle valeur ne peut pas être réduite à une formule. Cela est prouvé par les CEO professionells « robots » qui manquent d’inspiration et le fondateur reste toujours celui qui a défini « l’âme » de l’entreprise, c’est à dire la culture, les valeurs, la mission, la qualité, mais ce qui est le plus important reste la valeur secrète et différentielle de la boîte.

Un entrepreneur est caractérisé par l’énergie énorme qu’il porte en lui-même et qui ne diminue jamais et qui l’amène à réaliser d’innombrables actions. Par énergie énorme je veux dire très grande en comparaison avec la majorité des êtres humains.

Les innombrables actions que l’entrepreneur réalise vont générer de nouveaux problèmes pour lui-même et pour l’entreprise.
Oui, vous avez bien lu : la majorité des gens suivent le contraire de ce que je viens d’énoncer. En fait ils essaient toujours au maximum d’éviter tous les problèmes pour terminer au final avec les mêmes situations ennuyantes qu’ils connaissent depuis des années.
Les gens n’obtiennent pas ce qu’ils veulent car ils ne réalisent pas assez d’actions et ne persévérent pas avec encore plus d’actions. Ils se retrouvent à la fin avec des problèmes familiers à la place de trouver des problèmes aventuriers et positifs.

Alors allez-y créez enfin votre boîte !

Regardez aussi ces articles :

Ebook “Les 10 règles d’or secrètes du succès.”

Les trucs les plus cools ne sont pas raisonnables

La soif de connaissances.

Ne plus jamais avoir de Patron

Rien n’est impossible pour un homme décidé.

Définition de s’émanciper : se libérer d’un état de dépendance.

To do list – Liste de choses à faire durant ma vie

Entreprendre n’est pas un privilège d’une élite intellectuelle, sociale ou économique.

Vision de 2 mondes : SDF/Millionaire

La soif de connaissances.

Questionner toute sa vie, apprendre et être curieux c’est pour moi essentiel. Vive l’inconnu, l’incompréhensible et le mystérieux ! Bien sûr cela fait peur mais c’est justement ce qu’il faut déchiffrer de gré ou de force dans nos vies.

Questionner sa vie 2

Les hommes d’affaires de succès lisent énormément pour penser c’est á dire pour s’inspirer, pour apprendre de nouveaux chemins, de nouvelles solutions et pour exercer leur créativité. Ils adoptent une attitude révolutionnaire au vue de la majorité :  être enfin à 100% dans le contrôle de tout ce qu’il se passe dans leur vie.

C’est cette attitude qui fait la différence !

Tout vient de là : de ce positionnement d’acteur et de réalisateur de notre vie et non de figurant ! Le fait d’être le maître à bord pour tout ce qui nous arrive et non dans une position de victime qui réclame et qui n’est pas satisfaite de ce qu’elle vit.

Être à 100% dans le contrôle de sa vie veut dire aussi contrôler ce que l’on écoute et ce que l’on voit : écouter des choses stimulantes, encourageantes et qui nous bousculent aussi en nous poussant à courir après nos rêves. Cela veut dire être entouré de personnes positives et qui partagent nos rêves. C’est valable aussi pour Facebook : suivre des personnes motivées et inspirées et non des gens tristes (déprimés ?) qui s’attristent sur leur sort et qui n’ont pas le courage d’oser, de tester et de faire de façons différentes.

Stimuler son esprit afin de créer l’envie et la soif de connaissances est le premier pas vers la conquête du succès.

Ton boulot ne te plaît pas alors fais autre chose car personne ne t’oblige à part toi même à rester avec une impression d’être planté comme un arbre. Ne restes pas fixé là et je t’en prie, n’aies jamais peur de suivre tes rêves. Qui n’a pas de rêves est mort. Il vaut mieux connaître des difficultés mais courir après ses rêves plutôt que d’être dans une situation confortable mais ne pas avancer du tout dans la poursuite de ce qui nous fait vibrer, ce qui nous excite et stimule véritablement nos vies.

Écouter ses désirs et ses rêves profonds, ces rêves d’une vie vécue pleinement est quelque chose que peu de gens font car ils s’habituent à se conformer à la tristesse de la non réalisation de leurs rêves. Chacun a des rêves, des souhaits, des envies, des projets à analyser, à questionner, à redécouvrir.

