Gâcher le temps des investisseurs ? 7 manières de le faire.

Je suis de retour à São Paulo où j’habite après de nombreux meetings et cela m’a fait réfléchir sur les pitchs que j’ai faits, les pitchs que j’ai écoutés…

Voici 7 façons de rendre un Pitch tout pourri:

1) Cher Monsieur / Madame : Si je lis Dear Sir / Madam ou des salutations génériques semblables, c’est boom en archive instantané. Ce n’est pas parce que je m’adore que j’ai besoin que tu épelles mon nom, mais j’ai besoin que tu m’adresses la parole. Cher Monsieur / Madame, est le signal le plus clair que vous pourriez envoyer disant que vous êtes en train de copier/coller votre pitch à tout le monde.

2) Achetez maintenant et autres phrases piquées aux vendeurs de voitures d’occasion (attention je n’ai rien contre eux). Investir ou acquérir une entreprise est une décision d’investissement de long terme, minimum 5 ans sur des start ups. Les tactiques de pression jouant sur la peur de manquer une opportunité ne sont pas seulement inappropriées, elles sont souvent contre-productives. Respectez le processus et ne faites pas pression.

3) Echec du suivi : Vous pouvez faire la meilleure présentation de votre vie et avoir l’investisseur avec déjà un pied dans le board, mais si vous ne suivez pas, cela ne donnera rien. Rappelez-vous que votre pitch est quelque part entre les 20 autres réunions, les appels téléphoniques et 1000 autres trucs.

4) Investir peu dans votre pitch : Il est inexcusable aujourd’hui d’avoir une présentation non soignée. Que vous utilisiez PowerPoint gratuit ou Indesign ou un logiciel haut de gamme, la question c’est : assurez-vous de prendre le temps de modifier votre présentation et de la rendre professionnelle. Personne ne vous prendra plus au sérieux si vous-même ne prenez pas au sérieux votre propre entreprise avec des clip art que vous utilisiez au collège.

5) Parlez de tout sauf de votre entreprise : Vous rencontrez l’investisseur pour parler de votre entreprise et vous parlez de vos enfants, des sports que vous aimez et de tous les autres sujets de conversation. Je ne sais pas combien de réunions j’ai vraiment apprécié mais je suis parti de beaucoup sans aucune idée de ce que l’entreprise a fait, de ce qu’ils cherchaient, ou de comment je pouvais participer. Lorsque vous rencontrez un investisseur occupé, vous travaillez avec une fenêtre de temps limité et si vous consacrez 50% ou plus de votre temps à établir un lien ou à essayer de faire ami-ami, vous ne recevrez pas de temps supplémentaire pour savoir encore s’il aime pêcher ou a un cousin qui vit dans votre ville natale.

6) Oubliez les finances : Lorsque je rencontre une cible d’acquisition potentielle ou une entreprise qui cherche à obtenir du financement, je mets l’accent sur les données financières. Trop souvent, j’assiste à une réunion officielle et sérieuse pour discuter d’un investissement potentiel, mais l’autre partie est mal préparée à discuter des chiffres. Ce n’est pas seulement un signe que vous n’êtes pas préparé, c’est une perte de temps pour tout le monde. Moi et beaucoup d’autres investisseurs potentiels réorganiserons probablement la réunion pendant une période où vous aurez les détails nécessaires pour avoir une vraie discussion. Certains investisseurs, cependant, ne vous donneront pas un deuxième coup de feu.

7) Rencontre avec la mauvaise personne : J’ai récemment programmé un appel pour présenter une entreprise que je connais à un responsable grand compte. Lorsque je me suis connecté sur la conférence téléphonique, nous avons rapidement appris que le contact n’était pas le décideur. La leçon que j’ai retirée est de s’assurer que la personne que vous rencontrez est A) qualifiée pour prendre la décision B) assez familière avec le secteur et C) prendre la réunion au sérieux. Dans mon cas, la personne que nous rencontrions était une directrice de l’entreprise (répondant au critère A) mais une amie et donc disposée à participer à toute réunion (violation du critère C) et peu familière avec le secteur (violation du critère B). La plupart des gens diront qu’un cadre de niveau C est votre meilleure personne à rencontrer, mais vous devez vraiment regarder qui vous rencontrez et juger si c’est vraiment la meilleure utilisation du temps de chacun.

