Démarrer sa startup de zéro

« Démarrer sa startup de zéro ».

Gratuit notre E-book qui réunit nos articles publiés sur Gladiacteur.

Cliquez ici pour le lire:

https://view.attach.io/HyGhNV2Yz

Bonne lecture

📖

10 raisons qui font que j’adore l’entrepreneuriat.

Considérez que l’entrepreneuriat englobe le marketing, le juridique, la technologie, la comptabilité, la gestion du personnel parmi beaucoup d’autres disciplines. 

Tout cela, dans un contexte de changements constants, de changements dans le scénario macroéconomique, les oscillations politiques, les échanges microéconomiques, les influences internationales et, pour compléter, dans un environnement totalement concurrentiel.

Voici donc mes 10 raisons d’être un fan de l’entrepreneuriat:

1. Le sentiment qu’il est impossible de tolérer me sentir en otage de quelqu’un différent de moi-même pour contrôler ma vie. Seul l’entrepreneuriat vous donne un meilleur contrôle sur votre destin.

2. La joie de construire votre propre projet l’emporte sur beaucoup des ennuyeuses activités quotidiennes d’un entrepreneur. Le sentiment de voir ce qui a été réalisé est une récompense qui fait partie de la récompense émotionnelle d’un entrepreneur.

3. L’entrepreneur à succès fait beaucoup d’€ et n’est pas limité à la négociation collective ou aux bureaucrates politiques. Un entrepreneur qui réussit a une rémunération beaucoup plus élevée que la moyenne, ce qui est une juste récompense pour le risque qu’il a pris à travers le capital qu’il a investi et mis en jeu.

4. Les entrepreneurs sont les premiers du secteur productif d’un pays, génèrent des emplois et sont les principaux payeurs de taxes. Tous les pays développés le sont grâce à leurs entrepreneurs qui sont respectés par les gouvernements et les autorités. Dans les pays du tiers monde, les entrepreneurs dans de nombreux cas, représentent une menace pour les politiciens populistes qui veulent toujours concentrer le pouvoir et le contrôle et tendent donc à l’étatisme ou en association avec des parasites entrepreneurs volant le pays en partenariat avec eux . La bonne nouvelle est que ce n’est pas une règle et qu’il est possible d’entreprendre sans se mélanger avec ces parasites bureaucratiques de la pègre politique.

5. En plus d’entreprendre et de construire des projets conçus, j’aime aussi donner la possibilité aux employés qui souhaitent également entreprendre de devenir mes partenaires d’affaires et profiter des résultats également supérieurs à la moyenne. Je peux donc faire une des choses que j’aime le plus: encourager l’entrepreneuriat.

6. Il est possible d’entreprendre avec 1 million de capital, 500 mille de capital, 100 mille de capital, 10 mille de capital et même avec simplement 100 de capital. L’esprit d’entreprise est démocratique. Juste avoir un produit et le vendre avec une bonne marge en ayant la discipline tactique nécessaire pour le faire à plusieurs reprises tout en accumulant des capitaux et en développant le processus.

7. De la même manière qu’il est possible de commencer très petit, il est possible de croître sans limite, en fonction de la capacité de gestion de l’entrepreneur. Il n’y a pas de lois limitant sa croissance. Une grande entreprise travaille exactement selon les mêmes principes qu’une micro-entreprise. La différence est seulement dans la sophistication des processus qui peuvent être appris par l’entrepreneur tout au long du voyage et de sa croissance.

8. J’aime le secteur de l’éducation, parce qu’au delà du marché immense je peux aider les gens à développer leur carrière et améliorer l’estime de soi et l’accès à l’information tout comme mes articles le font.

9. Un entrepreneur est évalué sur ses résultats et non par les histoires qu’il raconte sur les réseaux sociaux. Vendre une image sans résultats ne vaut absolument rien. Après avoir gagné de la crédibilité sur le marché,a croissance devient plus facile et de plus en plus ouverte. Si au début de la carrière c’est extrement dur de frapper à la porte des banques pour avoir un crédit, quand il atteint des niveaux plus élevés, les banques frappent à votre porte pour avoir l’occasion de participer à vos projets.

10. Pour entreprendre, il n’y a pas de classe sociale, de race préférée, d’orientation sexuelle ou d’âge. Quiconque a un appétit pour une meilleure qualité de vie et veut sortir de la chaîne de montage imposée par la société peut rêver et accomplir. Pour cela, la bonne volonté ne suffit pas. Il faut être prêt et disposé à mener une vie de dur travail et de sacrifices, mais beaucoup de récompenses pour ceux qui réussissent.