Nos rêves ne se realiseront pas dans un claquement de doigts oui c’est sûr : cela ne sera pas aussi rapide que d’allumer la télé. Mais cela commence par une attitude de questionnement sur comment faire peu à peu, chaque jour un petit peu plus près de notre objectif même s’il est à des milliers de kilomètres. Cela commence par écouter ses désirs et c’est ce positionnement d’acteur et de réalisateur de notre vie et non de figurant qui révolutionne toute notre vie à chaque instant ! Voilá comment la différence se crée entre un homme actif et créateur de son futur et un homme passif et victime de ce qui lui arrive.

La soif de connaissances est ce qui fait que l’on reconnaît un  homme non conformiste à un homme mouton mou endormi qui a enterré ses rêves. Bien sûr la mollesse n’a jamais été synonyme de succès…

Leonardo da Vinci
Leonardo da Vinci

 

Musique et Business – Partie 1.

Dans la suite des articles sur les liens entre Sport et Business Partie 1 et Sport et Business Partie 2 voici un article sur  les qualités acquises dans la Musique appliquées dans le Business et les qualités apprises dans le Business appliquées dans la Musique.

10848882_10152714745963172_5300001752291138435_o

Comme je le disais pour le Sport, ici c’est la même chose : Musique et Business demandent des actions simples répétées et qui sont les mêmes. Ces actions provoquent du plaisir et un ressenti qui reste gravé en nous sur le long terme.

En Business lorsque l’on met en ligne un beau produit ou vend un service dont les clients sont fiers on a une sensation agréable que l’on souhaite reproduire et le serial entrepreneur recherche cela au plus profond de lui-même.

En Musique plus on répéte des actions stimulantes fun et qui demandent de chercher à nous surpasser plus on va avoir un ressenti agréable que l’on va vouloir reproduire.

J’ai été motivé par mes parents à faire de la musique dans la jeunesse, au Conservatoire : mon père joue de la guitare, ma grande soeur du violon, ma petite soeur du piano et moi du saxophone.

Mes parents nous ont toujours motivé á faire plein d’activités avec des stimulations différentes comme du théâtre, de la danse, du vélo, de la natation, du tennis. Au-delá de devoir faire preuve d’habiletés différentes, ces activités diverses font travailler des zones du cerveau qui ne sont pas les mêmes.

La diversité sur ce point est un atout pour un futur entrepreneur qui doit jongler avec différents savoirs et différentes équipes.

Tout comme pour la méditation, ce qui est important ici c’est que la musique entraîne le cerveau : l’attention et la concentration sont 2 actions différentes que je vais expliquer et que l’on va exercer lorsque l’on joue un instrument.

L’attention c’est le fait d’être à l’écoute et d’observer et c’est plus passif alors que la concentration requiert un effort plus grand car c’est le fait de s’appliquer durant une action. En musique, l’observation et la concentration interviennent ensemble et non séparément comme dans d’autres activités. C’est justement le fait de l’observation et de la concentration être actionnées simultanéement qui entraîne ensemble différents lobes du cerveau. Dans le Business il faut garder cette notion à l’esprit afin de ne pas « garder la tête dans le guidon » c’est à dire ne pas manquer d’observation, de vision long terme lorsqu’on est engagé dans une action ! 

Un musicien écoute et joue en même temps car il s’est entraîné à « ne faire  qu’un avec son instrument » c’est à dire il prête plus attention à la musique qu’aux touches qu’il presse sur son instrument. L’homme d’affaires doit suivre ses rêves (sa propre musique) et ne pas se bloquer sur les problèmes de touches.

12087663_10153365015073172_8857052111179652386_o (1)

La suite dans la partie 2 ici : Musique et Business – Partie 2.

Les trucs les plus cools ne sont pas raisonnables

Les personnes qui font les trucs les plus cools (exemple faire un tour du monde en voilier avec ses enfants) sont vus comme non « raisonnables » par la majorité (avec des critiques du style : »les enfants ne vont pas à l’école durant tout ce temps ! »).

