Le fantasme de l’ultra-libéralisme : le déni français par Jean-Louis Caccomo.

Alors que le danger qui détruit la France, depuis mai 1968, c’est l’ultra-gauche, on s’effraie avec l’extrême-droite quasiment inexistante.

Au passage, faudrait-il rappeler que le fascisme et le nazisme (national-socialisme) sont deux déclinaisons du socialisme.

Et que le socialisme est une étape vers le communisme intégral, comme l’a rappelé Marx dans son manifeste du parti communiste.

De la même manière, moins il y a de libéralisme en France, et plus on le rend responsable de tout. Les pourfendeurs de la pensée unique ne se rendent-ils pas compte qu’ils sont précisément les agents et les promoteurs de ladite pensée unique ?

Qu’ils soient chroniqueurs, humoristes, journalistes, politologues, experts officiels, ils sont partout, sur tous les plateaux de télévision, sur les ondes radios et distillent en permanence la pensée convenue et conformiste qui consiste à réciter tous les couplets de l’antilibéralisme. Se croyant originaux et impertinents, ils se conforment en fait tous au même moule. Ils croient dépasser les bornes et jouent à merveille le rôle de gardien de la pensée conforme.

Car le conformiste est anti-libéral. Dans le milieu académique, c’est encore plus flagrant. Il existe notamment un débat récurrent consistant à dénoncer la formalisation outrancière de la science économique en y voyant le signe de l’hégémonie de la «pensée ultra-libérale».

C’est un des traits singuliers de la pensée conformiste que de voir un « complot libéral » partout, notamment camouflé dans les équations des modèles macroéconomiques. Les mathématiques seraient le cheval de troie du grand satan libéral.

Pourtant, le besoin de mesure, de formalisation et d’abstraction de la science économique est en grande partie le résultat de la volonté de planification et d’expérimentation de politiques économiques et de réglementations. Pour prévoir et évaluer les rentrées fiscales liées à l’adoption d’un nouvel impôt, encore faut-il disposer d’un modèle macroéconomique fondé sur des hypothèses très précises.

Ceux qui modélisent ont toujours la prétention, pour ne pas dire la vanité, de contrôler les phénomènes économiques et sociaux. Et ils iront jusqu’à s’en prendre aux individus réels si ces derniers ne se comportent pas comme leurs équations l’auraient prévu.

Voyez comment le pouvoir politique s’en prend aux restaurateurs qui n’ont pas joué le jeu de la répercussion de la baisse de la TVA dans le prix des menus parce que les modèles avaient sans doute prévu un tel effet. Mais un chercheur ne construit pas un modèle en fonction des résultats qu’il désire ; il se doit de formaliser une réalité qui lui est extérieure et qui échappe à sa volonté.

Tout le programme de recherche actuel de la «nouvelle micro-économie» est d’établir qu’il n’est pas optimal de laisser des individus libres de prendre des décisions en fonction de leurs intérêts privés. Et toute la formalisation est orientée en ce sens. Un chercheur qui tenterait de prendre une direction opposée ne trouverait plus de financement ni de laboratoire d’accueil.

Pourtant, nous sommes à la limite du scientisme car l’intention est contenue dans les hypothèses : exit la main invisible.

D’ailleurs, pour le prix Nobel Joseph Stiglitz, si elle est invisible cette fameuse main, c’est probablement qu’elle n’existe pas ! Si les physiciens raisonnaient ainsi, alors les ondes ou les trous noirs n’existeraient pas.

Les manuels modernes d’économie présentent « les défaillances du marché » comme des postulats que l’on ne saurait remettre en question, et qui rendent l’action publique autant indispensable que providentielle.

Car c’est bien connu que l’action publique n’est frappée d’aucune de ces défaillances inhérentes à l’action privée… Et l’économiste qui prendrait le risque de prétendre le contraire ne peut plus prétendre faire carrière.

La «nouvelle théorie du commerce international s’inscrit dans cet élan similaire pour démontrer que l’on ne saurait faire confiance au libre-échange pour obtenir des échanges internationaux harmonieux. Il n’aura en effet échappé à personne que les négociations collectives organisées sous l’égide de l’O.M.C., qui voient s’affronter les corporatismes nationaux au risque de dégénérer en guerre économique larvée, constituent un modèle d’harmonie internationale.

Rappelons que l’OMC est issue d’une transformation du G.A.T.T. Mais les missions du GATT étaient claires : il s’agissait d’abaisser les tarifs douaniers – ce qui a été accompli essentiellement dans l’industrie – en vue de fluidifier le commerce international. L’OMC prétend « réguler » le commerce entre les nations en imposant des normes qualitatives (environnementales, sociales, sanitaires) qui font ressurgir les tentations protectionnistes.

Mais la définition de pareilles normes est bien plus problématique et leur généralisation est perçue par les pays moins avancés comme un protectionnisme déguisé mis en œuvre par les pays développés. Pareillement, la «nouvelle économie du travail» montre que le chômage n’est pas le résultat d’entrave au libre fonctionnement du marché.

Les théoriciens ont alors inventé le concept de «chômage d’équilibre» selon lequel le chômage résulte du jeu des décisions d’agents rationnels. Il en découle qu’il n’est pas « optimal » pour la collectivité de laisser des individus rationnels s’entendre autour d’un contrat de travail librement négocié en vertu de ces imperfections concurrentielles qui aboutissent à générer du chômage structurel.

Là aussi, les négociations collectives encadrées par les partenaires sociaux – qui n’ont qu’un seul leitmotiv : la grève générale – constituent sans doute un modèle qui nous permet d’éviter ce chômage imputable aux forces du marché et il n’aura échappé à personne que le « dialogue social » à la française est un modèle d’harmonie collective.

Enfin, la «nouvelle théorie de la croissance» repose sur des modèles dynamiques dits de « croissance endogène » qui font de l’Etat un «planificateur bienveillant» indispensable à la régulation d’ensemble.

Ces quelques exemples montrent que, loin d’assister à une hégémonie de la pensée libérale dans les milieux académiques, c’est à un retour en force des conceptions interventionnistes – relookées sous le vernis de fondements microéconomiques savants et de bons sentiments – que nous assistons depuis plus de 25 ans.

Et les derniers prix Nobel d’économie (Stiglitz, Krugman, Williamson et Ostrom) confirment cette tendance lourde. Dans ce contexte, il est pour le moins cocasse de parler de libéralisme triomphant.

Le libéralisme recule – et ses ennemis s’en réjouissent – sans doute parce que les hommes ne sont plus à la hauteur des valeurs exigeantes qu’il implique.

Les « idiots utiles » nous racontent que le capitalisme n’obéit à aucune valeur ni morale. En fait, l’économie ne fonctionne plus quand les hommes oublient les valeurs qu’une économie de liberté et de responsabilité implique.

“Être normal”. Questionner le principe de normalité, biais de désirabilité sociale par Bryan Caplan.

J’ai toujours été différent et me suis senti différent. Mais à ce stade de ma vie, j’ai l’impression de bien comprendre les gens qui ne sont pas différents les uns des autres. Si vous êtes toujours perplexe, mes amis différents, un principe simple capture ce que vous devez savoir.

Le principe de normalité:

Une personne normale dit ce que les autres disent et fait ce que font les autres.

Notez que ce principe capture deux caractéristiques distinctes de la normalité.

Premièrement, le conformisme.

Les gens n’aiment pas exprimer des opinions ou prendre des mesures à moins que d’autres personnes n’expriment les mêmes points de vue et prennent les mêmes mesures.

Deuxièmement, le gouffre entre les mots et les actions.

C’est à dire aucun encouragement de notre société à mettre les actions en harmonie avec les paroles – ou les paroles en harmonie avec les actions. Le manque de skin in the game selon l’expression de Nicolas Taleb faisant qu’ils ne risquent rien.

Exemple: une personne dira: «Nous devrions faire tout notre possible pour lutter contre le réchauffement climatique» – tout en ne faisant aucun don à des organismes de bienfaisance environnementaux.

Comment peuvent-ils faire face à la dissonance cognitive? Parce que cette expérience psychologique leur est étrangère. Les médias leurs donnent des concepts à répéter. La partie conceptualisation a déjà été réalisée; circulez il n’y a rien à voir, faites confiance aux autorités bienveillantes…

Voyez vous cette «dissonance» ?

Le biais de désirabilité sociale est bien plus qu’un biais; c’est leur mode de vie.

Une fois que vous avez compris ce biais de désirabilité, mes amis différents, vous êtes également prêts à vous regarder dans le miroir et à comprendre la différence dans toutes ses manifestations.

Alors que certaines personnes différentes présentent de multiples manifestations, je pense que la plupart des personnes différentes insistent fortement sur une seule.

