investirbresil.fr

Investissez avec nous via notre fonds d’investissement spécialisé dans la logistique immobilière brésilienne www.investirbresil.fr

Vidéo

Entretien sur Radio courtoisie

Retour rapide sur le premier tour des élections brésiliennes de 2022.

Entretien avec la chaîne Géopolitique Profonde concernant le 1er tour des élections présidentielles brésiliennes.

LA VÉRITÉ SUR JAIR BOLSONARO ET LES PRÉSIDENTIELLES AU BRÉSIL AVEC ANTOINE BACHELIN SENA

Entretien en live ce dimanche 2 octobre à 20h, heure française avec Antoine Bachelin Sena !

L’élection présidentielle au Brésil aura lieu ce dimanche 2 Octobre, les deux favoris du scrutins sont Jair Messias Bolsonaro, qui se présente à nouveau, ainsi que Lula, ex-prisonnier coupable de corruption de l’ordre des trillions.

Quel est le bilan réel de Jair Bolsonaro ? Quelle est la situation actuelle au Brésil face à toute la désinformation matraquée par les médias ?

Pour tout savoir, venez assister au direct avec des informations concrètes sur cette période trouble pour le pays.

Comment le Brésil sauve le monde d’une crise alimentaire catastrophique selon Epoch Times, Augusto Zimmerman.

Le Brésil est le quatrième plus grand producteur de nourriture au monde. 

Le pays est entièrement autosuffisant en produits alimentaires de base et se classe au premier rang des producteurs mondiaux de banane, cacao, manioc, café, maïs, blé, riz, soja et sucre. 

Bien que la majeure partie de ces produits soit consommée dans le pays, une part considérable est également exportée, notamment les oranges, les huiles de palme, l’ail, les arachides, le thé, etc.

Mais le Brésil a besoin d’un approvisionnement régulier en engrais pour alimenter sa puissante industrie agricole. Le plus grand fournisseur international d’engrais du pays est la Russie, qui représente 44 % de la consommation totale du Brésil chaque année.

Depuis le début de la guerre en Ukraine, le président brésilien Jair Bolsonaro a déclaré que son pays resterait neutre. Il a rencontré le président russe Vladimir Poutine à Moscou le 16 février et, à cette occasion, Bolsonaro a déclaré : «Nous sommes impatients de coopérer [avec la Russie] dans divers domaines. Défense, pétrole et gaz, agriculture. Le Brésil est solidaire de la Russie.»

Comme on peut s’y attendre, cette visite en Russie a été vivement critiquée par le gouvernement corrompu américain car elle s’est déroulée au milieu des tensions occidentales avec la Russie au sujet de l’Ukraine. Cependant, Bolsonaro n’a pas reculé.

L’Amazonie est une immense banque de ressources naturelles inépuisables pour les Brésiliens. Il a le pourcentage le plus important d’eau douce, de minéraux précieux et de pétrole au monde. Il n’est pas étonnant que les élites mondiales fassent appel aux questions environnementales pour tenter de saper la souveraineté du Brésil sur la région et voler illégalement ses minerais. 

En réalité, les zones écologiquement protégées du Brésil représentent un impressionnant 25 % de l’ensemble de son territoire, dont 50 % rien qu’en Amazonie. Cependant, nous assistons constamment à une campagne de désinformation sur la déforestation de l’Amazonie.

D’un autre côté, il est également vrai que le Brésil doit encore importer 97 % des quelque 10 millions de tonnes métriques de potassium qu’il utilise chaque année pour la production agricole, ce qui en fait le plus grand importateur au monde. Donc, la question fondamentale est celle-ci : d’où le Brésil pourrait-il trouver plus d’engrais ?

Les réserves de potassium du Brésil se trouvent principalement sur ses terres indigènes de la région amazonienne. Selon Márcio Remédio, directeur du Service géologique du Brésil, une entreprise publique relevant du ministère des Mines et de l’Énergie, «ces réserves sont de classe mondiale. Ils ont le potentiel, sinon plus, que ceux de l’Oural produits par la Russie et la Biélorussie et aussi de la Saskatchewan au Canada.»