Mais en fait les enfants apprendront plus de choses durant ce voyage.

tour du monde en voilier

Beaucoup plus de choses que durant toute une vie d’adulte alors je crois que cela vaut fortement la peine.

En fait la majorité est molle, peureuse et ne questionne pas ses habitudes.

Vive les aventuriers et les courageux oui, je le dis.

Vive ceux qui prennent des risques !

tour du monde 2

Vive les personnes qui ne sont pas « raisonnables » ! En fait les « bien-pensants » ne comprennent pas ce qu’est être raisonnable et ce qu’est être non raisonnable. La vérité c’est qu’être bloqué tous les jours des heures au bureau n’est pas du tout raisonnable, c’est même complétement idiot, complétement fou, c’est être un esclave enfermé.

C’est important de tout questionner et de voir comment faire les choses différemment.

Il existe toujours une façon différente de faire les choses.

Trouver ces nouvelles alternatives, ces nouvelles routes, ces nouvelles façons de voir et de faire demande de raisonner véritablement.

Voilà ce que veut dire raisonner, plannifier, tester, innover, changer.

tour du monde 3

Il faut avoir peur de ne pas innover, il faut avoir peur de ne pas élargir son champ de vision. Il ne faut pas avoir peur de vivre ses rêves et de faire tout ce que l’on veut.

La vie est faite pour cela et il n’y a rien de plus triste que de vivre la vie de quelqu’un d’autre.

La vie est courte, belle et sauvage alors ne perdons pas notre temps à ne rien tenter de différent car c’est cela qui donne du goût à la vie !

gout de la vie

 

Vision de 2 mondes : SDF/Millionaire

Il y a un moment où l’on se dit avec ces termes lá ou avec d’autres : « Basta ! C’est fini ! Je ne veux plus travailler pour quelqu’un d’autre ! Je ne veux plus travailler pour personne ! Mon temps est à moi, ma vie m’appartient !  »

Mais en vérité personne ne veut être un SDF et personne non plus ne souhaite réellement être un entrepreneur.

Un entrepreneur questionne tout, vraiment tout dans la société.

Études>Diplôme>Employé>Retraite ne fait aucun sens pour l’entrepreneur.

La quête de sens est justement ce qui crée un entrepreneur. 

J’ai écrit en titre de cet article « millionaire » car tout le monde souhaite l’être mais je voulais dire entrepreneur à la place car en vérité peu de personnes veulent être entrepreneur. Le courage de tout lâcher, de vivre de façon différente, de tenter de nouvelles expériences et de détruire toute routine nous fait peur car nous sommes tous des habitués à la médiocrité, conscients ou pas. Nous devons « nous battre contre nous-mêmes » pour nous surpasser et ENFIN RÉALISER NOS RÊVES !

Beaucoup d’entrepreneurs, créateurs de start ups sont des « SDF » sans salaire, sans maison souvent hébergés chez des amis ou parents durant de nombreuses années avant que la société ne devienne rentable. Cela prend du temps d’apprendre à s’envoler lorsque durant toute une vie nous avons appris à rechercher la sécurité d’une cage, mais cela vaut la peine autant pour le développement personnel (connaissances, habiletés, gestion des émotions…etc), tout comme pour le développement de notre porte monnaie bien sûr.

En effet, les employés, cadres ou pas, avec stock option ou pas, riches ou pas restent des esclaves, travaillant pour les porte monnaies de quelqu’un d’autre, pour les projets de quelqu’un d’autre, pour les rêves de quelqu’un d’autre, et ceci même si la cage oú il vivent et où ils travaillent est dorée. Ils peuvent même aimer cette cage pensant qu’elle est une sécurité pour ne pas tomber car ils ne savent ou « ne veulent pas » s’envoler et chasser d’eux-mêmes librement.

Mais le pire c’est cela : être esclave de soi-même c’est à dire de ne pas être conscient que l’on n’exploite pas le maximum de ses propres possibilités. Certains patrons sont aussi esclaves d’eux-même car ils sont débordés et n’ont plus de temps pour ce qu’ils avaient défini auparavant comme essentiel.