Manifestation # 1:

Dire des choses non conventionnelles. Certaines personnes différentes aiment parler de sujets différents, bizarres, rebutants ou socialement désapprouvés, malgré une forte pression sociale. Ils vivent pourtant toujours comme les autres mais disent juste des choses bizarres.

Manifestation # 2:

Faire des choses non conventionnelles. Certaines personnes différentes se concentrent sur des choses étranges, rebutantes ou socialement désapprouvées, encore une fois malgré une forte pression sociale. Imaginez l’entrepreneur faisant quelque chose dit d’impossible et vu comme un fou, le nerd, le collectionneur de timbres, l’expert dans un domaine très spécialisé, le polyamoriste, le punker, le Hare Krishna (dans les sociétés occidentales) ou le junkie ou plein d’autres catégories sortant du conformisme, de la « bien pensance » qui ne se risque à rien. Ils parlent comme tout le monde mais ils font juste des choses différentes.

Manifestation # 3:

Sur l’intégrité du bien…

Un tiers des personnes différentes commencent des réflexions par des prémisses verbales “plausibles”, voire populaires, dites du bon sens commun. Puis ils assomment le reste du monde en s’efforçant de mettre leur comportement en stricte conformité avec ces prémisses. C’est la fausseté du virtue signaling que l’on voit surtout online : “regardez moi comme je suis moralement au-dessus de vous”. Imaginez l’altruiste efficace, le végétarien ou le partisan de l’honnêteté radicale.

Manifestation # 4:

Sur l’intégrité du mal…

Le dernier tiers de personnes différentes commencent des réflexions par des prémisses verbales bizarres qui semblent absurdes. Ensuite, ils horrifient le reste du monde en s’efforçant de mettre leur comportement en stricte conformité avec ces prémisses. Imaginez le radicaliste, l’antifa, le fondamentaliste islamique, le révolutionnaire marxiste-léniniste ou le théonomiste.

Pour souligner l’évidence: la manifestation # 4 est responsable de presque toutes les horreurs politiques des trois derniers siècles.

La plupart des gens différents ne sont pas des fanatiques violents, mais tous les fanatiques violents sont différents. Vu comme cela je peux comprendre pourquoi les gens différents ont tendance à effrayer les gens non différents.

Pour défendre la différence, cependant, je dois souligner que la plupart des changements de nos sociétés proviennent de la manifestation # 2.

Bryan Caplan d’econlib.org

Histoire du pouvoir sur 15 siècles par Olavo de Carvalho.

Après le démantèlement de l’Empire, les églises réparties sur tout le territoire sont devenues les substituts de l’administration romaine dispersée. Dans la confusion générale, alors que les formes d’une ère nouvelle étaient à peine visibles parmi les brumes du provisoire, les prêtres sont devenus notaires, auditeurs et maires.

Les graines de la future aristocratie européenne ont germé sur le champ de bataille, dans la lutte contre l’envahisseur barbare. Dans chaque village et paroisse, les chefs de communauté qui se sont démarqués dans l’effort de défense ont été récompensés par le peuple avec des terres, des animaux et des pièces de monnaie, par l’Église avec des titres de noblesse et l’onction légitime de leur autorité.

Ils devinrent de grands fermiers, des comtes, des ducs, des princes et des rois.

La propriété agraire n’a jamais été le fondement ou l’origine, mais le fruit de sa puissance, de son pouvoir militaire.

Le pouvoir d’une caste féroce et hautaine, enrichie par l’épée et non par la charrue. Une caste veillant à ne pas se mélanger aux autres, et de ne pas se consacrer à la culture de l’intelligence, bonne uniquement pour les prêtres et les femmes, ni aux travaux de la terre confiés aux serfs, pas même les affaires qui sont l’occupation des bourgeois et des juifs.

Pendant plus d’un millénaire, cette caste dirigea l’Europe par la force des armes, soutenu par le trépied de :

1) la légitimation ecclésiastique et culturelle,

2) l’obéissance populaire traduite en travail et en impôts,

3) le soutien financier obtenu ou extorqué aux marchands et aux banquiers en temps de crise et de guerre.

Son essor culmine et son déclin commence avec la fondation des monarchies absolutistes et l’avènement de l’État Nation.

Elle culmine parce que ces nouvelles formations incarnent le pouvoir de la caste guerrière à l’état pur, source d’elle-même par délégation directe de Dieu, sans intermédiation du sacerdoce, réduit à la condition subalterne de complice forcé et récalcitrant.

Mais c’est déjà le début du déclin, car le monarque absolu, issu de l’aristocratie, s’en démarque et doit chercher contre elle – et contre l’Église – le soutien du Tiers État, qui finit par devenir une force politique indépendante, capable d’intimider ensemble le roi, le clergé et la noblesse.

Si le système médiéval avait duré dix siècles, l’absolutisme n’en a pas duré plus de trois.

Le règne de la bourgeoisie libérale durera encore moins.

Un siècle de liberté économique et politique suffit à rendre certains capitalistes si formidablement riches qu’ils ne veulent plus se soumettre aux caprices du marché qui les a enrichis.

Ils veulent le contrôler, et les instruments pour cela sont au nombre de trois:

1) le domaine de l’État pour l’implantation des politiques étatistes nécessaires à l’éternisation de l’oligopole;

2) stimuler les mouvements socialistes et communistes qui favorisent invariablement la croissance du pouvoir étatique;

3) la régimentation d’une armée d’intellectuels qui préparent l’opinion publique pour dire adieu aux libertés bourgeoises et les faire entrer joyeusement dans un monde de répression omniprésente et obsessionnelle (s’étendant jusqu’aux derniers détails de la vie privée et du langage courant), et en plus présentée comme un paradis ornée à la fois de l’abondance du capitalisme et de la «justice sociale» du communisme.

Dans ce nouveau monde, la liberté économique indispensable au fonctionnement du système est préservée dans la stricte mesure nécessaire pour lui permettre de subventionner l’extinction de la liberté dans les domaines politique, social, moral, éducatif, culturel et religieux.

Avec cela, les mégacapitalistes changent la base même de leur pouvoir.

Il ne repose plus sur la richesse en tant que telle, mais sur le contrôle du processus politico-social.

Un contrôle qui, les libérant d’une exposition aventureuse aux fluctuations du marché, en fait une puissance dynastique durable, une néo-aristocratie capable de traverser les variations de fortune et la succession des générations, abritée dans le fief de l’État et des organisations internationales.

Ce ne sont plus des mégacapitalistes: ce sont des métacapitalistes – la classe qui a transcendé le capitalisme et l’a transformé en le seul socialisme qui ait jamais existé ou qui existera: le socialisme des grands maîtres et des ingénieurs sociaux à leur service.

Cette nouvelle aristocratie n’est pas née, comme la précédente, d’un héroïsme militaire récompensé par le peuple et béni par l’Église.

Il est né d’une prévoyance machiavélique fondée sur l’intérêt personnel et, à travers un faux clergé d’intellectuels subventionnés, se bénit.

Il reste à voir quel genre de société cette aristocratie auto-inventée peut créer – et combien de temps une structure si manifestement basée sur le mensonge peut durer.

Ce que l’intelligence artificielle nous dit de la fabrique de la désinformation. Par Peter Columns.

Aujourd’hui, nous baignons dans la désinformation permanente. Cette désinformation est principalement émise par les médias traditionnels, encore largement dominants dans la fabrique de l’opinion publique. Pourtant, il est très rare de pouvoir accuser directement un média traditionnel de fabriquer de fausses informations. Mais alors, comment se fabrique cette désinformation au quotidien?

De manière surprenante, l’Intelligence Artificielle nous donne beaucoup de réponses sur la psyché humaine et la façon dont les médias utilisent ses biais pour installer une fausse image de la réalité dans l’opinion publique majoritaire.

Table des matières :

  1. Comment l’industrie de la désinformation fonctionne t-elle?
  2. Comment est construit et maintenu cet imaginaire?
  3. Ce que l’Intelligence Artificielle nous apprend de l’humain.
  4. DeepDream, l’exemple d’un biais cognitif similaire à l’humain chez la machine.

1) COMMENT L’INDUSTRIE DE LA DÉSINFORMATION FONCTIONNE T-ELLE?

Prenez un fait entier, sans rien omettre, puis découpez-le en retirant tout ce qui représente une gêne pour vous. Puis, présentez ce découpage que vous aurez réalisé à vos téléspectateurs. Automatiquement, les trous que vous aurez laissés seront comblés à partir de l’imagination de votre auditoire. Mais de quoi est faite cette imagination? Elle est faite le plus souvent faite de préjugés que vous aurez instillé à votre public en amont.