J’ai vu des gens pauvres entreprendre avec succès et changer leur vie et leur famille. J’ai aussi vu des gens entreprendre avec succès dans les bidonvilles brésiliens, des sans-abri, des éboueurs, ainsi que des héritiers ont échoués. J’ai vu des gens avec des collections de diplômes dans le mur mis au ban de la société. Pour gagner en tant qu’entrepreneur, il n’y a pas de programme ou de pedigree minimum requis.

C’est une bonne nouvelle pour ceux qui veulent faire la différence et qui constituent une nuisance majeure pour ceux qui cultivent la justification qu’ils sont victimes de la société.

Il n’est pas rare de voir des étudiants en difficulté, des étudiants désintéressés par le modèle d’éducation classique qui a été créé pour former le marché du travail, les étudiants expulsés et discriminés dans ce système pour avoir beaucoup de succès en tant qu’entrepreneurs. Il n’y a rien de plus subversif que d’entreprendre, car cela demande de nager à contre-courant et de briser tous les standards et les tabous de cette société standardisée. Cependant, une fois le succès obtenu en tant qu’entrepreneur, les hypocrites ne manqueront pas de dire qu’ils vous ont toujours soutenus, même s’ils ne vous ont pas épargné des critiques sévères et des moqueries sur votre initiative.

Entreprendre est pour ceux qui n’abandonnent pas d’être un protagoniste et n’acceptent pas d’être subjugué par le système. 100% des victimes échouent dans le monde de l’entrepreneuriat. Ils ne peuvent pas tenir le coup et blâmer les tierces parties est la seule chose qui leur reste …

Rien n’existe par hasard.

Lisez le journal de bord d’un entrepreneur.

Comment les employés et les employeurs voient les choses différemment. Comment changer et devenir employeur, si vous le voulez.

Récemment un tweet m’a bien fait marrer et il disait : «après 5 ans à Harvard vous trouverez peut être un métier mais après 3 semaines à Draper University vous allez créer au minimum 3 emplois.»

Dit de cette façon on voit bien que la majorité ne perçoit pas qu’elle passe à côté d’un choix intelligent. Allez-y dites-moi franchement si vous aviez le choix entre être employé et être employeur vous iriez créer votre entreprise bien sûr ! Et bien regardez les choses en face : VOUS AVEZ LE CHOIX ! Et si vous ne voulez pas être employeur alors arrêtez la lecture de mon article et faites autre chose ! VOUS AVEZ LE CHOIX !

Je vais parler de mes expériences : être employé pour moi ne fait pas sens. Au début, en tant que jeune diplômé, je pensais que le corporatisme allait me nourrir, me loger et donner un sens à ma vie, des collégues sympas, des vacances cools. Bien beau tout cela mais c’est une prison dorée. Dorée ou grise cela reste une prison !Mais j’ai dis merde basta, à un moment j’ai enfin franchis le pas en mettant en avant le fait  que ma vie vaut plus que ces miettes là !Allez-y vous aussi jetez vous à l’eau ! Dites vous que votre temps est à vous et que vous n’êtes pas des robots ! Dites vous que vous ne méritez pas d’être des prisonniers avec des horaires pour entrer, des horaires pour sortir, des horaires pour manger, des vacances limitées. C’est difficile pour un prisonnier d’imaginer qu’il existe d’autres façons de vivre et que la porte de la prison est ouverte.Pourtant il suffit juste d’être un peu curieux et d’aller lire le journal de bord d’un entrepreneur et découvrir des milliers de solutions !On est dans une société moderne avec des esclaves modernes qui vendent leur temps contre de l’argent et qui ne percoivent pas qu’il existe d’autres façons de gagner sa vie et de donner du sens à sa vie. Acheter du temps pour soi demande d’investir en connaissances. Questionnez et envoyez balader le bon sens commun !

Être entrepreneur demande beaucoup de courage. Le fait d’oser créer quelque chose de différent dérange ceux qui ne tentent pas la nouveauté.

 Allez-y vous aussi : créez, construisez, osez. Car vos mains sont là pour faire de vos rêves des réalités.

C’est moins risqué de créer sa boite que d’être employé.

Comme tout le monde j’ai été employé avec des contrats de court terme et en plus très mal payés. 
Et peu importe un bon diplôme car de manière générale les boîtes nous traitent toujours comme des numéros. Notre valeur ajoutée ? Que dalle. J’ai écris un article là dessus : comprendre la création de valeur pour chaque job. 

Ils nous remplacent en 2 secondes parce que notre job est automatisé et du coup le turnover est super élevé. Il y a de plus en plus de freelances dans le monde : d’un côté c’est bien, plus de liberté mais d’un autre côté la paie baisse. Il existe de plus en plus de jobs précaires dans le monde. 