Mais ceux qui se sentent révoltés par cette situation d’esclave, par le fait de vivre pour un salaire et non pour réaliser ses rêves doivent faire preuve de courage et enfin sauter le pas !

Nos amis employés ne comprennent pas l’entrepreneur cadre qui quitte  un jour une multinationale avec plein d’avantages pour créer sa boîte. Et qui un autre jour se retrouve à nouveau avec ses amis employés pour manger ensemble mais ne partage plus du tout les mêmes perspectives, ni les mêmes envies, ni les mêmes points de vue.

sdf 2L’entrepreneur se sent bien seul et à contre courant du chemin suivi par la majorité, tout comme le SDF seul, abandonné, méprisé, ridiculisé et rejeté.sdf4

 

Mais si vous êtes un bon entrepreneur vous aurez un jour un porte monnaie plus rempli que celui d’un SDF.

Et après avoir été de nombreuses années ridiculisé, abandonné, jalousé, méprisé, vous serez vu comme un génie et un visionnaire…

 

Clarifier ses propres objectifs

Voici 10 questions pour vous aider à clarifier vos propres objectifs.

image

Pouvez-vous répondre à ces questions sur vos objectifs?

image

1) Sont-ils écrits ? – Prendre une feuille de papier et rédiger vos objectifs est un acte magique. Il les rend réels et les précise.

2) Sont-ils VOS objectifs ? – Avant d’aller plus loin, assurez-vous que vos objectifs sont vraiment les vôtres. Ou sont-ce des objectifs que vous vous êtes fixé pour satisfaire votre famille, votre patron ou la société ?

3) Ont-ils une échéance ? – Des objectifs sans date limite sont comme une course sans fin. Vous avez besoin d’une ligne d’arrivée pour définir votre objectif afin de savoir quand vous allez l’atteindre.

4) Quel est le prix que vous êtes prêt à payer ? – Chaque but a un coût. Que ce soit le temps, l’argent, ou les efforts. Assurez-vous que vous êtes vraiment prêt à payer le prix pour atteindre votre objectif.

5) Quel aide aurez-vous besoin pour atteindre vos objectifs ? – Des buts vraiment grands nous obligent à nous dépasser. Chaque personne qui réussit a appris de quelqu’un d’autre. Planifiez à l’avance comment vous allez obtenir l’aide dont vous avez besoin.

6) Êtes-vous concentré sur votre objectif ? – Beaucoup de gens n’ont que des objectifs flous. Ou peut-être poursuivent-ils trop de buts à la fois. Pour réussir, vous devez être concentré sur votre objectif principal. Il doit être à l’avant-plan et au centre de votre vie. Vous devez y penser régulièrement.

7) Vos objectifs sont-ils flexibles ? – La vie est imprévisible et tout change constamment. Vous ne pouvez pas contrôler cela. Donc, vos objectifs doivent être adaptables, flexibles. Cela ne doit cependant pas être utilisé comme une excuse au premier signe de difficulté. Des objectifs flexibles peuvent être modifiés dans des périodes difficiles, sans pour cela être abandonnés.

8) Vos objectifs demandent-ils que vous dépassiez vos limites ? – Si votre objectif est de faire quelque chose que vous avez déjà fait auparavant, alors vous obtiendrez les mêmes résultats. Vos objectifs doivent vous obliger à développer vos capacités. C’est comme cela que vous acquerrez de nouvelles compétences et de nouvelles limites.

9) Croyez-vous à vos objectifs ? – Plus que quiconque, vous devez croire vous-même à vos objectifs. Il y aura des critiques, des gens sceptiques, et des gens qui veulent vous voir échouer. Ne les écoutez pas. Un potentiel énorme dort au fond de vous, et si vous croyez que c’est possible, vous pouvez réaliser n’importe quel objectif.

10) Qu’avez-vous fait aujourd’hui ? – Vous devez agir chaque jour pour la réalisation de vos objectifs. Ce n’est pas une activité facultative. Si vous avez vraiment la détermination d’atteindre vos objectifs, vous y penserez et agirez dans ce sens chaque jour.

Entreprendre n’est pas un privilège d’une élite intellectuelle, sociale ou économique.