La première chose à comprendre est qu’une information sera toujours par nature incomplète. Une information en soi est toujours stérile. Elle est une simple graine qui se déploie dans le cerveau de l’interlocuteur en puisant dans son imaginaire et ses connaissances déjà acquises. La communication repose toujours sur la faculté de l’individu à intégrer une information dans une toile plus vaste. C’est ce qui donne du sens aux choses, et c’est aussi la raison pour laquelle chaque personne interprétera de façon unique une seule et même information.

Dans le processus de la cognition, il est naturel de délivrer une information incomplète, souvent par manque de temps, en pouvant compter sur l’interlocuteur pour combler habilement tous les trous.

Il ne s’agit alors pas de biaiser l’information mais simplement de rendre le processus de communication le plus efficace possible en se reposant sur les facultés d’interprétation de l’interlocuteur.

Mais si l’on souhaite se tourner vers le domaine de la désinformation, c’est tout un processus que l’on peut souhaiter maitriser: à la fois l’information qui est délivrée mais aussi l’imaginaire qui recevra et interprétera l’information.

Il s’agit donc d’abord de réduire l’information considérablement. Un bon commencement est de retirer ou de changer les noms des criminels dans les faits divers, par exemple, afin de masquer toute origine ethnique des agresseurs.

Un tel processus se caractérise par une qualité d’information extrêmement pauvre. L’information est l’élément perturbateur dans le processus de désinformation. Issue de la réalité et très difficile à falsifier, réduire sa portée est donc une priorité pour le manipulateur.

Plus la qualité de l’information est réduite, plus l’imaginaire tient un rôle prépondérant, plus celui qui maîtrise cet imaginaire garde le contrôle global.

Ce procédé habile est le modus operandi dans les médias traditionnels. La rétention d’information est savamment orchestrée pour laisser faire l’imagination du public, un imaginaire que l’on garde sous contrôle par la répétition d’éléments de langage sans factualité.

2) COMMENT EST CONSTRUIT ET MAINTENU CET IMAGINAIRE?

Dans le cadre d’une manipulation, cet imaginaire est construit à partir de la somme des préjugés que vous aurez instillé à votre public en amont.

L’imaginaire des téléspectateurs est gardé sous contrôle de trois façons différentes.

A- L’utilisation de la fiction via les séries télévisés, les talkshows, les films, les romans, les spots publicitaires, les campagnes de prévention, etc. Il n’est pas rare non plus que parfois, la distinction entre la fiction et l’information ne soit plus faite. C’est ainsi le cas pour les très nombreux films ou livres français se présentant comme des “œuvres” décrivant une réalité par la fiction.

B- L’utilisation de l’effet de loupe. Très souvent, il est utilisé une petite sélection de profils triés sur le volet pour cacher une vérité statistique. L’imaginaire est ainsi construit à partir de cette infime sélection. L’effet de loupe se cumule souvent à l’utilisation de la discrimination positive. Les profils ne sont parfois pas simplement sélectionnés mais construits. Loin de vouloir servir une quelconque notion d’égalité, dont le principe de discrimination positive est la négation, ce type de dispositif vise la création de ce vivier réduit mais exploitable.

C- La répétition constante des mêmes omissions. Ce phénomène de renforcement créé la confiance de la personne dans l’information partielle auto-complétée qu’il a acquise. Le principe de répétition est essentiel car cet imaginaire se construit par renforcement. Parti de rien, il se gorge de ces faits découpés. Ainsi, il n’est pas rare de voir des gens nier la réalité des chiffres et des faits révélés, car ils auront toute cette inertie derrière eux.

Ainsi, de cette façon, vous pourrez diffuser sur vos antennes à longueur de journée des mensonges complets sans falsifier quoi que ce soit.

3) CE QUE L’INTELLIGENCE ARTIFICIELLE NOUS APPREND DE L’HUMAIN.

En vérité, le cerveau n’est pas un outil très élaboré pour traiter des faits. Il fonctionne avant tout par renforcement. Dans un réseau neuronal artificiel, ce phénomène est nommé la rétropropagation.

La chose essentielle à comprendre est qu’une information ne se contente par d’être une information. Une information structure la façon de penser de la machine comme de l’humain pour établir une façon de penser particulière.

Dans un réseau neuronal artificiel, les connexions sont altérées par le renforcement d’une information. Un réseau neuronal artificiel ne peut se redéfinir que par la détection d’une incompatibilité entre la réalité et le résultat qu’il anticipait. Lorsqu’un tel écart est détecté, la rétropropagation propage cette erreur dans tout son réseau pour redéfinir les connexions neuronales.

Or, voilà le biais d’un tel mécanisme: plus l’erreur sera importante et interviendra à une étape avancée de l’apprentissage, plus la rétropropagation sera douloureuse. Dans un tel mécanisme de renforcement, il est extrêmement coûteux (donc réellement épuisant physiquement) pour la machine comme pour l’humain de revenir sur un conditionnement.

Pour une machine, l’apprentissage sera la lecture d’un jeu de données. Pour l’humain, l’apprentissage sera la répétition d’omissions courantes par les médias.

Lorsque par exemple, Alain Finkelkraut, se fit insulter et menacer par un islamiste qui lui cria sa haine des juifs lors de manifestations de Gilets Jaunes, les médias ont tue l’identité de l’agresseur pour laisser faire l’imaginaire des citoyens, dans la certitude qu’ils associeraient cette agression à l’extrême-droite, sans factualité. Ce fut un pari réussi jusqu’au deuxième passage d’Alain Finkelkraut dans les médias qui rappela le fait le plus élémentaire qu’aurait du contenir l’information à l’origine, ce que n’avaient pas fait les médias à dessein.

4) DEEPDREAM, L’EXEMPLE D’UN BIAIS COGNITIF SIMILAIRE À L’HUMAIN CHEZ LA MACHINE.

Dans le cadre de ses recherches en Intelligence Artificielle sur les réseaux neuronaux, Google a présenté un projet atypique. Le projet, DeepDream, consiste à montrer une image à la machine, une image qu’elle ne connait pas du tout, une image qui sort totalement du cadre de ce pour quoi la machine a été entrainée. Par exemple, on montrera des images de nébuleuses ou de pizzas à une IA capable uniquement de reconnaitre des chiens. Sans surprise, c’est une myriade de chiens que l’IA reconnaitra dans le magma picturale qui lui est présenté.

Une IA entrainée dans le cadre d’un apprentissage par renforcement, confrontée à ce qu’elle ne connait pas, comblera toujours le vide par ce qu’elle connait. Il en ira de même pour l’humain. C’est exactement par ce mécanisme que la désinformation par omission se verra automatiquement complétée par l’humain et considérée comme valide. Dans un bon mensonge par omission, l’essentiel est alors de construire cet apprentissage par renforcement sans base factuelle.

Une fois cet entrainement effectué, le sujet conditionné ne sera plus capable d’en sortir qu’au prix d’un effort incommensurable. Il sera condamné à voir pour le restant de ses jours des têtes de chiens sur des images de pizzas et de nébuleuses.

Un autre exemple d’Intelligence Artificielle par renforcement est également intéressant. Il s’agit de la retouche de photos. En effet, l’utilisateur peut sélectionner une zone de sa photographie pour éliminer un élément graphique déplaisant (telle qu’une personne en arrière plan sur une photographie à la plage). L’IA fera appel à son conditionnement pour combler le vide, et proposer une mer ultra-réaliste en remplacement.

Article de Peter Columns disponible ici.

Les 7 raisons pour lesquelles nous obéissons aux autorités. Article de Phillip Schneider.

Les rebelles sont une partie très importante de la société, mais ils obtiennent rarement la reconnaissance qu’ils méritent.

Ils nous aident à briser les anciennes normes et nous empêchent de tomber dans la pensée de groupe.

Cependant, la nature humaine pousse la plupart d’entre nous à rester dans notre zone de confort, même si cela signifie moins de liberté ou des problèmes plus difficiles à résoudre.

Pourquoi tant de gens ignorent le monde extérieur ou le font passer pour le problème de quelqu’un d’autre jusqu’à ce qu’il atteigne leur propre porte ?

Dans une vidéo récente, Brittany Sellner (Brittany Pettibone avant son mariage) décrit les sept raisons pour lesquelles les hommes obéissent à l’autorité, même lorsque c’est contre leur intérêt.

#1 Habitude

Comme chacun le sait, les habitudes sont extrêmement difficiles à rompre et même si nous avons des griefs sur l’état des choses, accepter notre réalité imparfaite nous semble préférable à la perspective décourageante du changement. À contrario… l’habitude cesse d’être un motif d’obéissance en temps de crise politique ; un peu comme ce que nous vivons actuellement à la suite du Covid. Bien que beaucoup d’entre nous ne voulaient pas changer leurs habitudes, celles-ci ont été modifiées de force pour nous.