Dans les terres indigènes brésiliennes, seulement 3 % de toutes ces terres sont déboisées, un taux inférieur à celui des terres publiques et privées. La Constitution brésilienne définit comme terres indigènes celles occupées traditionnellement par les tribus brésiliennes, ainsi que «celles utilisées pour leurs activités productives, celles indispensables à la préservation des ressources environnementales nécessaires à leur bien-être et à leur reproduction physique et culturelle, selon leurs usages, coutumes et traditionsCette description est si large qu’un éminent professeur de droit constitutionnel, Manoel G. Ferreira Filho, a plaisanté en disant qu’il serait plus facile si la Constitution avait défini quelles terres les non-autochtones pourraient occuper.

La loi fédérale au Brésil autorise l’exploration des richesses minérales dans les terres indigènes. Une part des bénéfices doit être transférée à la communauté indigène concernée occupant la région, qui ne peut être expulsée de la terre que dans les cas extraordinaires d’une catastrophe ou d’une épidémie. Néanmoins, ces personnes se réservent le droit de retourner sur les terres dès que les risques cessent.

En concluant un accord avec la Russie, le Brésil a empêché l’extraction de potassium qui pourrait nuire à l’Amazonie, porter atteinte aux droits des autochtones et potentiellement sauver le monde d’une crise alimentaire catastrophique .

« Si le Brésil devait réduire ses dépenses l’année prochaine en raison d’un manque d’engrais, ce serait certainement une mauvaise nouvelle pour une crise alimentaire mondiale », a déclaré Joseph Schmidhuber, un économiste qui a étudié l’impact du conflit sur l’alimentation pour l’ONU pour l’alimentation et l’agriculture.

La guerre en Ukraine, associée aux sanctions économiques de l’Occident, a mis la sécurité alimentaire mondiale en danger. Ces sanctions visaient à punir la Russie pour son invasion de l’Ukraine, mais elles mettent gravement en danger la capacité du monde à se nourrir et ont affaibli plus l’Occident et notamment l’Europe que la Russie.

En ce sens, le gouvernement brésilien a récemment soumis à l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture une proposition critique excluant les engrais de toute sanction imposée à la Russie. La ministre brésilienne de l’Agriculture, Tereza Cristina Dias, a appelé les pays à trouver une solution internationale à ce problème, notant qu’une pénurie d’engrais provoquerait « une inflation alimentaire et pourrait compromettre la sécurité alimentaire ».

Pour conclure, non seulement le gouvernement brésilien a évité une crise alimentaire en reconstituant les stocks du pays avec l’aide de la Russie, mais il a également joué un rôle de premier plan dans la recherche de solutions internationales à une crise alimentaire émergente qui, dans le pire des scénarios, pourrait voir des millions de personnes mourir de faim, en particulier dans les pays les plus pauvres.

Le monde devrait espérer que Bolsonaro soit dûment réélu par les Brésiliens lors des élections présidentielles d’octobre et que le corrompu Lula retourne vite en prison.

Le Brésil montre aux autres pays comment sortir de l’inflation, selon Bloomberg, David Flickling.

Oui vous avez bien lu. Le pays n’a pas toujours eu la politique commerciale la plus ouverte. Mais il s’ouvre énormément alors qu’une grande partie du reste du monde maintient les tarifs sur les importations.

Vous cherchez des idées sur comment sortir le monde de son état inflationniste actuel ? Vous devriez vous tourner vers un pays dont la monnaie vaut moins d’un milliardième de sa valeur du début des années 1980.

À une époque où la majeure partie du monde aggrave les problèmes de rupture des chaînes d’approvisionnement et de hausse des prix de l’énergie en imposant des droits de douane sur les importations, le Brésil – contrairement à tous les pays – s’ouvre au commerce.

C’est un revirement remarquable pour quiconque connaît l’histoire du Brésil. Dans les années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, le pays était un berceau de l’industrialisation de substitution aux importations, une politique de développement populaire en Amérique latine qui étouffait les importations pour encourager la fabrication nationale. Cela a été perdu au profit du modèle orienté vers l’exportation des économies tigres d’Asie et a depuis été abandonné. Pourtant, les tarifs du Brésil sur une base pondérée en fonction des échanges restent les plus élevés parmi un groupe de 20 économies après l’Argentine.