Entreprendre n’est pas un privilège d’une élite intellectuelle, sociale ou économique. L’entrepreneuriat est un mode de vie pour ceux qui veulent vivre de manière différente, s’échapper du conformisme et faire bouger les choses.

Entreprendre est pour tout le monde (tous les goûts, les cultures, les races, les niveaux d’éducation et pour tout type et toute taille du rêve). Ceci est parce que l’esprit d’entreprise est démocratique et méritocratique. Tout le monde peut commencer très petit et avec son travail, croître sans limites.

Une personne qui a étudié beaucoup de choses sur la gestion, la comptabilité, le marketing, etc. et qui sort de la meilleure université du monde a suffisamment d’outils dans ses mains, c’est vrai. Mais comme l’esprit d’entreprise n’exclut personne, il est normal de voir parmi les entrepreneurs ceux qui n’ont même pas mis le pied à l’université et qui sont des entrepreneurs prospères (via ses propres recherches, ainsi que beaucoup de courage, de créativité et de détermination).Enreprenre 2Ces personnes ont adopté ce mode de vie, car à un moment donné s’est manifesté un désir très fort et ce désir pour eux était suffisant pour se lancer, persévérer et surmonter toutes sortes de difficultés. Sans ce désir très fort et cette faim insatiable pour avancer vers la réalisation de ses objectifs et de ses désirs, le diplômé de la meilleure université du monde ne va nulle part dans la poursuite de ses rêves et passe sa vie en vain.

L’entrepreneuriat devrait être le thème central de l’éducation à l’école, donnant des références pour  tous les enfants en leur racontant les histoires de ces entrepreneurs, ces gens ordinaires qui ont entrepris, ceux qui dans la communauté sont devenus des agents de changement. L’entrepreneur étant celui qui a prospéré dans le désert et a triomphé du désespoir et du manque de perspective.

L’entrepreneur est chaque enfant, avec son audace juvénile, sa créativité et sans les craintes implantés par la société qui vénère la stabilité et est terrifiée par le risque.

entreprendre 3 L’entrepreneuriat est ce style de vie qui naît avec chaque enfant, mais qui avec le temps finit par être remplacé par l’insécurité, la peur et la médiocrité.

L’entrepreneuriat est pour vous, pour moi, pour les pauvres, les riches, les noirs, les blancs, les indiens, les diplômés à Harvard ou au Collège de West Tribobó, ceux qui ont des parents riches ou ceux qui sont orphelins.

L’entrepreneuriat n’est pas pour engraisser votre cerveau avec l’accumulation d’information qui n’est jamais mise en pratique.

Alors je dis à haute voix: L’ENTREPRENEURIAT EST POUR TOUS.

Rien n’est impossible pour un homme décidé.

Se fixer des objectifs est un comportement sain. Avoir des buts précis à atteindre est obligatoire. Un planning des tâches permet d’avancer vers la réalisation de tous nos rêves. Bien sûr cela va prendre du temps mais une grande réalisation est faite de milliers de petites realisations mises bout à bout.

Si l’esprit peut imaginer alors on peut réaliser. Rien n’est impossible pour un homme décidé. Nos désirs et nos rêves les plus fous doivent être réalisés. Cela demande de connaître ses rêves et ses désirs. Cela demande des qualités d’introspection et du courage tout comme de la discipline. Le fait de se fixer des objectifs et des actions journalières nous oblige à inscrire durablement en nous-même les qualités exigées pour le succès. Ainsi le succès sera atteint par l’habitude acquise et apprise via la répétitions de milliers de petites actions.

Singe avec une cravate

Les plus hautes qualités humaines, celles qui nous font évoluer et nous permettent d’obtenir la réalisation de nos rêves renvoient en fait à des pulsions bien primitives il paraît. Notre ADN diffère seulement de 1% de celui du singe. Quand on parle d’argent à partir d’une certaine somme, tout le monde écoute.

singe 3 Quand j’ai vérifié mon portfolio financier l’année dernière sur internet et que j’ai vu que j’avais gagné plus en 1 semaine que ce que je gagne normalement durant tout le  reste de l’année, je dois admettre que j’ai été d’un coup à ce moment même très proche d’un primate shooté à l’adrénaline qui vient de découvir une nouvelle plantation de bananes !