#2 Obligation morale

La deuxième raison d’obéir est l’obligation morale qui est évidemment un motif que l’on trouve très souvent dans la religion, mais politiquement parlant… certains la considèrent comme une obligation morale de « 1) obéir pour le bien de la société », 2) « parce que le dirigeant a des facteurs surhumains tels qu’un être surnaturel ou une divinité », ce qui ne s’applique pas, à mon avis, à un trop grand nombre d’Américains… 3) Les gens considèrent qu’il s’agit d’une obligation morale d’obéir parce qu’ils « perçoivent le commandement comme étant légitime, du fait qu’il émane d’un émetteur ». Par exemple, un maire ou un officier de police [serait considéré comme tel], et 4) Les gens considèrent qu’il s’agit d’une obligation morale d’obéir en raison de la « conformité des ordres aux normes acceptées ». Par exemple, la plupart des gens pensent qu’un ordre tel que celui de ne pas commettre de meurtre est un ordre moral et, par conséquent, ils le respectent.

#3 Intérêt personnel

La troisième raison de l’obéissance est l’intérêt personnel et c’est peut-être l’un des motifs les plus courants de nos jours. Par exemple, la plupart des grandes entreprises sont immorales et cherchent à se servir des tendances sociales et politiques actuelles pour gagner de l’argent, un statut et l’approbation. Il suffit de regarder toutes les entreprises qui sont soudainement devenues des « champions de la justice sociale » après la mort de George Floyd ; aucune d’entre elles ne s’est souciée de la brutalité policière et de Black Lives Matter avant qu’il ne devienne dans leur intérêt de s’en préoccuper.

Cet intérêt personnel peut bien sûr s’étendre aux individus. Les personnes célèbres et non célèbres ont beaucoup à gagner en s’alignant, ou… il y a aussi un intérêt personnel négatif dans lequel la personne n’obéit pas simplement parce qu’elle va gagner quelque chose mais pour qu’elle ne perde pas tout : sa réputation, son emploi, son statut social et ses perspectives de carrière.

#4 Identification psychologique avec le dirigeant

La quatrième raison de l’obéissance est l’identification psychologique avec le dirigeant, ce qui signifie que les gens ont un lien émotionnel étroit avec le dirigeant, le régime ou le système. J’imagine que vous auriez rencontré beaucoup de ces situations dans la Russie communiste ou l’Allemagne nazie, par exemple.

#5 Zones d’indifférence

Le cinquième motif d’obéissance est extrêmement courant aujourd’hui : il s’agit des « zones d’indifférence », ce qui signifie que même si les gens ne sont pas pleinement satisfaits de l’état des choses, ils ont une marge d’indifférence ou de tolérance pour les aspects négatifs de leur société et de leur gouvernement.

#6 La peur des sanctions

La sixième raison de l’obéissance est la plus évidente… et c’est la « peur des sanctions », qui implique généralement la menace ou l’utilisation d’une forme de violence physique contre le sujet désobéissant et incite à l’obéissance par un pouvoir simplement coercitif, un pouvoir qui agit réellement sur les gens simplement par leurs craintes.

#7 Absence de confiance en soi

Enfin, la septième et dernière raison de l’obéissance est l’absence de confiance en soi chez les sujets, ce qui signifie que beaucoup de personnes n’ont tout simplement pas suffisamment confiance en elles, en leur jugement et en leurs capacités pour se rendre capables de désobéir et de résister.

Grâce au web, j’observe ce motif assez souvent. Des milliers de personnes décrient quotidiennement qu’elles sont malheureuses de l’état des choses et pourtant elles ne font rien parce qu’elles n’ont pas confiance en leur capacité personnelle à diriger, à organiser une manifestation pacifique, à lancer un mouvement, etc.

Bien que l’autorité puisse être légitime et significative, la résistance à des actes de violence inutiles ou à l’injustice draconienne du gouvernement est souvent meilleure pour l’individu et la société et montre plus de caractère que l’inaction.

Bien que cette liste ne soit certainement pas exhaustive, elle vous aidera peut-être à mieux comprendre votre propre rôle dans la vie et dans la société.

Article de Phillip Schneider.

L’extension maximale du salariat et la destruction des petits entrepreneurs (propriétaires de leurs propres moyens de production).

Énormément de patron de petites et moyennes entreprises se suicident. Je n’ai malheureusement jamais vu de hashtag s’en offuscant. L’égoïsme ambiant règne en maître en mettant des oeillères à la majorité et la vertu affichée online tombe offline en laissant apparaître la déresponsabilisation et la lâcheté réelle.

Autant le socialisme comme le capitalisme prêchent pour l’extension maximale du salariat et la destruction de la libre petite entreprise, c’est à dire de la classe moyenne indépendante et économiquement libre. Ces petits propriétaires de leurs propres moyens de production ont la conscience politique la plus juste car impliquée dans le réel.

En effet beaucoup de pseudo intellectuels prônant des révolutions sociales n’ont jamais mis les pieds dans une petite entreprise et ignorent ce qu’est un compte d’exploitation annuel ou une fiche de paie. Et pourtant leur idéologie collectiviste est dominante dans les merdias subventionnés donc corrompus.

Nous sommes dans une société de déresponsabilisation, de passivité où les salariés réclament plus de droits et moins de devoirs. Ou les « adultes » sont des ados éternels; qui en ne voulant pas savoir sur certains sujets déléguent la responsabilité personnelle à une instance hiérarchique ou étatique.

Or une vraie démocratie est un peu comme le modèle grec des hoplites avec une association libre de petits propriétaires qui se mutualisent et écrivent leurs propres règles.

Alors que notre actuelle fausse démocratie de salariat généralisée est une organisation dans laquelle le salarié vend son temps de travail. Voir ici mon article dans lequel je montre qu’il y a plus d’esclavage de nos jours qu’auparavant. Ces salariés laissent de côté de nombreux pans de l’équation sans les questionner ou bien le savent mais ne rentrent pas dans une résistance contre cette fausse sécurité déresponsabilisante. Les pans de l’équation qu’ils ne contrôlent pas par eux-mêmes sont celui de l’indépendance financière notamment de part un bourrage de crâne d’années d’idéologie collectiviste gauchiste du mépris de l’argent.

Entre guillemets l’argent c’est sale, laissez moi (le politique) le gérer à votre place et vous en piquer la plus grande partie dans les poches bien sûr. Les petits patrons eux sont dans une démarche d’essayer d’être indépendant financièrement et de reprendre le gouvernail.

L’idéologie de gauche qui dit que tous les patrons sont des enfoirés, qu’ils soient du CAC40 ou des petits patrons responsables sur leurs biens personnels et qui n’ont pas le droit au chômage est absurde et hypocrite !

Cette société est systémiquement malsaine et laisser la gestion de notre indépendance et liberté à un tiers est extrêmement dangereux. Peu de virilité et de moralité ! Même ces mots là ont disparu ou ne sont plus politiquement correct alors que paradoxalement la corruption morale est plus présente qu’auparavant.

La solution responsable et cohérente c’est le retour des consommateurs à une économie solidaire locale aux petits patrons et non plus aux multinationales. Agissons financièrement pour le développement d’une contre-société créative contre la bureaucratie, la sur-fiscalité, le parasitisme politique.

Des génies, des salauds ou des nuls ? Article de Marc Dugois

Ce contenu a été publié dans Société par Marc Dugois.

Il faudra remercier le pangolin ou le docteur Folamour qui nous a offert le Covid 19 car ce microbe va enfin nous permettre de savoir si nous sommes dirigés par des génies, des salauds ou des nuls, ce qui, en démocratie, est toujours intéressant à savoir.

L’unanimité de la bienpensance gouvernementale, administrative, médiatique et internationale, nous montre malheureusement une fois de plus que les peuples deviennent facilement des moutons quand un Panurge génère chez eux une peur qui regroupe n’importe quel troupeau. Ce n’est donc pas cela que le Covid 19 nous apprend puisque nous le savions déjà. Nous constatons simplement une fois de plus que la peur génère facilement la haine de ceux qui refusent d’avoir peur. La honte d’avoir peur génère systématiquement le rejet agressif de quiconque n’a pas peur. Rien de nouveau sous le soleil de ce côté-là.

En revanche l’unanimité multicolore et de plus en plus arc-en-ciel qui nous dirige, a décidé de casser l’économie avec un confinement qu’elle a jugé nécessaire en occident à l’exception de la Suède. Ils ont jugé nécessaire de déverser par milliards une énergie monétaire venant d’une corne d’abondance qu’ils pensent avoir repérée, de museler au sens propre leurs peuples en poussant l’abnégation jusqu’à se museler eux-mêmes quand ils passent à la télé pour bien montrer que les muselières n’ont rien à voir avec les masques dont ils nous avaient dit qu’ils ne servaient à rien.