Cela commence à changer. Avec une inflation à 12,1 %, son plus haut niveau depuis 2003, le pays se précipite pour baisser le coût des biens importés. Les droits de douane sur quelque 6 195 produits seraient temporairement réduits de 10 %, a annoncé le gouvernement Bolsonaro le mois dernier. Cela fait suite à une série similaire de réductions à la fin de l’année dernière. 

Plus fortes encore ont été les coupes sur une gamme de produits essentiels. Les impôts sur l’éthanol, la margarine, le café, le fromage, le sucre et l’huile de soja ont été complètement éliminés en mars, suivis en mai par ceux sur le poulet, le bœuf, le blé, le maïs et les produits de boulangerie. L’acide sulfurique, un ingrédient essentiel à la fabrication d’engrais, serait également avec un impôt près de 0.

Ces réformes ne vont pas représenter une révolution à elles seules. Des réductions permanentes se heurtent aux règles commerciales du Mercosur, de sorte que les mesures ont été présentées comme humanitaires et temporaires pour atténuer le coût de l’inflation à la suite des mesures de confinement dans le monde. Après des décennies d’isolationnisme commercial Jair Bolsonaro s’ouvre au monde.

C’est un changement bienvenu pour une économie mondiale qui a dérivé dans une direction de plus en plus protectionniste ces dernières années.

Prenez les États-Unis. Quatre ans après le début de la guerre commerciale du président Donald Trump avec la Chine, quelque 300 milliards de dollars d’importations de marchandises – environ les trois cinquièmes du total – continuent de subir des droits de douane pouvant atteindre 25 %. Pékin a des taxes à l’importation équivalentes sur presque chaque centime du commerce de 150 milliards de dollars dans l’autre sens.

Alors que les guerres commerciales de l’ère Trump avec l’Union européenne, le Japon et le Royaume-Uni ont été officiellement terminées, elles ont laissé un héritage de quotas, ce qui signifie que les importations supplémentaires au-dessus des niveaux historiques sont taxées à des taux de style Trump. En conséquence, il y a peu de possibilités de maîtriser les coûts des entrants en permettant aux producteurs les plus efficaces de prendre des parts de marché au-delà des frontières.

Le projet économique indo-pacifique de Joe Biden est très protectionniste. Son contraste le plus frappant avec le Partenariat Transpacifique, son ancêtre raté de l’ère Obama, est l’absence de réduction tarifaire et de garanties d’accès au marché. 

Pendant ce temps, les mauvaises récoltes, la guerre en Ukraine et la thésaurisation par la Chine de vastes stocks de céréales ont déclenché un protectionnisme alimentaire dans la majorité des économies, affectant tout, de l’huile de palme et du blé au sucre et au poulet.

Même au Royaume-Uni, qui a proclamé haut et fort son engagement à zéro taxe après avoir quitté l’UE, les barrières douanières et les divergences sur les règles avec son plus grand partenaire commercial ont rétréci le commerce international. Un rapport d’avril a fait valoir que les prix des denrées alimentaires étaient 6% plus élevés qu’ils ne l’auraient été autrement à la suite du Brexit.

Certains signes indiquent que le dégel du commerce pourrait enfin se rompre. Il « peut être logique » de réduire les tarifs sur certains produits, et l’administration Biden examinait la question, a déclaré dimanche la secrétaire au Commerce, Gina Raimondo. La secrétaire au Trésor, Janet Yellen, poussait le gouvernement  à réduire les droits de douane, a-t-elle déclaré le mois dernier. 

Le Peterson Institute for International Economics a soutenu en mars que des réductions tarifaires plausibles pourraient réduire l’inflation. Même l’Inde, qui n’est pas un modèle de commerce ouvert, a autorisé le mois dernier des importations limitées d’huile de cuisson en franchise de droits pour atténuer la pression sur les ménages.

Un assouplissement plutôt qu’un resserrement des restrictions serait le bienvenu. Nous devrions espérer que d’autres nations finiront par réexaminer leurs engagements de longue dte envers les droits d’importation. La nécessité a toujours été la mère de l’invention. 