J’espère que ces leçons que j’ai partagées vous aideront à respecter votre temps et celui des investisseurs. Si vous aimez ce type de contenu, vous aimerez les autres articles de mon blog et mes publications sur Facebook.

Démarrer sa startup de zéro

« Démarrer sa startup de zéro ».

Gratuit notre E-book qui réunit nos articles publiés sur Gladiacteur.

Cliquez ici pour le lire:

https://view.attach.io/HyGhNV2Yz

Bonne lecture

📖

Comment monnayer l’innovation pour qu’un max de gens l’utilisent?

Inventer des choses ne suffit pas si vous ne pouvez pas avoir une entreprise qui va apporter ces choses là au public pour rendre enfin cette invention bankable.

Larry Page a compris cela: ce n’était pas suffisant d’aider les gens à trouver ce dont ils avaient besoin sur Internet.

Cela devait être économiquement viable, autrement dit cette invention n’aurait jamais la force de devenir dominante sans étant monétisée.

Au début, l’un des points les plus importants de Google n’était pas sa capacité supérieure à fournir des résultats plus pertinents que d’autres boites qui faisaient aussi cela. D’autres moteurs de recherche, tels qu’Altavista et Yahoo, ont également obtenu des résultats jugés très pertinents à l’époque.

La clé de Google c’était sa capacité à se comporter comme une entreprise: à gagner de l’argent et à se fortifier.

Comment monnayer l’innovation pour qu’un max de gens l’utilisent ? C’est là oú les startups de succès sont très fortes pour en peu de temps atteindre un public énorme, durable et payant.

Altavista est devenu le leader du marché et même en étant très bien capitalisé mais il n’a pas compris comment gagner de l’argent et il est mort.

Larry Page a même abordé cette question dans une Interview oú il explique que l’invention doit générer un retour sur investissement: «L’invention ne suffit pas. Nikola Tesla a inventé la puissance électrique que nous utilisions, mais il était difficile d’avoir une adoption payante massive du grand public. Vous devez combiner deux choses: l’invention concentrée dans une entreprise qui commercialise les produits pour le maximum de gens ».

Les dernières années tragiques de Nikola Tesla par exemple sont tristes. Ce fut pourtant l’un des plus grands inventeurs de l’histoire humaine mais le serbe a passé des années dans l’oubli (bien que maintenant dans l’histoire il est réapparu grâce à Elon Musk).

Il ne voulait pas créer une grosse fortune. Il est venu travailler à Edison, aujourd’hui General Electric, l’un des principaux noms de l’entreprise jusqu’à être proche de Thomas Edison. Il a quand même fait beaucoup d’argent mais a finalement tout perdu.

Il a passé ses dernières années dans la tristesse et la folie: vivant dans une chambre d’hôtel oú il annonçait des innovations majeures, tout en nourrissant des colombes qu’il disait qu’elles étaient ses maitresses et regrettant que le banquier J.P. Morgan avait détruit sa vie.

N’ignorez pas l’aspect « business » de vos inventions. Tout cela doit être un gros avertissement pour vous. Vous ne pouvez pas vous concentrer uniquement sur l’innovation et oublier de faire de l’argent. Pour être un grand innovateur, vous avez besoin d’une entreprise qui vous permettra de monnayer votre innovation pour que le maximum de gens puissent l’utiliser.

Et vous ne devez pas dépendre de politique de court terme.