C’est dur de trouver du boulot, dur de le garder et très dur de s’enrichir en tant qu’employé. Bien sûr les premiers employés de start ups s’enrichissent énormément mais c’est une minorité d’employés. 

En plus de cela : notre chef nous laisse-t-il prendre des initiatives ? Non c’est le contraire, il nous assomme de tâches ingrates. Nos collègues ? Les pauvres ils sont comme nous en fait, tristes, et suivent les règles qui maintiennent le troupeau dans un tout petit carré.

En tant qu’employé moi aussi je me suis tapé les transports publics bondés et le fait de devoir être assis devant son ordinateur toute la journée. C’était comme une prison avec des horaires pour la pause et le repas.

C’est plus risqué d’être employé que de créer sa boîte !

J’ai crée ma boîte et je me sens des milliards de fois mieux que quand j’étais employé. 

Pas de transports publics : je reste chez moi lors des embouteillages et je sors quand il n’y a personne. 

Je fais la grasse matinée car personne ne m’attend au bureau furax. 

Je vais au parc durant la semaine quand il n’y a personne. 

Mais au-delà du plaisir de vivre le lifestyle idéal c’est surtout le «plaisir financier» qui rapporte énormèment plus que quand j’étais employé. 

Et c’est moins risqué que d’être employé parce que cela dépend de moi et de personne d’autre. C’est moins risqué de prendre soi-même son avenir financier en main plutôt que de le laisser dans les mains d’une autre personne, d’une entreprise ou d’un gouvernement. 

C’est moins risqué de créer sa boite que d’être employé ! 

Ils veulent nous faire croire l’inverse pour que l’on continue à être des employés esclaves. Réfléchissez la-dessus !

Mon article est également disponible sur Gladiacteur.

J’écris pour une minorité ?

Tout le monde ne veut il pas être libre de son temps ? Tout le monde ne veut il pas avoir assez d’argent pour ne pas devoir compter les € des fins de mois ? 

Il y a une phrase connue de l’afro-américain abolitioniste Harriet Tubman qui résume très bien cette réalité et qui me dispense de commentaire : «J’ai libéré 1000 esclaves. J’aurais pu en libérer des milliers d’autres s’ils savaient qu’ils étaient des esclaves.»

Nouvelles raisons de quitter votre job en 2017

Je savais déjà au fond de moi ce qu’il allait se passer lorsque le directeur a dit « Entrez dans mon bureau. »

J’ai dit pour blaguer : « On peut pas discuter dans un café? »
« Non. Entrez. »

J’ai été viré et il fallait prendre mes affaires et dégager rapidement. Personne ne m’a dit au revoir. Je n’avais rien à faire et aucun plan pour la suite.
Le directeur qui m’a viré est mort maintenant. La vie est courte.
Quand vous serez mort, personne ne se souciera de combien d’heures vous mettez au bureau.

Nous avons tous quitté nos cavernes préhistoriques il y a des milliers d’années. Nous avons quitté ensuite les champs pour travailler dans les usines. Et nous avons quitté les usines pour rejoindre les néons lugubres des bureaux. Quand j’ai terminé mes études universitaires, le corporatisme était censé me protéger : nourrissez-moi, donnez-moi un travail significatif, aidez-moi à m’améliorer, puis laissez moi m’installer dans un quartier sympa. Et puis le corporatisme est mort.

Voici donc les nouvelles raisons de quitter votre job en 2017. Des nouvelles raisons naissent à chaque instant pendant que vous lisez mon article.

1) LES SALAIRES BAISSENT DE PLUS EN PLUS.

Le revenu moyen des personnes âgées de 18 à 35 ans est passé de 36 000 $ à 33 000 $ depuis 1992. Ce n’est pas un coup de gueule politique car il y a eu tous les partis au pouvoir durante cette période et cette tendance ne va pas disparaître.

2) 94% DE TOUS LES NOUVEAUX EMPLOIS CRÉÉS AU COURS DES DERNIÈRES ANNÉES SONT À TEMPS PARTIEL OU FREELANCE.

C’est parce que chaque fois que quelqu’un écrit une ligne de logiciel, un travail est perdu. Ce n’est pas une mauvaise chose ou une bonne chose. C’est juste un fait. Un exemple : lorsque l’internet a été créé, vous n’avez plus eu besoin des programmeurs pour écrire le code de réseau. Les gens ont même oublié ce que c’est.