Le Brésil réduit le coût du transport par rapport aux USA. Voici les avancées des infrastructures de transport avec chiffres et graphiques. Investissez avec nous !

Le Brésil réduit le coût du transport par rapport aux USA. Avec ce titre, l’article ci-dessous montre les avancées des infrastructures de transport et présente des chiffres et graphiques.

Note de l’éditeur : ce qui suit a été écrit par Joana Colussi et Gary Schnitkey du département d’économie agricole et de consommation de l’Université de l’Illinois pour le site Web quotidien de farmdoc le 19 janvier.

Traditionnellement, les coûts de transport du grain au Brésil ont été beaucoup plus élevés qu’aux États-Unis, donnant un avantage concurrentiel à la production américaine. Une grande partie de la raison de cet avantage est une infrastructure de transport plus médiocre au Brésil.

Cependant, le Brésil a amélioré ses infrastructures, de façon exponentielle et spectaculaire avec Bolsonaro, de sorte que les coûts de transport diminuent.

Ces dernières années, les facteurs qui ont conduit à l’amélioration des infrastructures brésiliennes sont les investissements dans les voies navigables et les nouveaux chemins de fer pour le transport des céréales.

En décembre 2021, par exemple, le gouvernement brésilien a promulgué un nouveau cadre juridique pour les chemins de fer.

Historiquement, le Brésil a toujours dépendu de manière significative des camions longue distance pour le transport de marchandises entre les principales régions productrices et les ports du sud.

Au cours de la dernière décennie, les installations d’exportation de céréales brésiliennes le long du fleuve Amazone ont gagné une part des exportations croissantes du Brésil. Pour ces ports du Nord, les voies navigables jouent un rôle plus important dans le transport du maïs et du soja.

Changements logistiques:

Au cours des dernières décennies, la production agricole au Brésil s’est développée. Au cours des 10 dernières années, la part des exportations des ports du Nord est passée de 14 % à 32 %. Entre 2011 et 2020, les exportations brésiliennes de maïs et de soja via les ports du nord et du nord-est ont augmenté de 410 %, passant de 8,3 millions de tonnes à 42,3 millions de tonnes, selon les données de l’Association nationale des exportateurs de céréales et de la Confédération brésilienne de l’agriculture et de l’élevage.

La Loi des Ports, promulguée en 2013, a stimulé les investissements dans les terminaux Nord et Nord-Est.
La législation a défini des règles pour les terminaux portuaires, les incitations aux investissements privés et la concurrence dans le secteur. Depuis, l’Agence nationale des transports fluviaux a autorisé l’exploitation de 92 bornes de service dans l’«Arc Nord».

L’année où la loi est entrée en vigueur, les terminaux portuaires de Pará ont exporté 1,9 million de tonnes de céréales. En 2020, les terminaux de l’État du Nord ont expédié 20,7 millions de tonnes de soja et de maïs.

L’une des principales routes reliant les ports de Pará au Mato Grosso, le plus grand producteur de céréales du Brésil, est la BR-163. Le tronçon de 663 milles de la BR-163 de Sorriso, au nord du Mato Grosso, à Pará a été achevé fin novembre 2019. En utilisant cette nouvelle route, il faut environ deux jours pour expédier du grain par camion aux terminaux de Pará.

Comme aux États-Unis, la proximité des ports de cette région réduit les coûts de transport, offrant aux agriculteurs un meilleur prix que leurs homologues des autres régions. Au Brésil, le camionnage à courte distance parcourt en moyenne environ 440 milles entre la ferme et les terminaux ferroviaires et de barges. Aux États-Unis, la distance moyenne entre la ferme et les silos à grains intérieurs est d’environ 25 à 100 milles.

Le Brésil a plusieurs projets en cours pour accroître l’efficacité de son système de transport. L’une est une nouvelle ligne de chemin de fer nord-sud reliant le nord du Mato Grosso à une voie navigable à Pará, réduisant la distance que les céréales doivent parcourir par camion.