Singe 2 Et si j’avais pu danser, courir, sauter partout et taper dans les mains de mes clients investisseurs, je l’aurais fait !

Pérsévérer, croire en soi, avancer chaque jour en réalisant seulement de petites actions; et un jour ces petites actions bout à bout seront une grande réalisation; l’aboutissement d’un rêve, l’aboutissement de nos rêves les plus fous. Y croire est fou et pérsévérer est fou lorsque tout est contre nous mais c’est ce qui fait que la vie vaut la peine et que les conquêtes possèdent un goût merveilleux.

N’arrêtez jamais de rêver, de désirer, de planifier et d’avancer tous les jours au moins un tout petit peu vers vos rêves les plus fous. Cela vaut la peine !

 

Sport & Business – Partie 1

image

Ici je vais parler en 2 parties des qualités acquises par le sport appliquées dans le business et des qualités apprises dans le business appliquées dans le sport.

image

Je suis ceinture noire de Jiu Jitsu Brésilien (black belt de David Vieira) que je pratique de façon intensive depuis 1999 et j’ai donné beaucoup de cours de Jiu Jitsu Brésilien.
Avant mon Master à l’école de commerce d’Audencia-Nantes, j’ai obtenu un Master 2 recherche en Sciences et Techniques du Sport et des Activités Sportives (STAPS) avec spécialité Sociologie du Sport.
Tous les jours en STAPS on avait des cours théoriques et pratiques sur différentes activités sportives comme la danse, la gymnastique, l’athlétisme, le football, le rugby, le tennis, la natation, le basketball etc…
J’ai donné des cours d’EPS en stage en école primaire mais je ne me voyais pas faire cela toute ma vie.
J’ai aussi travaillé avec mon BAFA comme animateur de colonies de vacances et j’ai aussi été formateur BAFA (formant les futurs animateurs) et avec mon BNSSA comme surveillant de baignade pour des groupes d’enfants en vacances. Et je ne me voyais pas non plus faire cela toute ma vie.

MAIS pourtant tout cela m’a permis d’acquérir au-delà des techniques des habiletés et des atitudes qui font ce que je suis aujourd’hui.

Sport et Business demandent des actions simples répétées et qui sont les mêmes. Ces actions provoquent du plaisir et un ressenti qui reste gravé en nous sur le long terme.

En Business lorsque l’on met en ligne un beau produit ou vend un service dont les clients sont fiers on a une sensation agréable que l’on souhaite reproduire et le serial entrepreneur recherche cela au plus profond de lui-même.

En Sport plus on répéte des actions stimulantes fun et qui demandent de chercher à nous surpasser plus on va avoir un ressenti agréable que l’on va vouloir reproduire.

Triste constat : 70% des gens ont un problème de surpoids et il faut qu’ils se réveillent ou alors leur corps va un jour les réveiller dans la douleur.

image

Pour parler de Sport & Business comme est le titre de cet article : beaucoup d’hommes d’affaires riches ont des gros bides et beaucoup de sportifs amateurs pauvres prennent soin de leur corps mais pas de leur porte monnaie!