Quand la musique digitale a commencé, les magasins de musique ont décédé. Robin Chase, fondateur de Zipcar a dit: « lorsque les voitures qui dirigent toutes seules seront partout alors 90% de l’industrie automobile aura disparu.” Avec 90% de l’industrie automobile disparu c’est l’industrie de l’assurance automobile qui va disparaître. L’industrie pétrolière va aussi décéder et l’industrie de l’immobilier va changer. Etc.

3) LA PRODUCTIVITÉ C’EST POUR LES ROBOTS.

Amazon construit un nouveau magasin: lorsque vous entrez, votre téléphone émet un bip. Lorsque vous prenez un livre et le mettez dans votre panier, votre téléphone détecte. Lorsque vous sortez du magasin, votre téléphone se connecte à votre compte dans Amazon et achète les livres dans votre panier. Tous les magasins fonctionnerons comme cela et puis peut-être tous les restaurants. 

Où iront les caissiers et les caissières ? J’ai demandé à une caissière et la caissière a dit : « je ne sais pas. J’espère que je serai morte d’ici là. »

4) LA GRANDE CONNAISSANCE.

Nous donnons aux ordinateurs, smartphones et tablets les clés de nos vies.

Pourquoi faire confiance à un médecin humain quand ma baignoire peut exécuter des tests génétiques, des tests sanguins, des tests cérébraux, des tests qui n’ont pas encore été inventés et l’utilisation de l’Intelligence Artificielle pour me diagnostiquer puis prescrire des médicaments. Ensuite, ils vérifient tous les jours chaque signal électrique dans mon corps.

De nombreuses grandes banques viennent d’externaliser des centaines de décisions juridiques via l’Intelligence Artificielle.

Pourquoi parler à un avocat quand l’Intelligence Artificielle a 10 000 dossiers de précédents juridiques et peut analyser tout cela en une micro-seconde.

5) L’ÉCONOMIE DU PARTAGE N’EST PAS DU PARTAGE.

C’est une plateforme de mise en relation des excès et des manques. C’est le modèle commercial de chaque entreprise dans l’économie d’accès. 

En fait certaines personnes ont un excédent (par exemple des chambres vides, sièges d’auto vides, etc.) et certaines personnes veulent avoir accès à cet excédent et puis il ya une plate-forme au milieu pour aider à la découverte, les transactions, les problèmes, la médiation, etc (Airbnb, Uber, etc). 

Si vous réfléchissez où il ya un excès dans votre vie (même un excès de connaissances que d’autres pourraient ne pas avoir), vous pouvez créer une entreprise dans ce modèle. 

Leçon économique : Que se passe-t-il lorsque les gens ont accès à des choses auxquelles ils n’avaient jamais eu accès avant ? L’offre augmente mais la demande reste essentiellement la même et donc le prix finit par tomber. Ce qui signifie la déflation. Warren Buffett a dit une fois que la déflation est la pire chose qui puisse arriver à l’économie. Si les prix baissent, les gens attendent que le prix soit encore plus bas et puis la demande diminue et les prix baissent encore. Donc moins d’emplois sont nécessaires, donc moins de gens ont de l’argent, et alors la demande baisse encore plus tandis que l’offre est plus forte que jamais. Donc les prix vont encore plus bas et c’est la spirale de la mort. 

Elon Musk a récemment abordé cette question et il a dit que nous pourrions avoir besoin d’un revenu universel de base pour que chacun puisse gérer l’effondrement économiquerésultant de la sharing économie. Peut être. Qui sait ? Personne ne sait.

6) VOTRE CHEF VOUS DOIT DES $.                                                                                               

Si vous créez une valeur de 1 €, et que vous avez un patron, qui a un patron, qui a un patron, qui a un conseil, qui a des actionnaires … .et alors combien de ce € allez-vous garder ? Et bien, maintenant nous connaissons la réponse. Dans les années 1960, un PDG pouvait faire cinq fois l’employé moyen et maintenant, un PDG fait 200 fois l’employé moyen. 

La réponse: vous n’obtenez rien du tout et en haut ils obtiennent tout alors que c’est de l’argent que vous avez créé pour l’entreprise. Les dirigeants ont pris des milliards de dollars en primes quand les banques ont obtenu 600 milliards de dollars en argent de renflouement du gouvernement américain en 2009 et tous les autres échelons ont été viré.

7) VOUS N’AVEZ PAS BESOIN DU TRAVAIL POUR ÊTRE HEUREUX ET POUR DONNER DU SENS À VOTRE VIE.

Où existe t il le plus de dépressifs ? En France et aux USA qui ont paradoxalement pourtant moins de chômage que les pays du tiers monde.

Les anthropologues pensent que nos ancètres paléo travaillaient 12 heures par semaine et le reste du temps jouaient et se reposaient.