Alphabet (le nom de la société d’investissement au-dessus de Google) fonctionne comme ça : ses innovations sont toutes orientées vers la viabilité économique. Si un projet ne tient pas sur le marché, il est réinventé, redimensionné ou mis de côté comme Google Fiber, par exemple.

Larry Page sait que s’il ne tient pas compte de l’aspect «commercial» de son entreprise, ses inventions ne toucheront qu’un public restreint.

Donc, depuis très tôt dans l’histoire de Google, ils se sont inquiétés d’une chose: gagner de l’argent. Gagner de l’argent vous permet de remplir votre mission

Il y a un mythe (d’idéalisation de l’artiste) selon lequel l’inventeur doit généralement suivre la mission sans se soucier de gagner de l’argent mais c’est ridicule. Les rêves ne nourrissent pas les enfants, ne payent pas les employés et n’attirent pas les investisseurs. Oubliez votre idée de pitcher votre idée sans tester le marché !

Avoir de bonnes recettes financières est la formule pour tout cela en fait. Gagner de l’argent est hautement nécessaire pour que vous remplissiez votre mission. Cela ne fait pas nécessairement de vous un « mercenaire ». C’est travailler la durabilité de votre entreprise.

Pour cela, il est nécessaire d’écouter les demandes du marché. Commencez petit, validez vos idées, créez un produit et commencez à vendre et à facturer.

Toutes mesures sont bonnes pour que, dès le départ, vous puissiez créer une entreprise qui a du sens. Vous devez transformer le monde et pour cela, commencez à vous transformer et à transformer les gens autour de vous.

Ne pas se concentrer uniquement sur l’innovation de produit, qui sans la monnétisation appropriée fera que personne n’utilise ou paie pour l’utiliser.

Être un grand leader à cet égard c’est avoir une vision et être commercial.

Suivez le journal de bord d’un entrepreneur: http://www.antoinebachelinsena.com

Voici ce qui fera le succès de votre idée de Startup

Voici les indicateurs clés d’une start up de succès.
Que ce soit à Paris, à Berlin, à Tombouctou ou San Francisco la start-up doit avoir un Product-Market Fit.

Qu’est-ce que cela veut dire en français c’est que le produit répondant à une demande du marché.

Cela ne concerne pas seulement l’acquisition et la rétention du produit de la start-up mais aussi le canal d’acquisition que certains nomment de Channel Market Fit.

Mais tout cela doit être fait pour que vous puissiez payer les factures : cela ne sert à rien que le client achète et utilise votre produit si le canal que vous utilisez pour obtenir ce client ne possède pas les economics (CAC vs LTV).

CAC c’est le coût d’acquisition client et LTV c’est Life Time Value, la valeur que chaque client rapporte pour l’entreprise durant une période de temps déterminée.

C’est très commun de voir des entrepreneurs qui affirment qu’ils possèdent le Product Market Fit, mais qui en fait ont juste de la traction sans avoir considéré tous les fondamentaux.

Cela doit être la recherche sans fin de tout ceux qui créent une start-up.

Vous devriez garder à l’esprit que plus l’indice CAC est élevé, plus vous dépensez pour gagner un client.

Et pour réduire ce coût, l’une des premières étapes consiste à optimiser la page d’accueil du site Web de votre entreprise, ainsi que les pages d’inscription.

Mais il y a encore beaucoup d’autres choses à faire! Vérifiez de combien est votre coût d’acquisition client. Calculez le.

La formule pour calculer le CAC est très simple:

CAC = coût total des ventes et du marketing / nombre de nouveaux clients.

Comprendre le CAC de votre startup est de la plus haute importance car la viabilité de votre business model dépend de l’acquisition de nouveaux clients.

La présentation d’un CAC élevé est la principale raison de la défaillance de l’entreprise.

Pour calculer le CAC efficacement, vous devez avoir les métriques de cycle de vie de chaque client avec votre démarrage, c’est-à-dire la valeur de durée de vie (LTV) en main.