  • La persévérance dans le sport tout comme dans l’entrepreneuriat est la clé du succès.
  • Il est impossible de mentir à son corps et cela permet d’observer directement et honnêtement la bonne avancée de nos actions.
  •  Une dynamique saine de quelqu’un qui ne fume pas, ne boît pas ou peu, qui écoute les envies de son corps de courir dans la nature, de nager, de s’arrêter, de se reposer, de manger à chaque repas des fruits et légumes permet à « l’eau qui coule de casser la roche », c’est à dire de graver durablement les bonnes atitudes dans nos têtes dures.
  • La répétion d’actions sportives inscrit des habiletés dans notre corps et notre esprit « automatiquement, naturellement, et inconsciement » comme on dit dans le zen soto. Ce n’est plus le mental qui nous dit d’aller au sport mais c’est notre corps qui le demande et c’est à ce moment lá que c’est devenu une habitude saine.
  • Les personnes qui ne font rien vont vous critiquer afin de justifier le fait qu’eux mêmes ne font rien. Personne ne va battre un beau jour à votre porte pour vous donner un chèque d’un million car c’est à vous de courir après : cela dépend de votre sueur et seulement de la votre. Je pense que les sportifs sont plus responsables que les autres personnes non sportifs car justement ils savent que le progrès ne dépend que d’eux -mêmes.
  • La régularité des entrainements est essentiel pour observer des changements majeurs dans notre corps et notre esprit tout comme la régularité des actions pour nos entreprises est essentielle pour pouvoir avancer ne serait ce qu’un petit peu.
  • Il faut toujours avancer, chaque jour au moins un petit peu et l’entrepreneur qui favorise l’éxécution aura toujours un temps d’avance par rapport à celui qui a en théorie un plan superbe mais qui n’a jamais fait un seul pas en pratique. Tous ont des rêves mais peu les réalisent et ont la pérsévérance de continuer malgré les nombreuses embûches qui apparaissent toujours et toujours. Il ne faut pas s’inscrire à l’académie de sport pour y aller seulement 2 fois par mois puis abandonner, car cela n’est pas une atitude d’entrepreneur : un entrepreneur est la personne la plus déterminée au monde et rien ni personne ne la fera arrêter.
  • Bien sûr le focus et la concentration d’un sportif est supérieur à un non sportif et cela permet d’aller chercher à se dépasser à chaque moment.
  • Vivre constamment TOUT comme un challenge est la clé de l’évolution.

Alors, allez-y prenez soin de votre corps, de votre esprit et de votre porte monnaie, prenez soin de vous !

Suite dans la partie 2

Ne plus jamais avoir de Patron

Ça y est !
C’est maintenant !
Le moment de ne plus jamais avoir de patron !

image

Allez-y la porte est ouverte !
Ce serait triste de rester encore coincé plus de temps dans ce bureau sinistre !
La liberté d’avoir enfin du temps pour soi en vaut la chandelle.

image

Cela demande juste un peu de courage et de curiosité.
Le courage d’être enfin le maître à bord et de pouvoir prendre les décisions.
La curiosité pour rechercher différents angles de vue et différentes solutions.

Disposer de son temps est un luxe merveilleux qu’entreprendre rend possible.
L’entrepreneur intelligent sait automatiser son business pour pouvoir avoir tout son temps libre er ne jamais être un esclave de tâches fastidieuses.
Ne plus avoir de patron cela veut dire definir enfin tout seul ses propres désirs er ses propres actions.

image

Ainsi l’entrepreneur passe son temps à faire les choses qui réellement sont importantes pour lui et qui font partie de sa Check List.
Être son propre patron c’est agir à 100% de son vrai potentiel.

image

Ça y est !
C’est maintenant !
Le moment de ne plus jamais avoir de patron !
Pour plus d’informations cliquez ici pour acheter mon livre “Les 10 règles d’or secrètes du succès ».

Définition de s’émanciper : se libérer d’un état de dépendance.

Cherchant dans le Larousse, je vois que s’émanciper est défini comme : se libérer d’un état de dépendance.

image

Il est aussi mentionné que s’émanciper c’est aussi s’affranchir des contraintes.

Voici un article pour mettre votre entreprise en mode autopilote.

C’est vrai : créer sa boîte c’est cette volonté de se libérer de ce qui nous rend malheureux pour ne plus rester comme dans cette triste image :

image

Cela va nous amener par la suite à chercher constamment à s’améliorer et à se dépasser.

image

Pour atteindre nos objectifs il sera obligatoire, de gré ou de force de se surpasser c’est à dire de maîtriser de nouvelles habilités.

S’affranchir des contraintes veut dire créer un nouvel environnement qui nous stimule et nous excite ou autrement dit visualiser de nouveaux horizons.
Il y a de nouvelles contraintes que nous voyons comme des défis sains et positifs ou comme des challenges que l’on ressent comme agréables à vivre pour notre progrès.

Se libérer d’un état de dépendance c’est sortir de la routine et innover, c’est se challenger soi-même pour aller plus loin que sa zone de confort.

C’est connaître durant quelques années des expériences que la majorité ne souhaite pas connaître pour pouvoir passer le reste de sa vie comme la majorité ne pourra jamais connaître !