De l’importance de parler d’argent avec ceux qui n’en n’ont pas.

Dans cette podcast je parle de questionner le tabou de l’argent et vous inviter à parler plus d’argent avec ceux qui n’en n’ont pas.

L’objectif étant d’ouvrir son esprit et d’être curieux.

Quoi faire dans la journée quand on n’a plus à aller au taf ?

La grasse matinée tous les jours, aller au parc et au cinéma quand il n’y a personne, aller au shopping quand il n’y a personne, prendre des billets d’avion moins chers en basse saison, réserver des spas et chambres d’hotel moins chers car on a un grand choix de dates, glandouiller à la piscine du club, lire des livres sur la chaise longue ou un hamac devant une plage brésilienne (j’habite au Brésil depuis 2011), écouter de la musique ou une podcast en rêvassant, faire du karting, du buggy, de la voile, jouer de la musique, apprendre dans différents domaines (je fais mon brevet de pilote d’avion privé et j’ai des entreprises dans d’autres secteurs que ceux de mes études scolaires cf les habiletés et compétences que vous devez apprendre en dehors de votre diplôme). La formation à vie est quelque chose de fondamentale. 
Je me la coule douce et je n’ai plus aucune routine matinale à la San Francisco comme je le faisais quand j’étais étudiant (réveil à 5h du mat pour aller méditer au dojo zen soto voir mon article Méditation & Business). Le plus sympa c’est le lundi et mardi le fait de savourer la grasse matinée et le petit dej au lit quand les autres bossent car cela nous fait réfléchir sur les choix que nous avons pris 🤔.

Développons là-dessus : la majorité par manque de connaissance (voir mon article connaissez vous l’esclavage moderne et mon article la soif de connaissances) et par manque de courage reste esclave moderne et refuse de s’interdir la prostitution temporelle. C’est un choix de se dire à soi-même : c’est terminé je ne veux vivre plus aucun jour comme esclave ! Moi j’ai opté pour être individualiste (une nécessité vitale et libératrice) et m’interroger sur les illusions du collectivisme sans aucune morale qui maintient la majorité dans un tout petit carré : résistez et envoyez balader le bon sens !

Quand on n’a plus à aller au taf on a beaucoup plus de trucs à faire ! J’ai des objectifs à atteindre (voir ma To Do List). Ces objectifs sont définis en commun accord avec ma femme. On a des objectifs de voyages, des objectifs pro, des objectifs perso, des objectifs journaliers. 

Dans la journée quand on n’a plus à aller au taf on peut aller à la piscine, à la plage et avoir une réunion pour taffer dans le restaurant d’un hotel chic face à un paysage extraordinaire. On peut écrire des mails sur son smartphone, écrire des articles sur son blog, envoyer des contrats via Google Docs sur son portable, avoir Skype, Slack, Whatsapp etc pour parler avec ses clients, ses employés, ses fournisseurs. Puis plus important on peut éteindre son portable et faire ce qui bon nous semble de notre temps.

Faire ce qui bon nous semble !

La soif de connaissances.

Questionner toute sa vie, apprendre et être curieux c’est pour moi essentiel. Vive l’inconnu, l’incompréhensible et le mystérieux ! Bien sûr cela fait peur mais c’est justement ce qu’il faut déchiffrer de gré ou de force dans nos vies.

Questionner sa vie 2

Les hommes d’affaires de succès lisent énormément pour penser c’est á dire pour s’inspirer, pour apprendre de nouveaux chemins, de nouvelles solutions et pour exercer leur créativité. Ils adoptent une attitude révolutionnaire au vue de la majorité :  être enfin à 100% dans le contrôle de tout ce qu’il se passe dans leur vie.

C’est cette attitude qui fait la différence !

Tout vient de là : de ce positionnement d’acteur et de réalisateur de notre vie et non de figurant ! Le fait d’être le maître à bord pour tout ce qui nous arrive et non dans une position de victime qui réclame et qui n’est pas satisfaite de ce qu’elle vit.

Être à 100% dans le contrôle de sa vie veut dire aussi contrôler ce que l’on écoute et ce que l’on voit : écouter des choses stimulantes, encourageantes et qui nous bousculent aussi en nous poussant à courir après nos rêves. Cela veut dire être entouré de personnes positives et qui partagent nos rêves. C’est valable aussi pour Facebook : suivre des personnes motivées et inspirées et non des gens tristes (déprimés ?) qui s’attristent sur leur sort et qui n’ont pas le courage d’oser, de tester et de faire de façons différentes.

Stimuler son esprit afin de créer l’envie et la soif de connaissances est le premier pas vers la conquête du succès.

Ton boulot ne te plaît pas alors fais autre chose car personne ne t’oblige à part toi même à rester avec une impression d’être planté comme un arbre. Ne restes pas fixé là et je t’en prie, n’aies jamais peur de suivre tes rêves. Qui n’a pas de rêves est mort. Il vaut mieux connaître des difficultés mais courir après ses rêves plutôt que d’être dans une situation confortable mais ne pas avancer du tout dans la poursuite de ce qui nous fait vibrer, ce qui nous excite et stimule véritablement nos vies.

Écouter ses désirs et ses rêves profonds, ces rêves d’une vie vécue pleinement est quelque chose que peu de gens font car ils s’habituent à se conformer à la tristesse de la non réalisation de leurs rêves. Chacun a des rêves, des souhaits, des envies, des projets à analyser, à questionner, à redécouvrir.

Nos rêves ne se realiseront pas dans un claquement de doigts oui c’est sûr : cela ne sera pas aussi rapide que d’allumer la télé. Mais cela commence par une attitude de questionnement sur comment faire peu à peu, chaque jour un petit peu plus près de notre objectif même s’il est à des milliers de kilomètres. Cela commence par écouter ses désirs et c’est ce positionnement d’acteur et de réalisateur de notre vie et non de figurant qui révolutionne toute notre vie à chaque instant ! Voilá comment la différence se crée entre un homme actif et créateur de son futur et un homme passif et victime de ce qui lui arrive.

La soif de connaissances est ce qui fait que l’on reconnaît un  homme non conformiste à un homme mouton mou endormi qui a enterré ses rêves. Bien sûr la mollesse n’a jamais été synonyme de succès…

Leonardo da Vinci
Leonardo da Vinci