Votre CAC doit être beaucoup plus bas que le LTV, qui est la valeur que chaque client paie à l’entreprise dans une période de temps donnée.

Pour calculer le LTV, vous devez connaître le nombre de commandes que vos clients ont en moyenne, la fréquence à laquelle ils achètent votre produit et combien ils dépensent en moyenne.

Si la somme du coût d’acquisition d’un client est x, vous devez avoir une cible LTV comprise entre 3x ou 4x.

Si vous pouvez faire en sorte que vos clients parlent bien de votre entreprise à leurs amis, vous pouvez réduire de 50% votre CAC. Le bouche à oreilles via partage sur les réseaux sociaux et dans la vie réelle est extraordinaire pour obtenir de bons clients.

Des études ont montré que peu de personnes, même satisfaites, recommandent un service ou un produit pour leurs amis – cependant, les clients mécontents font souvent tout pour partager leur mécontentement. Une stratégie pour résoudre ce problème consiste à créer des opportunités pour votre consommateur satisfait de partager avec les personnes proches de lui les avantages de votre service ou de votre produit. Un bon exemple de cela est le système de covoiturage Uber, qui, selon son fondateur, affirme que 95% des utilisateurs de l’application l’ont appris auprès d’autres utilisateurs d’Uber.

Attention à ne pas perdre de clients ! Dans certains cas, il arrive fréquemment que les visiteurs du site ne deviennent pas des clients parce qu’ils ne comprennent pas le produit ou ne se sentent pas concernés par le service. Pour éviter ce genre de problème, il faut dés la première visite de votre offre que les potentiels clients percoivent exactement votre différentiel.

Les premiers clients doivent être les plus chéris. Le client a besoin de sentir qu’il / elle est accompagné (e) dès la première interaction avec la startup. Après cette première interaction réussie, les chances qu’il comprenne, engage et recommande votre startup augmentent énormément.

Une bonne relation avec vos consommateurs est quelque chose qui doit être travaillé constamment. Écouter ce que le client pense de votre entreprise devrait toujours être à l’ordre du jour. Les commentaires, suggestions ou plaintes, bons ou mauvais, doivent tous être évalués pour l’amélioration de votre performance.

Comme je l’ai déjà dit, cela doit être la recherche sans fin de tout ceux qui créent une start-up.

Quelles sont les connaissances basiques du droit pour entreprendre ?

Ma réponse à une question posée sur Quora… Droit d’entreprendre ?

La question c’est quelles sont les connaisances basiques de droit qu’un entrepreneur doit connaître ?

Plus important que d’étudier le bouquin du droit pour les nuls un entrepreneur c’est quelqu’un qui doit avoir une vision globale dans le plus de domaines possibles.
Mais attention, cela doit être fait pas à pas et dans la pratique c’est à dire au quotidien du développement de l’entreprise face à des problèmatiques précises. Je ne suis pas pour chercher sur Wiki l’histoire du droit latin.

L’intérêt c’est de faire des recherches sur des questions temporaires de notre boîte pour avancer sans être à la merci d’un avocat ou prof ou conseiller ou consultant “chaman » dont vous accepteriez tout comme parole divine pour prendre vos décisions.

Savoir faire des recherches est quelque chose d’important à savoir faire. Mais au final un entrepreneur c’est quelqu’un qui a une vision singulière.
Les entrepreneurs ne sont pas des spécialistes tout comme Steve Jobs qui n’a jamais écrit une seule ligne de code durant toute sa vie.

Un entrepreneur est quelqu’un qui doit savoir jongler avec les discours et raisonnements différents de chaque département que ce soit contentieux, ressources humaines, vente, technologies d’information etc mais aussi jongler avec les attentes du marché, l’amélioration du produit et mille autres choses.

Connaître le droit ? En fait ce n’est pas le core business d’un entrepreneur. Qu’est-ce qui est le plus important pour Uber : le droit international c’est à dire le droit des états ou alors la vision long terme du fondateur pour que l’entreprise grandisse.