Pourquoi le travail est il si déprimant ?

8) VOUS NE VOULEZ PLUS ÊTRE AUTRE CHOSE QUE VOUS-MÊME.        

J’avais besoin de découvrir ce que j’aimais vraiment faire et c’est ainsi que j’ai découvert l’entrepreneuriat. J’ai eu peur de faire le premier pas et de tomber. Il m’a fallu beaucoup de temps pour comprendre que ma vie méritait plus qu’un job.

9) AVOIR UN JOB N’APPORTE PAS LE BIEN-ÊTRE.                             

Comment trouver les choses qui vous passionnent ? Et comment faire de l’argent avec ces choses là ? Il vous faut une vision, une direction, des objectifs pour vous améliorer quotidiennement, développer de nouvelles compétences et apprendre chaque jour. 

Faire ce qu’on a sur le coeur donne un sens à nos vies. 

Les compétences et les idées sont la nouvelle monnaie et non les certificats et les diplômes d’universités.

CONCLUSIONS :

Les raisons exactes dont vous avez besoin pour quitter votre emploi sont les raisons pour lesquelles vous trouverez de nouvelles opportunités qui seront plus excitantes que jamais.
La technologie est faite pour vous mais seulement si vous choisissez de l’utiliser.
Il ya plus de possibilités de créer des opportunités de nos jours et il ya plus de façons d’exprimer vos visions de nos jours. Il y a aussi beaucoup plus de façons d’avoir des buts de nos jours, beaucoup plus de choses à faire, à accomplir et à apprendre.

Juste en lisant ceci, vous savez que vous êtes prêt pour cela. Je n’essaie pas de vous convaincre de quoi que ce soit.

Mais vos mains ont été faites pour créer. Allez y !

Politique & Business

Croyez-vous en Trump ou en Hillary ou bien en François Hollande ou Copé ou Sarkozy ou DSK ?

Peu importe le politicien il ne peut vous sauver. La raison pour laquelle les politiciens ne peuvent pas vous sauver et ne peuvent rien faire pour vous c’est parce que vous devez vous-même devenir président, je veux dire le président de votre industrie, le président de votre market. 

Ils ne peuvent pas vous aider et c’est seulement toi même qui possèdes les ressources et les connaissances. As tu compris ?

C’est à toi-même de prendre le contrôle de ta propre économie plutôt que d’être une victime passive de l’économie ou du gouvernement.

Voici 2 points essentiels pour ma campagne comme président :

– Numéro 1 le salaire minimum.

– Numéro 2 les coûts de l’université.

  1. Si vous augmenter le salaire minimum les prix vont augmenter parce que personne de l’autre côté ne va pouvoir supporter cette augmentation. Donc augmenter le salaire n’est pas du tout une solution et la solution c’est d’augmenter votre productivité et créativité. Á vous de choisir : étudier pour être employé ou étudier pour être employeur comme je l’ai expliqué dans une podcast.
  2. Qu’en est il d’oublier le prix de l’université ? En fait tu n’as pas besoin d’aller à l’université pour avoir une éducation financière car l’école n’enseigne pas d’habiletés ni de compétences pratiques mais seulement des connaissances encyclopédiques inutiles et justes théoriques. Pourquoi s’endetter pour étudier des choses inutiles alors qu’internet nous fournit toute la formation du monde depuis notre téléphone portable. Bien sûr moi j’aurais voulu aller par exemple à Harvard mais pour les connexions, les contacts, le networking et non pour apprendre. J’aurais voulu pouvoir prêter plus d’attention mais malheureusement comme la majorité des étudiants je n’avais pas d’objectif c’est à dire que je ne savais pas où je voulais aller. Mais dans notre société c’est ça : les études sont vu comme une fin et non comme un moyen. Les gens n’ont pas d’objectif précis et ils ne savent pas ce qu’ils vont faire en fait une fois diplômé. Voilà le problème : l’université n’apporte pas la sécurité financière. J’ai déjà écris un article expliquant que l’école n’enseigne pas la création de richesse.

Peu importe qui gagne les élections, ce qui importe c’est d’être 100 % au contrôle de votre propre économie.

Vous devez avoir seulement cela en tête : avancer vers la réalisation de vos objectifs.


Téléchargez mon ebook !
J’ai un nouveau prix maintenant il est à 15 € donc allez-y téléchargez le et investissez en vous même !

Investir en vous même = voter em vous même et en personne d’autre.

Podcasts

Vous pouvez télécharger et écouter mes podcasts ici !

Depuis quelques années les podcasts sont en forte croissance.

