Comment monnayer l’innovation pour qu’un max de gens l’utilisent?

Inventer des choses ne suffit pas si vous ne pouvez pas avoir une entreprise qui va apporter ces choses là au public pour rendre enfin cette invention bankable.

Larry Page a compris cela: ce n’était pas suffisant d’aider les gens à trouver ce dont ils avaient besoin sur Internet.

Cela devait être économiquement viable, autrement dit cette invention n’aurait jamais la force de devenir dominante sans étant monétisée.

Au début, l’un des points les plus importants de Google n’était pas sa capacité supérieure à fournir des résultats plus pertinents que d’autres boites qui faisaient aussi cela. D’autres moteurs de recherche, tels qu’Altavista et Yahoo, ont également obtenu des résultats jugés très pertinents à l’époque.

La clé de Google c’était sa capacité à se comporter comme une entreprise: à gagner de l’argent et à se fortifier.

Comment monnayer l’innovation pour qu’un max de gens l’utilisent ? C’est là oú les startups de succès sont très fortes pour en peu de temps atteindre un public énorme, durable et payant.

Altavista est devenu le leader du marché et même en étant très bien capitalisé mais il n’a pas compris comment gagner de l’argent et il est mort.

Larry Page a même abordé cette question dans une Interview oú il explique que l’invention doit générer un retour sur investissement: «L’invention ne suffit pas. Nikola Tesla a inventé la puissance électrique que nous utilisions, mais il était difficile d’avoir une adoption payante massive du grand public. Vous devez combiner deux choses: l’invention concentrée dans une entreprise qui commercialise les produits pour le maximum de gens ».

Les dernières années tragiques de Nikola Tesla par exemple sont tristes. Ce fut pourtant l’un des plus grands inventeurs de l’histoire humaine mais le serbe a passé des années dans l’oubli (bien que maintenant dans l’histoire il est réapparu grâce à Elon Musk).

Il ne voulait pas créer une grosse fortune. Il est venu travailler à Edison, aujourd’hui General Electric, l’un des principaux noms de l’entreprise jusqu’à être proche de Thomas Edison. Il a quand même fait beaucoup d’argent mais a finalement tout perdu.

Il a passé ses dernières années dans la tristesse et la folie: vivant dans une chambre d’hôtel oú il annonçait des innovations majeures, tout en nourrissant des colombes qu’il disait qu’elles étaient ses maitresses et regrettant que le banquier J.P. Morgan avait détruit sa vie.

N’ignorez pas l’aspect « business » de vos inventions. Tout cela doit être un gros avertissement pour vous. Vous ne pouvez pas vous concentrer uniquement sur l’innovation et oublier de faire de l’argent. Pour être un grand innovateur, vous avez besoin d’une entreprise qui vous permettra de monnayer votre innovation pour que le maximum de gens puissent l’utiliser.

Et vous ne devez pas dépendre de politique de court terme.

Alphabet (le nom de la société d’investissement au-dessus de Google) fonctionne comme ça : ses innovations sont toutes orientées vers la viabilité économique. Si un projet ne tient pas sur le marché, il est réinventé, redimensionné ou mis de côté comme Google Fiber, par exemple.

Larry Page sait que s’il ne tient pas compte de l’aspect «commercial» de son entreprise, ses inventions ne toucheront qu’un public restreint.

Donc, depuis très tôt dans l’histoire de Google, ils se sont inquiétés d’une chose: gagner de l’argent. Gagner de l’argent vous permet de remplir votre mission

Il y a un mythe (d’idéalisation de l’artiste) selon lequel l’inventeur doit généralement suivre la mission sans se soucier de gagner de l’argent mais c’est ridicule. Les rêves ne nourrissent pas les enfants, ne payent pas les employés et n’attirent pas les investisseurs. Oubliez votre idée de pitcher votre idée sans tester le marché !

Avoir de bonnes recettes financières est la formule pour tout cela en fait. Gagner de l’argent est hautement nécessaire pour que vous remplissiez votre mission. Cela ne fait pas nécessairement de vous un « mercenaire ». C’est travailler la durabilité de votre entreprise.

Pour cela, il est nécessaire d’écouter les demandes du marché. Commencez petit, validez vos idées, créez un produit et commencez à vendre et à facturer.

Toutes mesures sont bonnes pour que, dès le départ, vous puissiez créer une entreprise qui a du sens. Vous devez transformer le monde et pour cela, commencez à vous transformer et à transformer les gens autour de vous.

Ne pas se concentrer uniquement sur l’innovation de produit, qui sans la monnétisation appropriée fera que personne n’utilise ou paie pour l’utiliser.

Être un grand leader à cet égard c’est avoir une vision et être commercial.

Suivez le journal de bord d’un entrepreneur: http://www.antoinebachelinsena.com

Pilote privé d’avion & Business

Je vais continuer de parler transfert de compétences. Voici le lien de mes précédents articles sur 

Musique et Business – Partie 1. 

Musique et Business – Partie 2 

Méditation et Business 

Sport & Business – Partie 1

Sport & Business – Partie 2

La diversité des expériences et des habiletés est ce qui compose les journées de l’entrepreneur d’oú l’importance du transfert de compétences et d’avoir des habiletés dans différents domaines !

On jongle en effet avec différentes équipes, différents savoirs, différents produits et services, différents objectifs, différentes habiletés, différents langages techniques et différents styles de raisonnement.

Le serial entrepreneur jongle aussi avec différentes entreprises et l’entrepreneur international avec différents pays, différentes cultures d’entreprises, différentes langues et différentes façons de voir et d’apporter des solutions.

On jongle avec tellement de choses différentes en tant qu’entrepreneur !

En fait le transfert de compétences permet d’entraîner à jongler !

On est obligé à apprendre de différents domaines du fait de devoir élargir notre champ de vision pour anticiper l’évolution de notre entreprise.

Apprendre diverses choses dans des secteurs qui à première vue n’ont rien à voir l’un avec l’autre n’est pas habituel pour la majorité habituée à un mode de pensée unique.
Et c’est ce qui fait la force d’un entrepreneur qui visualise très bien les différentes facettes d’une entreprise.

Pour piloter un avion on apprend peu à peu avec la répétition.

Il y a tellement de choses à mémoriser que c’est seulement la pratique de la répétition qui permet d’automatiser toutes les tâches de la check list.

Il faut sentir comment réagit l’avion et faire unité avec lui.

La gestion des émotions est primordiale et il ne faut pas perdre la tête lors des entrainements de panne moteur et de mal fonctionnement des instruments de bord tout comme il ne faut pas perdre la tête devant les nombreux choix à faire chaque jour comme chef d’entreprise.

pilote1503934_10152375288493172_985181008713730578_n

Depuis 2011 j’habite à São Paulo oú j’ai commencé à cette époque mes heures de vol à l’Aéroclube. Je ne suis pas pilote commercial mais pilote privé comme un hobby.

J’ai voulu apprendre à piloter pour la liberté et le plaisir que cela procure.

Vivre l’aventure d’avoir la tête dans les nuages est super stimulant et excitant.

Ce qui m’a charmé dans l’entrepreneuriat est la même chose que ce qui m’a charmé dans le pilotage d’avion : le fait d’être le maître à bord, le commandant, celui qui prend 100% des décisions.

Le commandant vous souhaite à tous un bon vol.