Le confinement n’ayant pas suffisamment permis la création d’anticorps par réaction courante à une contamination sociale habituelle, une seconde vague apparait sauf en Suède, seconde vague dont on donne le nombre de contaminés mais pas le nombre de malades et encore moins le nombre de morts qui n’affolerait personne quand on sait que 50.000 morts mensuels est la moyenne quand la France se porte bien. Cette seconde vague est en effet encore moins mortelle que la première qui ne l’était déjà pas beaucoup si l’on regarde la courbe du nombre mensuel de décès depuis la dernière guerre, toutes causes confondues.

Ces faits sont difficilement contestables mais notre élite entretient pourtant professionnellement et méticuleusement son peuple dans la peur et certains croient même sans rire, à les entendre, voir revenir la peste du moyen-âge. D’où la question de savoir si ce sont des génies qui ont tout compris et qui anticipent les bonnes réponses, des salauds qui ont des plans inavouables, ou des nuls qui n’ont rien compris et qui ne cherchent qu’à se protéger eux-mêmes des conséquences de leur nullité. Les mois qui viennent vont apporter la bonne réponse quel que soit le matraquage médiatique mais il est intéressant d’étudier déjà les trois possibilités.

N’étant pas du tout moi-même un génie, je suis incapable de les repérer mais je m’incline devant la possibilité de leur existence. Ils résolvent tous les problèmes avec l’énergie monétaire venant d’une corne d’abondance dont ils ont le secret et ils n’ont donc plus besoin de l’énergie humaine que nous, pauvres mortels, avons uniquement à notre disposition. Ils peuvent donc faire gaspiller l’énergie de leur peuple en jogging et en salle de sport, la laisser inactivée par le chômage, laisser une grande partie de leur administration s’agiter pour donner l’impression qu’elle s’active, ou décréter l’énergie humaine accessoire par le confinement. Quelle importance puisque l’énergie monétaire s’occupe de tout pendant que le principe de précaution arrête tout ? Ils ont même donné à cette énergie un nom, le PIB. Et comme ce sont des génies, ils ont réussi à convaincre leurs peuples que cette corne d’abondance fonctionnait et qu’ils pouvaient aller au ski ou sur la Côte d’Azur. Je suis incapable de choisir entre m’agenouiller et dire « chapeau l’artiste ! ». J’en suis réduit dans ma médiocrité à attendre de voir comment ces génies vont garder active cette corne d’abondance. Dans cette attente je vais me contenter d’analyser les deux autres possibilités.

L’hypothèse des salauds est intéressante parce qu’elle passe par leur intelligence. Ils ont compris que l’énergie monétaire ne peut pas remplacer l’énergie humaine puisqu’elle en est issue; que si l’on fait croire au peuple que le progrès c’est s’enrichir davantage en travaillant moins grâce à la technique, il faut réinventer l’esclavage pour avoir l’énergie humaine indispensable, même et surtout s’il faut en plus en cacher l’existence. Ils savent que le système actuel ne peut durer et surtout qu’il sera très difficile d’expliquer le retour de l’esclavage quand on se gargarise de l’avoir éliminé. Ils savent donc que le système qu’ils ont fabriqué est en instance d’explosion et que les centaines de milliers de milliards de dette ne peuvent que croitre sans jamais baisser d’un seul centime puisque collectivement nous empruntons toujours plus que ce que nous consommons tellement nous nous voulons capables de rembourser demain. Il faut donc trouver à la fois le bouc émissaire de l’explosion inéluctable pour ne pas l’être soi-même alors que l’on s’en sait responsable, mais il faut aussi trouver une nouvelle organisation. Et bien sûr avoir le temps de mettre au point cette nouvelle organisation en restant aux manettes quelle que soit la couleur à la mode électorale. Ce n’est pas parce qu’ils ont raté l’organisation précédente qu’ils ne se sentent pas capables d’imposer la suivante. Inutile de donner des noms, tellement ils se présentent d’eux-mêmes à nos esprits. Le bouc émissaire est choisi, ce sera le Covid 19. Il n’est pas plus létal que beaucoup de microbes précédemment connus mais, en le stimulant un peu, en comptant chaque soir à la télé le nombre de morts avec Covid et surtout pas seulement ceux par Covid, on arrivera bien à faire suffisamment peur pour justifier un confinement qui lui, détruira inéluctablement le système sans que les salauds qui l’ont mis en place en soient rendus responsables. Il faudra certes prévoir par sécurité de maintenir la panique des peuples pour que le système explose bien en reconfinant si nécessaire, en inventant des freins multiples et variés à l’activité et en les imposant si le matraquage médiatique est insuffisant pour convaincre de l’intérêt de toutes ces mesures puériles. Plus l’activité s’arrêtera vite, plus le Covid sera à l’évidence le seul responsable de l’explosion en laissant en place pour la suite les vrais responsables du désastre imminent. Le plan B, à mettre en place simultanément à l’effondrement du système actuel et qui a déjà le nom évidemment anglais de « great reset » (la grande réinitialisation), est déjà vanté par l’ONU, le FMI et la BCE. Le détail en est prévu à Davos en janvier 2021. Il vise discrètement à une diminution drastique des habitants de la Terre, réduits dans une suppression des races et des civilisations, au rêve de zombies consommateurs électeurs jouisseurs dont la forme d’esclavage n’est pas encore claire dans l’esprit des salauds, mais dont la vie sera réglée par encore plus d’obligations et encore plus d’interdictions pour le bien de tous décrété par les salauds eux-mêmes, réunis dans leurs têtes dans un gouvernement mondial. On sait déjà que c’est à nouveau l’énergie monétaire qui sera mise à contribution mais cette fois par les vaccins et par les puces implantées. On ne change pas une équipe qui perd.

L’hypothèse des nuls est évidemment la plus tentante tellement elle vient naturellement à l’esprit en les observant se déhancher le cerveau pour donner l’impression d’avoir quelque chose à dire. Elle est peut-être trop tentante. Ils se sont tellement épuisés à atteindre la plateforme où ils se trouvent, qu’ils sont à mille lieues de comprendre ce qui se passe et qui ne les intéresse qu’anecdotiquement. Le peu d’énergie qui leur reste est à peine suffisant pour préparer leur réélection et pour travailler leur métier du faire croire dans lequel il faut reconnaitre leur compétence d’illusionnistes. Sur tout problème ils s’appuient sur les experts qu’ils ont nommés parce qu’ils étaient de bons courtisans et le but des uns comme des autres est simplement de tenir, d’être encore là après-demain. Résoudre un problème n’est le souci de personne. Faire croire qu’on s’en occupe et mieux, donner l’impression qu’on avance, là est leur cœur de métier qui les a fait élire. S’y rajoute depuis quelques années avec le rapprochement du désastre, le souci permanent de ne finir ni comme Louis XVI, ni comme Napoléon III, ni comme Pétain. Leur communication devient de plus en plus la plaidoirie qu’ils aimeraient entendre le jour où on leur rappellerait que le pouvoir qu’ils ont tant désiré les oblige à un minimum de responsabilité que les urnes ne sanctionnent plus depuis qu’elles sont corrompues par l’énergie monétaire qui fabrique les campagnes électorales.

Il reste encore une dernière possibilité, la plus triste et qui me fait infiniment plus peur que le Covid : celle de nuls manipulés par des salauds. Quand on voit défiler dans les médias des courtisans hâbleurs, affublés de titres de professeurs, il devient difficile de ne pas craindre que des salauds ne tirent les ficelles de ces marionnettes qui ne sont visiblement que des nuls. Les vrais experts ne sont pas invités et le peuple doit croire que le Covid est le coupable et que l’énergie monétaire va s’occuper de tout.

Vidéo

Le berger, les moutons, le mouton noir et le loup épouvantail…

Pour que des milliers de moutons soient dociles, soumis, obéissants il suffit de jouer soit sur la peur, soit sur leur besoin de sécurité.

Un berger explique ici et on peut faire un parralléle avec le peuple.

«Ils sont heureux d’avoir échappé au “méchant gros loup” et ils sortent tondus et contents.»

Il explique aussi ce que le berger doit faire du mouton noir qui ne veut pas rentrer dans la bergerie.

Xavier Louis de Izarra.

Vidéo

Derrière des blagues beaucoup de vérités…

Les relations humaines fonctionnent comme cela :

Ce qui est plus important que « ce que vous dites » c’est « comment vous l’exprimez ».
Plus important que le thème ou l’idée c’est la manière dont c’est transmis qui importe.