C’est un format super agréable pour accompagner mes réflexions oú vous voulez et quand vous le voulez.

Ne cherchez pas un job car votre vie mérite plus que cela !

Autour de la vingtaine, durant mes études universitaires j’entendais mes parents me dire de chercher un job et ils ont augmenté la pression jusqu’à la fin de mes études.

Au final je n’ai jamais décroché de CDI !

Á la fin de mes études je travaillais à réaliser un de mes rêves : la création d’un hotel écoluxe au Brésil. Ce projet ne s’est pas encore réalisé mais j’ai à l’époque crée Ko Gyo Holdings qui est un Fonds d’Investissement spécialisé sur les pays émergeants.

Je savais déjà à l’époque que dans la vie il y a des trucs plus intéressants à faire que de chercher un job ! Voici des articles intéressants ici : L’école n’enseigne pas la création de richesse. et L’entrepreneuriat n’est pas inné mais ACQUIS !

Il n’est pas possible d’aimer 100% d’une entreprise qui n’est pas la votre. Pas question pour moi d’être un pion, un numéro en plus, remplaçable, jetable. Je ne trouvais pas ma place dans les entreprises qui m’accordaient une interview. Cette quête de sens m’a fait connaître l’entrepreneuriat qui permet de réaliser nos rêves en même temps que je définissais mes priorités, mes désirs, mes envies, mes projets de vie. L’entrepreneuriat c’est tout cela.

Il est important d’apprendre à gagner de l’argent pour faire ce que vous voulez de votre vie. Comme je l’ai déjà dit Il n’y a pas de libertés sans $.

Notre vie est courte et les riches dépensent leur argent pour avoir du temps pour soi alors que les pauvres dépensent leur temps pour obtenir de l’argent : Acheter du temps et non vendre son temps.

Valorisez votre temps ! Le temps passe et ne revient pas !

Vous n’avez pas besoin d’un job mais vous avez besoin d’argent alors apprenez comment créer des businesses ! L’entrepreneuriat s’apprend. Gagner de l’argent s’apprend et c’est l’inverse d’une loterie, c’est une science ! C’est précis et il suffit de suivre mon journal de bord : Ebook “Les 10 règles d’or secrètes du succès.”

Quel est votre projet ?

Quel est votre projet ? Définissez le ! Vous ne l’avez pas encore défini ? Définissez le ! Étudier sans projet c’est comme diriger une voiture sans savoir oú aller.  Étudier c’est un moyen et non une fin en soi. Controlez votre vie !

La plus grande source d’énergie et d’inspiration pour votre quotidien c’est la vision que vous avez de votre futur. Beaucoup de personnes pensent le contraire c’est à dire ils croient que c’est dans le présent que nous trouvons l’inspiration pour construire le futur. Je m’explique : quand nous avons des rêves, des désirs, et que nous savons où nous voulons être, qui nous voulons être et ce que nous voulons avoir dans le futur alors nous devenons amoureux de cette vision du futur. Cette vision nous donne la force et l’inspiration nécessaire pour surmonter les difficultés qui laissent K.O beaucoup de gens tous les jours.

Sans cette vision du futur qui met en perspective le présent apparaît l’ennui, la frustration et l’incompréhension de ce présent vide de sens. Quand je pense à cela je comprend mieux la vie de la majorité qui se traîne le lundi en reprenant le boulot. C’est une vie de souffrance, de frustration, de non réalisation.

Je ne désire ce malheur pour personne…

Contratez moi comme SPEAKER !

Contratez moi comme speaker !

Antoine Bachelin Sena est tout autant divertissant que provocateur.

Son message fait sens car il parle à coeur ouvert à partir de ses propres expériences.

Il met l’accent sur nos qualités afin de tracer un chemin clair vers le succès.

Speaker charismatique, il laissera l’auditoire à la fois motivé et captivé !

Laissez vos coordonnés ci-dessous afin de contrater Antoine Bachelin Sena comme SPEAKER!

Quelques réflexions en ayant obtenu le succès

​Quand vous présentez votre idée ils rigolent. Le jour oú vous vous lancez ils critiquent. En voyant votre succès ils se demandent : «Comment est ce possible ?» Ils essaient de vous imiter et s’ils échouent ils diront que vous avez été chanceux. Quelques uns vous admirent et d’autres vous jalousent. Quelques uns voudront apprendre de vos expériences et d’autres diront que vous êtes un bourgeois.

Quand vous serez sur le podium, une fois le succès obtenu vous arriverez à ces conclusions :  cela vaut la peine de ne pas suivre le «bon sens».

La société est hypocrite. Ceux qui disent que vous êtes un bourgeois sont jaloux et ils aimeraient plus que tout être à votre place.

