L’extension maximale du salariat et la destruction des petits entrepreneurs (propriétaires de leurs propres moyens de production).

Énormément de patron de petites et moyennes entreprises se suicident. Je n’ai malheureusement jamais vu de hashtag s’en offuscant. L’égoïsme ambiant règne en maître en mettant des oeillères à la majorité et la vertu affichée online tombe offline en laissant apparaître la déresponsabilisation et la lâcheté réelle.

Autant le socialisme comme le capitalisme prêchent pour l’extension maximale du salariat et la destruction de la libre petite entreprise, c’est à dire de la classe moyenne indépendante et économiquement libre. Ces petits propriétaires de leurs propres moyens de production ont la conscience politique la plus juste car impliquée dans le réel.

En effet beaucoup de pseudo intellectuels prônant des révolutions sociales n’ont jamais mis les pieds dans une petite entreprise et ignorent ce qu’est un compte d’exploitation annuel ou une fiche de paie. Et pourtant leur idéologie collectiviste est dominante dans les merdias subventionnés donc corrompus.

Nous sommes dans une société de déresponsabilisation, de passivité où les salariés réclament plus de droits et moins de devoirs. Ou les « adultes » sont des ados éternels; qui en ne voulant pas savoir sur certains sujets déléguent la responsabilité personnelle à une instance hiérarchique ou étatique.

Or une vraie démocratie est un peu comme le modèle grec des hoplites avec une association libre de petits propriétaires qui se mutualisent et écrivent leurs propres règles.

Alors que notre actuelle fausse démocratie de salariat généralisée est une organisation dans laquelle le salarié vend son temps de travail. Voir ici mon article dans lequel je montre qu’il y a plus d’esclavage de nos jours qu’auparavant. Ces salariés laissent de côté de nombreux pans de l’équation sans les questionner ou bien le savent mais ne rentrent pas dans une résistance contre cette fausse sécurité déresponsabilisante. Les pans de l’équation qu’ils ne contrôlent pas par eux-mêmes sont celui de l’indépendance financière notamment de part un bourrage de crâne d’années d’idéologie collectiviste gauchiste du mépris de l’argent.

Entre guillemets l’argent c’est sale, laissez moi (le politique) le gérer à votre place et vous en piquer la plus grande partie dans les poches bien sûr. Les petits patrons eux sont dans une démarche d’essayer d’être indépendant financièrement et de reprendre le gouvernail.

L’idéologie de gauche qui dit que tous les patrons sont des enfoirés, qu’ils soient du CAC40 ou des petits patrons responsables sur leurs biens personnels et qui n’ont pas le droit au chômage est absurde et hypocrite !

Cette société est systémiquement malsaine et laisser la gestion de notre indépendance et liberté à un tiers est extrêmement dangereux. Peu de virilité et de moralité ! Même ces mots là ont disparu ou ne sont plus politiquement correct alors que paradoxalement la corruption morale est plus présente qu’auparavant.

La solution responsable et cohérente c’est le retour des consommateurs à une économie solidaire locale aux petits patrons et non plus aux multinationales. Agissons financièrement pour le développement d’une contre-société créative contre la bureaucratie, la sur-fiscalité, le parasitisme politique.

Pour vous qui n’aimez pas vendre

Pour vous qui n’aimez pas vendre : vous ne savez sûrement pas ce que veut dire le verbe « vendre ».
Cela n’est pas seulement désirer un échange entre un produit/ service et de l’argent.
Vendre c’est influencer, autrement dit faire en sorte que l’autre partie comprenne ou accepte notre idée, pensée, idéologie ou tout simplement notre désir.

Par exemple 2 enfants qui jouent : une souhaite arrêter de jouer alors que l’autre s’amuse beaucoup et ne veut pas arrêter.
Un des deux enfants devra céder et l’outil qui définira la continuation ou la fin du jeu c’est la vente !

image

Au boulot le leader doit conduire son équipe dans la même direction afin de réaliser ses objectifs.
Il y a seulement un outil pour cela : vendre ses idées !
C’est de cette façon que tous les membres seront unis avec le leader !

Être convaincu de ce que l’on raconte c’est la clé d’une bonne communication.

Nous vendons à chaque seconde.
Moi par exemple je suis en train de vous vendre l’idée que vous êtes un vendeur et que vous devez vendre beaucoup pour réaliser vos projets de vie.
Si vous n’êtes pas d’accord vous êtes en train de vendre à vous même la fausse idée que vous n’avez pas besoin de vendre quoi que ce soit à qui que ce soit.
Dans ce cas là vous êtes encore en train de vendre !

Que l’on le reconnaisse ou pas nous sommes tous des vendeurs !

Depuis que nous sommes bébés avec les pleurs et les cris comme arguments de vente !

C’est ainsi pour tout le monde, pour le mari avec sa femme, pour les médecins, les ingénieurs, les coiffeurs; que ce soit en pays libres, en dictature, en tribu indienne; qui vend le mieux son idée est celui qui ira le plus loin.

Que vous soyez d’accord ou pas je vous souhaite de bonnes ventes !

Pour arriver à vendre vos idées cliquez ici pour télécharger mon Ebook “Les 10 règles d’or secrètes du succès ».