Ne vous embêtez pas à vous spécialiser. Oubliez le droit et concentrez-vous sur votre vision d’entreprise. Une fois que vous aurez votre croissance à ce moment payer un avocat ce sera vraiment un détail de rien du tout. Ce sera comme cliquer sur un bouton et puis justement grâce à l’intelligence artificielle on aura accès en une micro secondes à 100 million de cas du droit analysés automatiquement et nous proposant une réponse pour notre cas spécifique. Confiez les tâches fastidieuses à des machines.

Suivez moi sur Gladiacteur

La curiosité de connaître d’autres façons de vivre.

Je vis au Brésil depuis 2011 et chaque fois que quelqu’un réclame des taux d’intérêt brésiliens qui sont trop élevés (et ils le sont), je dis qu’en raison de cela, tous les $br que vous économiserez généreront l’un des plus hauts retour sur investissement du monde ! Dans ce scénario, ceux qui ont une bonne éducation financière auront des héritiers plus heureux.

Chaque fois que vous voulez vous plaindre de la mauvaise qualité des services dans les pays en développement, rappelez-vous qu’il est beaucoup plus facile que dans les pays développés de créer des entreprises qui résolvent les problèmes sans fin que nous voyons de tous les côtés.

Quoi d’autre est mauvais au Brésil ? Partout où vous regardez, il y aura une chance de changer votre destinée.

« Mais, Antoine, je n’ai pas de capitaux! »

Bienvenue dans le club. De nombreux entrepreneurs comme vous et moi non plus. Vous n’êtes pas le seul à devoir commencer sans $. Et puis si vous n’arrivez vraiment pas à bootstraper ne nous envoyez même pas un pitch deck à Bachelin Sena Venture Capital !

Mais voici tout de même une liste de moyens pour vous aider à démarrer et générer votre capital:

1. Créez le projet et vendez une participation (%) à un ami qui a plus de $ pour être votre partenaire.

2. Un prêt, que ce soit de quelqu’un de proche (love money) ou de banque (plus risqué).

3. Commencez à vendre un produit et organisez votre capital (à moyen terme).

4. Si vous êtes déjà hautement qualifié, il est possible de contacter un investisseur institutionnel. Ils n’investissent pas dans les idées, ils investissent dans les gens!

Pensez grand, mais commencez petit. Un autre conseil, soyez bons en vente. C’est le meilleur chemin pour les personnes ayant peu de capitaux. Lorsque vous vendez, votre client est celui qui finance. Kick  starter c’est encore plus extrème : cela finance des «produits» qui ne sont même pas encore crées !

Ne vous offensez pas. Partager ma vision est mon engagement pour toujours.

Entreprendre c’est comme voler librement dans les cieux d’un monde dangereux. Le fait de ne pas entreprendre c’est comme être piégé dans une cage et se sentir protégé par les grilles.

Personne n’est mieux que quiconque, mais ceux qui veulent plus de vie (quand je dis plus c’est plus de choix, plus de temps, plus de liberté, plus d’argent, plus de rêves..etc) n’ont qu’une seule alternative: entreprendre.

Le monde nous a formés pour rester à l’intérieur de la cage, et être nourri par les miettes une fois par mois, rêver de gagner à la loterie ou juste de révasser à ses prochaines vacances ou que son fils devienne le nouveau Neymar.

Ceux qui osent savent que la porte de la cage est déjà ouverte. Il suffit juste d’avoir le courage de sauter et de voler.
Pensez-vous que c’est trop risqué? Une franchise d’une marque bien établie peut être une alternative plus sûre.

Podcasts

Vous pouvez télécharger et écouter mes podcasts ici !

Depuis quelques années les podcasts sont en forte croissance.

C’est un format super agréable pour accompagner mes réflexions oú vous voulez et quand vous le voulez.