Cela vaut la peine d’aider qui veut réellement être aidé. Une seule personne remplace tous les ingrats.

Partager apporte plein de bénéfices et cela ne vaut pas la peine de vivre en fonction de ce que les autres pensent de vous.

Simplifiez vous la vie !

jose-ricardo-de-souza-1-foto03.jpg

La simplicité est la clé du management.

Quand je serais grand je serais…

image

Personne à l’école ne répond qu’il veut être homme d’affaires à cause d’une idéologie dominante dans l’inconscient collectif pour le maintien d’une main d’oeuvre esclave.

image

Pourquoi la majorité veut être professeur ou n’importe quel autre job chiant d’employé ?
Quel gâchis !
Quel dommage !

Toi qui me lis s’il te plaît quittes maintenant même le troupeau des masses dominées !
Prends ton avenir en main et vas créer ton indépendance financière !

Le monde a grandement besoin d’enfants voulant être des business men quand ils seront grands !

Le premier pas consiste à apprendre à tester par soi-même.

Que veux tu faire : avoir un job ou créer des jobs ?

Je ne travaille plus depuis 2011

Le titre est provocateur : bien sûr je travaille mais ce n’est plus dans le sens de 9:00 – 17:00 au bureau.rat

Depuis 2011 j’investis dans différentes entreprises dont les miennes principalement. Alors le travail est ce travail de création, d’entrepreneur et d’investisseur. Depuis 2011 je ne travaille plus comme la majorité des gens c’est à dire que je n’ai plus de patron, plus de manager, plus d’objectifs à atteindre autres que ceux que je définis moi-même.
Le point le plus sympa aussi c’est que les bénéfices ne sont plus pour le patron ou pour le manager ou divisés entre employés et réduits à des miettes : c’est tout pour moi.

plus travailler

Ce n’est plus un travail selon le sens commun là oú la majorité travaille pour une minorité.

Le travail est devenu un travail de création de valeur : un travail d’analyse d’opportunités et de viabilité de services et de produits nouveaux.

La creation de nouvelle valeur ne peut pas être réduite à une formule. Cela est prouvé par les CEO professionells « robots » qui manquent d’inspiration et le fondateur reste toujours celui qui a défini « l’âme » de l’entreprise, c’est à dire la culture, les valeurs, la mission, la qualité, mais ce qui est le plus important reste la valeur secrète et différentielle de la boîte.

Un entrepreneur est caractérisé par l’énergie énorme qu’il porte en lui-même et qui ne diminue jamais et qui l’amène à réaliser d’innombrables actions. Par énergie énorme je veux dire très grande en comparaison avec la majorité des êtres humains.

Les innombrables actions que l’entrepreneur réalise vont générer de nouveaux problèmes pour lui-même et pour l’entreprise.
Oui, vous avez bien lu : la majorité des gens suivent le contraire de ce que je viens d’énoncer. En fait ils essaient toujours au maximum d’éviter tous les problèmes pour terminer au final avec les mêmes situations ennuyantes qu’ils connaissent depuis des années.
Les gens n’obtiennent pas ce qu’ils veulent car ils ne réalisent pas assez d’actions et ne persévérent pas avec encore plus d’actions. Ils se retrouvent à la fin avec des problèmes familiers à la place de trouver des problèmes aventuriers et positifs.

Alors allez-y créez enfin votre boîte !

Regardez aussi ces articles :

Ebook “Les 10 règles d’or secrètes du succès.”

Les trucs les plus cools ne sont pas raisonnables

La soif de connaissances.

Ne plus jamais avoir de Patron

Rien n’est impossible pour un homme décidé.

Définition de s’émanciper : se libérer d’un état de dépendance.

To do list – Liste de choses à faire durant ma vie

Entreprendre n’est pas un privilège d’une élite intellectuelle, sociale ou économique.

Vision de 2 mondes : SDF/Millionaire

Entreprendre c’est choisir sa vie – Partie 2

Cette article est la partie 2. Pour ceux qui n’ont pas lu, ou pour ceux qui veulent relire, voici le lien de la partie 1 :  Entreprendre c’est choisir sa vie

EntreprendreÊtre un entrepreneur de sa vie.