L’empathie établie est plus importante que la technique.

L’initiative qui est produite, l’engagement, l’insight créé, le cœur gagné et la confiance établie sont plus importants que le contenu structuré.

Peu y parviennent.

Pour cette raison, la plupart lisent de nombreux livres, étudient divers sujets, consomment des contenus sans fin, collectent de nombreux certificats, et malheureusement le cœur reste froid, les yeux ternes, sans initiatives voire carrèment lâches.

Ils ne peuvent donc pas gagner la confiance de leur propre équipe, voire même pas en créer ou en conserver une.

L’art du leadership réside dans des facteurs non appris en classe, mais auprès de ceux qui ont cette « énergie » de transmettre.

Il ne se développe pas avec des certifications, ni avec des diplômes obtenus en répétant comme des perroquets, ni avec une méthodologie spéciale, mais avec ceux qui ont appris à écouter leurs propres émotions.

Le monde a besoin de plus de leaders !

NE DEMANDEZ PAS LA PERMISSION

La société se divise en deux catégories : ceux qui demande la permission et ceux qui ne demandent pas la permission. Cela a toujours été ainsi et je pense sincèrement que ceux qui veulent créer leur propre destinée ne demandent pas permission.

Certaines organisations sont très hiérarchiques et avec énormément de soumission. Certains fonctionnements dans nos sociétés sont très rigides et ne nous permettent pas de développer nos projets.

Pourtant à notre époque il n’a jamais été aussi facile de créer sa boîte donc nous n’avons plus d’excuses pour faire avancer nos sociétés. Les connaissances sont toutes disponibles et le secret c’est de découvrir comment la bien-pensance de la majorité est une mauvaise chose.
Ne suivez pas le troupeau. Rêvez, voyagez, flânez bref, soyez des rebelles intelligents.

Il n’existe pas une vérité universelle ou une justice universelle ou encore une morale universelle. Il existe des interprétations qui varient au cours du temps et selon les lieux. Il n’existe pas de perfection : nous sommes des êtres humains imparfaits.

Alors pourquoi attendre pour faire quelque chose ? Faites le en l’état, dans son premier jet. Le client sera toujours plus content de recevoir quelque chose d’imparfait plutôt que rien du tout.

Dire cela fait rire mais faire cela fait taire. Obligez vous à mettre en place des activités chronométrées qui exigent de prendre des raccourcis sans demander l’autorisation. Agir dans l’urgence pour répondre à des besoins du moment c’est ce qui permet à tous d’évoluer.

Lorsque l’on répond à des besoins du moment on est dans l’action et il n’y a aucune place pour la procrastination ou pour demander la permission.

L’entrepreneur est un rebelle. Quelqu’un qui n’aime pas s’asseoir et se taire dans la classe alors que c’est la première chose qu’il nous est enseigné de faire. Et si on y pense bien cela est terrible d’enseigner la soumission et la fermeture d’esprit.

L’ouverture d’esprit, la créativité c’est quelque chose qui se travaille et qui n’est pas du tout inné.

L’essence de l’homo sapiens.

J’aime ce qui est inconnu et la stabilité m’ennuie. J’ai appris à gérer le risque. Au début j’ai pris un risque calculé et puis j’ai commencé à aimer cette sensation de risque. J’aimais parce que cela donnait plus de saveur à mes conquêtes. Et dans le même temps je ne voulais pas que l’ennui et la stagnation soient les maîtres de ma vie.

Et peu à peu j’ai fait plein de choses qui m’ont sorti de ma zone de confort : créer des entreprises, créer des produits, aller vendre, aller parler aux potentiels clients, habiter dans différents pays, apprendre d’autres langues, et recommencer dans des domaines que je ne connais pas.

J’aime écrire et dire des choses qui ne sont pas politiquement correct.

J’aime investir dans ce qui n’a pas été exploré et défier les conventions. J’aime vivre avec les critiques et les moqueries quand je commence un projet. Et ensuite recevoir les éloges et les tapes dans le dos des mêmes personnes qui me critiquaient.

J’aime aussi plus que tout encourager les autres à poursuivre une vie en dehors des fausses normes de stabilité. C’est l’odieux bon sens commun que je déteste et que la majorité ne questionne malheureusement jamais.

Lorsque nous étudions nos origines anthropologiques nous retrouvons notre véritable essence.

En fait, nous sommes des chasseurs. Nous avons été des chasseurs durant des milliers d’années. On sortait le matin sans aucune garantie et en assumant les risques pour ramèner à la maison à la fin de la journée ce qui permettait à notre espèce de survivre.

Retrouver cette essence grâce à l’entrepreneuriat nous permet de nous réaliser.

Cela nous reconnecte avec le vrai sens de notre existence.

Nous avons des problèmes lorsque nous tentons de fuir de cette indépendance et de cette autonomie en l’échangeant pour un salaire mensuel. Cette fausse protection nous ennuie et nous fatigue en fait profondèment.

L’être humain n’est pas fait pour être en cage, qu’elle soit une usine ou un bureau.

Ceux qui sont enfermés dans la fausse sécurité d’un salaire mensuel sont malheureux. Ils sont jaloux de voir ceux qui sortent de la maison tous les jours avec du courage et les yeux qui brillent même avec tous les risques qu’ils affrontent.

Les courageux récoltent chaque jour des résultats illimités et énormèment de bonheur.

Aimez vous tout contrôler ?

On m’a demandé une fois, « vous considérez-vous comme un monstre obsédé du contrôle? » J’ai répondu, « oui je le suis totalement et sans aucun doute. » Nous allons définir le contrôle dans cet article.

J’aime le contrôle, le contrôle des situations, des objectifs, des résultats. J’adore cela ! Les seules personnes qui n’aiment pas le contrôle sont celles qui ne l’ont pas ou qui l’ont mal utilisé dans le passé.

Si vous ne voulez pas de contrôle, pourquoi? Vous ne voulez pas de pouvoir? Vous ne voulez pas prendre des décisions?

Tous mes modèles en grandissant étaient prêts à exercer un contrôle. Qui n’aime pas et n’admire pas la personne au contrôle, le super-héros qui se met en danger pour résoudre les problèmes, protéger les gens et sauver le monde?

James Bond, par exemple, a tout l’équipement nécessaire. Il est également toujours en train de tout contrôler en étant même prêt à ignorer l’autorité pour faire la bonne chose, et il est même plus dangereux que les méchants !

La différence entre le succès et l’échec est que le succès prend la situation en place et la fait fonctionner à son avantage.

Le contrôle n’est jamais une mauvaise chose sauf si vous ne controlez rien.

Le contrôle vient de la préparation et de la prise en charge de vos résultats.

En analysant, ceux qui réussissaient étaient – à un moment ou à un autre de leur vie – prêts à se mettre dans des situations inconfortables, alors que ceux qui échouaient recherchaient le réconfort dans toutes leurs décisions.

Si vous n’êtes pas à l’aise du fait de prendre le contrôle, vous devez aprendre à surmonter vos sentiments.

Décidez de prendre le contrôle même de l’inconfortable. C’est justamente là où vous aurez le plus de résultats significatifs.

Soyez prêt à être mal à l’aise, et faites ce qui rend les autres mal à l’aise en sachant que la plupart des gens ne s’aventureront jamais dans l’inconfortable et ne le contrôleront jamais.

Allons plus loin. Si je dirigeais le monde; et j’adorerais diriger le monde; je ferais plusieurs choses:

  • Plus de salaire minimum. Désolé, mes amis smicards mais tout dans la vie est une vente et tout ce que vous gagnez est une commission. Vous commencerez à gagner beaucoup plus lorsque vous devrez tout gagner. Ce ne sera pas facile mais vous me remercierez plus tard.
  • La vente serait enseignée dans chaque école. Il est ridicule que l’on nous enseigne seulement certaines matières à l’école en négligeant des compétences plus pratiques et qui changent la vie.
  • L’université publique n’existerait plus. Elle deviendrait privée, payante, plus spécialisée et réservée aux quelques privilégiés qui le veulent ou qui en ont besoin, et non pas à tous les 18 ans comme quelque chose qu’ils doivent faire. Aujourd’hui à 25 ans ils étudient encore des choses générales, trop de théorie et rien de pratique. Trop de gens rentrent dans la vie active à presque 30 ans.
  • Plus de gens porteraient des armes. Plus de gens qui portent des armes seront plus de gens prêts à mettre un terme au mal. Ceux qui ne combattent pas le mal contribuent au mal. Le mal persiste quand les bonnes personnes ne font rien. Chargez vos guns mes amis.
  • Réduction des taxes et du nombre de fonctionnaires publics. L’état vous vole et gaspille ensuite.

Si vous voulez m’appeler un monstre obsédé du contrôle, je considère que c’est un compliment.

Prenez le contrôle d’abord de votre propre vie et ensuite vous pouvez commencer à contrôler plus du monde.

5 signes qui montrent qu’il faut licencier un employé.

C’est toujours difficile de devoir licencier un employé mais malheureusement c’est quelque chose dont il faut s’habituer car il est impossible de ne jamais licencier. Même en énonçant clairement les objectifs à atteindre et en ayant une communication claire avec ses employés il va toujours y avoir des frictions.

La décision de licencier représente des coûts supplémentaires, surtout pour une petite entreprise, mais si rien n’est fait attention, cela peut grandement nuire à l’environnement de travail.

La nécessité d’avoir une conversation difficile et de donner des feedbacks sur le travail de l’employé tend également à être plus difficile dans les petites entreprises car généralement la relation entre employé et manager est plus proche, quand elle n’implique pas d’amitiés et des liens familiaux en plus…

Les coûts d’un licenciement pèsent lourdement sur une petite entreprise. Mais d’un autre côté, un employé démotivé ou en conflit dans le milieu de travail infecte plus facilement une petite équipe. Attendre que l’employé quitte pour réduire les coûts n’est pas recommandé.

L’entrepreneur paie un prix invisible pour garder cette personne dans l’entreprise. Il contamine l’équipe, ne sert pas bien le client, ne respecte pas les délais et cela compromet l’image de l’entreprise envers les clients. La perte en gardant cet employé peut être beaucoup plus importante que supporter les coûts d’une mise à pied.

Le licenciement ne doit pas être considéré comme une punition, mais comme une conséquence des actions de l’employé. La gestion des personnes devrait être rationnelle, pas faite avec le coeur.

Le licenciement d’un employé ne définit pas si cet employé est bon ou mauvais, mais si il correspond ou non au travail proposé. L’employé licencié peut ne pas avoir bien travaillé dans cette entreprise, mais être brillant dans une autre entreprise.1# Peu d’engagement envers les objectifs et les tâches quotidiennes.

L’employé est en retard et montre un désintérêt à la fois pour la réalisation des objectifs et pour les tâches quotidiennes. Devez-vous lui rappeler les tâches à accomplir? Il est temps d’avoir une conversation. Un employé désintéressé infecte toute l’équipe. Si cet employé n’est pas licencié alors les collègues peuvent aussi réduire la qualité de leur travail. S’il n’est pas viré alors pourquoi nous même devrions nous bosser comme des fous? Le travail d’un leader est de maintenir le niveau de qualité élevé de l’équipe. Mais avant d’envisager la résiliation du contrat, il est nécessaire de comprendre pourquoi l’employé n’atteint pas les objectifs.

L’entraînement ou la reconnaissance ne sont-ils pas manquants? Le simple fait d’être écouté peut rendre l’employé plus enthousiaste.

2# Cet employé a des problèmes relationnels avec l’équipe.

Bien que l’employé se porte bien et atteigne des objectifs, il est souvent en conflit avec le reste de l’équipe, soit parce qu’il est trop arrogant ou qu’il sème la discorde. Cela vaut-il la peine de garder cet employé? Cet employé perturbe le travail de ses collègues et peut réduire considérablement la productivité de l’entreprise. Les problèmes de relation peuvent abîmer les relations et démotiver les collègues. Il n’y a pas beaucoup de place pour la tolérance dans cette affaire.

3# Manque d’alignement avec les valeurs et la culture de l’entreprise.

L’employé atteint ses objectifs, mais il utilise l’entreprise comme un moyen d’attirer des clients ou des fournisseurs juste pour lui et non pour l’entreprise.

L’entreprise précise qu’elle cherche toujours à travailler en équipe, mais l’employé agit seul et ne pense qu’à lui. Aller contre les valeurs et la culture d’entreprise est un sujet important car il implique des caractéristiques comportementales qui ne peuvent être changées du jour au lendemain. Compte tenu de cela, le meilleur moyen peut être de remplacer l’employé car sinon, le reste de l’équipe peut trouver que cela vaut la peine d’être non aligné avec les valeur de l’entreprise. Cet employé décourage et provoque des conflits internes dans l’entreprise.


Lire aussi  La clé du changement ? Devenez confortable avec l’inconfort


4# Difficulté à effectuer les tâches quotidiennes.

Vous avez enseigné de différentes façons, mais l’employé ne peut toujours pas accomplir cette tâche de façon satisfaisante. Il est temps de penser à un remplacement. Si l’employé montre des efforts il faut peut être lui faire prendre une autre fonction où il peut être mieux utilisé sans être licencié. Si cela n’est pas possible alors il n’y a qu’un seul moyen: licencier.

La difficulté à exécuter les tâches quotidiennes submerge le reste de l’équipe et perturbe le flux de travail, ce qui nuit à l’entreprise. Cette décision est très difficile, surtout si l’employé est une bonne personne. Mais une façon de vous aider est d’indiquer cet employé dans d’autres entreprises où il peut mieux s’intégrer.

5# Ne fournit pas de résultats.

Un employé qui ne parvient pas à atteindre les objectifs proposés après les premiers mois d’admission alors que l’équipe est capable d’atteindre ces objectifs peut signaler un besoin de revoir l’engagement. Mais vous devez d’abord vous assurer que toutes les options de formation ont été offertes à l’employé.

En temps de crise, vous ne pouvez pas conserver un employé qui ne produit pas de résultats bien longtemps. Mais avant de prendre la décision il faut que le directeur réfléchisse si l’employé a été clairement informé des objectifs à atteindre et des échéances à respecter. Idéalement, cela devrait être clair dans l’entretien d’admission.

Nous sommes tous geek et voici 5 stratégies pour en tirer profit !

Les geeks ont du succès !

Partagez cet article avec vos amis et collègues qui correspondent au profil geek.

Oui, nous avons tous des tendances à trop analyser ce qui ne devrait pas l’être et s’engager dans de longues conversations apparemment sans signification. Sur quels sujets ? Sur des choses aléatoires comme: « L’amour du curry est-il une disposition génétique ou une acquisition socialement expérientielle? » Ou, quel est le sens réel du mot « de »?

C’est une question valide ou est-ce juste geek ?

Être geek c’est en fait perçu comme vraiment cool dans le monde d’aujourd’hui, surtout chez les milléniaux. En fait, 60% des 83 millions de Millennials se considèrent comme des geeks, comparativement à seulement 38% de la génération X et des Baby-Boomers.

Et les études récentes montrent aussi que les geeks sont les pionniers et les influenceurs (84% des geeks disent que les gens les consultent alors que seulement 60% des non-geeks disent qu’on leur demande des conseils).

C’est une bonne nouvelle pour tous ceux et celles qui questionnent passionnèment  notre  monde  pour innover, pour améliorer et faire découvrir ce qui a été trouvé. Nous sommes fiers de découvrir pourquoi les gens et les entreprises font ce qu’ils font. Nous voulons par exemple comprendre les raisons pour lesquelles Richard Branson est autant admiré comme leader pour inspirer.

La vérité c’est que nous sommes tous des geeks à un certain niveau, à propos de quelque chose. Cependant la majorité échoue à transformer les idées en un véritable succès qui révolutionne le monde.

Voici cinq domaines critiques que vous devriez explorer si vous voulez transformer vos idées de geek en résultats transformateurs.

1. Le mentor: Oui, nous pouvons parler de dirigeants comme Gates, Zuckerberg et Branson. Nous pouvons les tenir tous sous le feu des projecteurs afin d’en apprendre davantage sur leurs réalisations. Mais lorsqu’il s’agit de trouver un véritable mentor, il est important de bien connaître l’individu pour qu’il vous enseigne ce qu’il a fait correctement et ce qu’il a fait de mal. «J’ai échoué plus que quiconque que je connais», a déclaré l’innovateur numérique Jay Samit dans une interview récente. «Il y a beaucoup de valeur dans l’échec.»

Trouvez un mentor qui peut vous montrer à la fois ce que vous devriez faire et ce que vous devriez cesser de faire.