Entreprendre, ce n’est pas atteindre LA liberté, mais UNE liberté: celle de choisir la configuration dans laquelle s’épanouir, les personnes avec lesquelles travailler, le rythme auquel avancer, les sujets sur lesquels investir son temps, son énergie et son argent. Entreprendre, c’est donc à la fois s’engager et se contraindre, tout en gardant à l’esprit que tout est possible…

Liberté et Passion, on pourrait presque s’imaginer parler voyage… Mais finalement, n’est-ce pas un peu cela « créer une entreprise » ? Choisir une destination ; rêver l’exotisme et les chocs de culture ; imaginer un chemin dont on pourra dévier au gré des rencontres, des surprises et des opportunités ; parler d’autres langues, parfois très techniques ; découvrir des territoires inconnus ; commettre des erreurs ; improviser et apprendre à se sortir de situations souvent complexes, voire même embarrassantes… Tout dans le voyage itinérant renvoie à l’audace et à l’expérimentation.

On détache les amarres et on tourne le dos à la servitude lorsque l’on entreprend. On devient libre, non parce que l’on se libère de tout, mais parce que l’on se libère des décisions subies et des stratégies imposées, de la politique et des jeux de pouvoir. On devient libre de s’intéresser, d’être animé par sa propre curiosité, de chercher à découvrir plus loin encore celui ou celle que l’on est… et d’en assumer les conséquences, quelles qu’elles soient. Il en faut donc une bonne dose d’envie, d’énergie, d’enthousiasme et de conviction – en d’autres mots de passion – pour avancer sur ce chemin d’Homme libre.

Se  fixer des objectifs et des plans d’action pour les réaliser est essentiel. Les hommes d’affaires mesurent leurs avancées chaque jour. Pourtant la majorité des gens n’ont pas de véritable cap qui les poussent à se dépasser et à poursuivre et continuer contre vents et marées. Quel dommage qu’ils ne s’inspirent pas des hommes d’affaires qui sont des exemples dans le découpage de projets en tâches et actions à suivre.

choisir sa vieOui, les conséquences de mauvaix choix sont terribles mais avoir peur de faire des choix est encore pire. Celui qui ne plannifie rien n’ira nulle part.

Plan d'actions

Ne restez pas assis à écouter les autres, et avancez chaque jour un petit peu. Marcher chaque jour un peu nous permet de mener à bien nos objectifs. L’inspiration est l’une des énergies entrepreneuriales les plus puissantes qui va de paire avec la motivation. Le clé est de continuer peu à peu. L’échec n’est pas le résultat de la non-réussite, mais bien de l’abandon.

L’ego, vous devez le mettre dans avoir de l’ambition, ça oui, mais pas dans l’analyse de vos erreurs. Soyez impitoyable avec vous-même la dessus. « Be confident, don’t be certain » !

1) Pour survivre, vous devez être agile.

De manière évidente – merci Darwin, encore – pour survivre, vous devez vous adapter. Or, pour vous adapter, vous devez être agile.
L’agilité est l’une des qualités indispensables en entreprise. Prenons Wikio, qui a débuté en tant que portail d’informations, pour après le rachat d’Overblog – se consacrer à être une agence digitale (plateforme de blogging, relations blogueurs, e-réputation…) Sans prendre d’autres exemples que l’on peut facilement trouver et au moment où vous lisez ces lignes, arrêtez-vous et demandez-vous si réellement vous êtes adaptables.

– Avez-vous un portefeuille de client suffisant pour absorber l’arrêt du plus gros ?

– Avez-vous des projets différenciants et innovants, pouvant être sortis rapidement, si, par hasard, un nouveau concurrent arrivait sur le marché?

– Quel est le délai moyen entre vos prises de décisions et leurs exécutions ?

– Avez-vous la capacité à réunir rapidement toute votre équipe, pour pivoter de business-model ?

2) Pour survivre, vous devez avoir faim.

Ici, ce qui compte, c’est cette envie de réussir – tout comme cette envie d’entreprendre !

Un proverbe chinois dit qu’il est plus difficile de repartir marcher dans le froid, après une pause près d’un bon feu de cheminée. Et je suis certain que vous comprenez cette image ! Il n’est jamais facile de devoir passer une partie de son temps en prospection téléphonique et de subir une avalanche de non. Or sans faillir, en restant persévérant, vous devez continuer.

Seuls ceux qui ont faim, s’accrochent !

Les autres, au ventre plein ou aux poches pleines, décrocheront.

Dans la plupart des startups que j’accompagne, je pousse cette notion de « bootstrapping » – i.e. de démarrage avec le minium d’argent. Et je reste intimement persuadé que le manque d’argent pousse à la créativité, à la débrouillardise et au troc.

Plus vous avez initialement à votre disposition de capitaux, moins vous êtes intrinsèquement poussé à d’abord bétonner à fond votre modèle. Michel de Guilhermier.

Et vous, à quel point avez-vous faim ?

Voir ma présentation ici : Qui suis je ?

 

pilote