2. La responsabilité. Trouver de nouvelles façons de résoudre de vieux problèmes n’est pas une idée nouvelle. Mais, prendre en charge le problème et le résultat pourrait être. L’auteur à succès Nely Galan nous a récemment dit: «La responsabilité est un état d’esprit, et c’est souvent le plus grand obstacle que nous devons tous surmonter. Arrêtez de penser que Prince Charmant (une personne, un groupe ou une entreprise) va entrer et résoudre vos problèmes. Le problème est une opportunité pour créer une solution révolutionnaire. Vous êtes la personne pour résoudre ce problème. Assumez en la responsabilité ». Lorsque des obstacles existent, il est important de concentrer votre énergie sur l’opportunité qui vous est présentée

3. L’enfermement: Jour après jour, vous allez au bureau et vous asseyez probablement à côté des mêmes personnes. Lorsque vous avez des idées, vous les partagez probablement avec les mêmes personnes chaque jour. Mais des recherchent montrent que 72% des résultats proviennent de personnes qui parlent et partagent des idées avec leur entourage externe, les personnes avec qui vous ne parlez pas tous les jours. L’auteur Tim Sanders a récemment dit, « Les ventes ont toujours été le travail des vendeurs. Mais lorsque les organisations éliminent les barrages et l’enfermement des départements, et incluent tout le monde dans l’entreprise qui a un intérêt dans la vente, elles peuvent atteindre un ratio de 70%. « Pensez aux autres personnes qui ont un intérêt dans votre idée. Sortez de votre enfermenent et parlez à énormèment de monde possible.

4. La plage: Le repos et la relaxation sont importants pour notre bien-être. Mais même si vous n’êtes pas en vacances il suffit parfois de tremper vos orteils dans l’eau. Le PDG et fondateur de Sea Side Reservations, Steve Schwab a récemment dit: «Les routines peuvent nous faire fonctionner en pilote automatique. Aller dans un endroit nouveau et voir les différentes façons dont les gens font les choses mènent à des découvertes incroyables. » Il a raison. Que vous voyagiez à travers le pays ou à l’autre bout de la ville, le fait de sortir de votre routine et de votre environnement quotidien peut inspirer énormèment de réflexions.

5. L’enfant: Regardons les choses en face, beaucoup de stéréotypes geeks se concentrent sur la science-fiction et les jeux vidéo de notre enfance. Des leaders comme Brenda Hardesty et Sue Baechler combinent la science de l’apprentissage par le jeu avec l’implémentation de la stratégie pour délivrer des résultats commerciaux impressionnants. «Les recherches sur les jeux montrent que les joueurs conservent 75% de ce qu’ils apprennent et 45% après six semaines», ont déclaré les créateurs. «C’est une différence flagrante avec les méthodes d’entraînement traditionnelles, où les participants ne conservent que 4%.»

Bien sûr que l’on recherche les résultats mais laissez toujours votre enfant intérieur s’évader et alors vos projets seront remplis d’émerveillement, de compétitivité et d’amusement.

Être geek de nos jours ne veut plus dire être un inadaptés social, des conversations gênantes et des personnalités peu attirantes. Les geeks sont devenus les pionniers et les influenceurs mondiaux. C’est un message de bienvenu pour tous et c’est un club dont vous ne devez pas avoir honte d’appartenir. Parce que si vous développez les 5 stratégies geeks que nous avons détaillé alors le succès vous appartient !

Suivez le journal de bord d’un entrepreneur : http://www.antoinebachelinsena.com

Avez-vous déjà vu un entrepreneur faire grève ?

Actuellement au Brésil (où je vis depuis 2011) il y a beaucoup de grèves mais on sait qu’il y a toujours des grèves partout dans le monde. Ici c’est la grève des employés de trains, des employés de métro, des employés d’autobus et aussi des professeurs d’écoles publiques. 

Comme j’ai déjà dit dans un article intitulé Sport et Business partie 1 et Sport et Business partie 2 j’ai étudié STAPS au départ je voulais être prof de sport (ou plutôt je voulais faire du sport tout le temps ce qui paraissait une idée cool de job pour un ado) et ce qui m’a fait changer d’idée c’est l’absence d’horizon, l’absence de vision long terme ou plutôt une vision cauchemardesque. 

La seule vision que j’avais c’est qu’il fallait que je reste plus de 30 ans à travailler tous les jours la même routine c’est comme donner une peine de prison à vie : tu vas faire ça plus de 30 ans avec le lieu, les horaires et les personnes qu’ils choisissent à notre place ! Pour moi c’est quelque chose de terrible ! Je n’ai jamais vu ça comme une sécurité j’ai toujours vu ça comme quelque chose qui nous limite. 

Aujourd’hui je vois les conditions des professeurs et les conditions de ces fonctionnaires publics et c’est vrai que c’est horrible de devoir travailler tellement d’années, je ne sais même pas combien d’années pour avoir la retraite. C’est quelque chose que je n’accepte pas bien sûr et donc je comprends le pourquoi des grèves. 

Cependant, la création de richesse ne passe pas par un job. 

Dépendre d’un tiers que ce soit l’état, un patron, un seul client ou un seul business cela ne permet pas la création de richesse.
Le collectivisme c’est une dictature au profit de sindicats, de quelques politiques, de quelques groupes qui volent la masse qui rêve de redistribution de richesse. 

La création de richesse ne fonctionne pas comme cela. Personne ne va jamais rien vous donner. C’est à vous de vous prendre en main et de ne rien attendre des autres. 

La clé c’est de découvrir votre différentiel et comment faire profiter vos singularités : ne confondez pas individualité et égoïsme partie 1 et ne confondez pas individualité et égoïsme partie 2. Cela passe par connaître, redécouvrir, réinventer votre individualité et non vous effacer dans une masse qui vous oublie et vous donne le minimum.

Vous valez énormèment. Et vous seul êtes capable de vous montrer, de vous valoriser et de choisir librement en questionnant ce qui a été défini comme bon sens par quelqu’un d’autre que vous : envoyez balader le bon sens ! Malheureusement la majorité ne questionne jamais.

Il vaut mieux être entrepreneur qu’employé. Entreprendre s’apprend. C’est une science et non une loterie. Pour apprendre comment être créateur de richesse dans votre vie téléchargez ici mon ebook les 10 règles d’or secrètes du succès. C’est un véritable carnet de bord ou journal de bord dans lequel je décris pas à pas les étapes pour vivre la vie de vos rêves !

Envoyez balader le bon sens !

Qu’est ce que le bon sens commun ?
Le bon sens est formé par l’ensemble des opinions, visions et valeurs adoptées par l’inconscient collectif.
C’est la voix idiote de la majorité qui vous envoie droit en enfer brûler votre âme dans la stagnation de la médiocrité.

Pour le bon sens il est commun d’être découragé à croire en innovation, en de nouveaux concepts différents de ceux hérités de générations en générations.
Le bon sens maintient la majorité à sa place dans un tout petit espace.
image

Le bon sens domine les esprits et ainsi les décisions.
De cette façon, les résultats sont mediocres et vont alimenter les thèses de l’impossibilité de changer de vie en mostrant par A+B qu’il n’est pas possible d’avoir des rêves de grandeur et qu’il n’est pas possible d’arriver à les réaliser.

Nous vivons à l’intérieur de ce maudit bon sens car nous pensons faussement qu’au moins avec lui nous sommes libres des grandes frustrations.
Pourtant connaissez vous quelque chose de plus frustrant que de maintenir vos propres rêves en cage et de vivre chaque jour avec vos plans B, C, D… Z ?

Qui a crée ce bon sens ?
Ce bon sens je l’envoie balader, que ce soit en famille, à l’école, à l’université, à l’église, au bar, à la plage et dans l’entreprise privée et publique du monde entier.

Qui a le courage d’envoyer balader le sens commun a beaucoup plus de chances de sortir de cette course de rats.
image

C’est la possibilité à chaque moment d’arrêter de courir après son ombre et de pouvoir enfin être le maître à bord de ses pensées.

Á chaque fois qu’un homme fait différemment du bon sens il est critiqué sévèremment.
Il sera vu comme un fou, un rêveur, un inconscient de la réalité etc.

Osez dire : «je vais larguer l’école» ou «je ne veux pas savoir de stabilité et je veux des bénéfices sans limites».
Osez dire : «je veux créer ma boîte». Osez dire : «je ne veux pas être avocat ou médecin car je veux être musicien».
Ou alors pour que la majorité vous traite d’idiot dites à tous «j’aime travailler».

Le bon sens est une prison.
S’il vous plaît ne préférez pas la stabilité à la possibilité de faire ce que vous aimez.

Le bon sens c’est la modalité dans laquelle l’esclave préfère un job et un salaire plutôt qu’un retour sur investissement.

La révolution se passe à chaque moment, devant chaque prise de décision, devant chaque choix.
image

Ceux qui se libérent du bon sens commun seront libres pour s’envoler.
Après des années oú ils ont été critiqués et méprisés du fait de leur courage de faire l’opposé de la masse, ils recevront alors les bravos de ceux qui suivent la dictature du bon sens.
Les jaloux perplexes qui diront que c’est de la chance.
Bah oui la chance…

Voici d’autres articles sur le même thème :
Les trucs les plus cool ne sont pas raisonnables
Je ne travaille plus depuis 2011