En décembre 2021, le gouvernement brésilien de Bolsonaro a promulgué un nouveau cadre juridique pour les chemins de fer, créant des réglementations permettant au secteur privé d’investir dans le secteur ferroviaire.
Un autre projet approuvé au Congrès encouragera le cabotage. Baptisée «BR do Mar» (essentiellement autoroute de la mer), l’initiative promulguée en janvier 2022 va modifier les règles pour augmenter l’offre de navires, y compris de compagnies étrangères, et ainsi augmenter la concurrence et baisser les coûts de navigation.

Ces nouvelles réglementations et investissements ont conduit le gouvernement brésilien à prévoir que le bateau et le train joueront un rôle plus important dans le transport des récoltes vers le port au cours des cinq prochaines années.

De 2019 à 2025, la part des autoroutes pour le fret général au Brésil devrait passer de 61,1 % à 30 %. Pendant ce temps, le rôle des chemins de fer dans le transport du grain vers les ports passera de 20,7 % à 35 %, et le rôle des voies navigables fera plus que doubler, passant de 13,6 % à 29 %.

Avec l’expansion des chemins de fer et des voies navigables intérieures, la dépendance vis-à-vis du transport routier (direct) à longue distance diminuera et la demande de transport à courte distance pour approvisionner directement les terminaux augmentera.

Rattrapage:

L’avantage historique des coûts de transport des États-Unis a diminué ces dernières années, à mesure que les coûts brésiliens ont diminué.
En 2020, par exemple, le coût par tonne métrique (mt) pour expédier du soja du Mato Grosso via le port de Santos (sud) à Shanghai, en Chine, était de 92,04 dollars, et du Mato Grosso via le port de Santarém (nord) était de 72,86 dollars. .

À titre de comparaison, en 2020, le coût du transport du soja américain du Minnesota vers les ports du golfe du Mexique pour l’exportation vers Shanghai était de 86,44 $ et de l’Iowa, de 79,43 $.

En 2015, le coût par tonne métrique pour expédier du soja de Sorriso (Mato Grosso) via le port de Santos à Shanghai était de 109,86 dollars, soit environ 40 dollars de plus que de Davenport, Iowa, via le golfe américain.
En 2020, cette différence est tombée à 13 $. En cinq ans, les coûts de transport brésiliens sur cette route ont diminué de 16 %, tandis que les coûts américains ont augmenté d’environ 14 %.

En 2020, le coût par tonne métrique pour expédier du soja de Sorriso (Mato Grosso) via le port de Santarém à Shanghai était de 72,86 $, soit environ 14 $ de moins que Minneapolis (Minnesota) et 7 $ de moins que Davenport, Iowa.

Il y a encore beaucoup à faire.
Selon les données de la Confédération nationale des transports, le réseau routier brésilien couvre 968 863 miles, avec près de 14% des routes pavées. Pendant ce temps, le réseau routier américain se compose de 4 124 867 miles, avec 70% des routes américaines pavées.

Conclusions:

Pour la première fois, le Brésil a des coûts logistiques inférieurs aux États-Unis, son plus grand concurrent de l’agro-alimentaire.
De nombreux projets sont en cours comme le Ferrogrão (train agricole) et la voie navigable du Tocantins.

Comme évoqué dans un chapitre de mon livre, le Brésil sera, via ses investissements en infrastructures, dans quelques années un des pays les plus riches au monde. (https://amzn.to/3rVXSO0)

Investissez avec nous dans l’immobilier logistique brésilien !

Livre «Bolsonaro, mythes et mensonges.»

Le livre est disponible sur Amazon sur le lien à suivre :
https://amzn.to/3p9UwEy

Aujourd’hui l’importance de Bolsonaro n’est plus seulement continentale mais mondiale.
Venez découvrir dans ce livre!

Description

Nous sommes dans la troisième guerre mondiale où domine la guerre de l’information et les guerriers digitaux définis par le Général Michael Thomas Flynn communiquent directement entre eux.
Le vieux média corrompu et en banqueroute n’arrive plus à tromper la majorité avec des mensonges, des inventions et des calomnies.

Beaucoup de livres existants sont financés par une minorité globaliste corrompue pour diffamer le représentant des valeurs millénaires de la majorité : famille, liberté de se défendre et etc..
Les vrais hommes sont victorieux et les valeurs défendues par le grand Président Jair Messias Bolsonaro sont éternelles et réunissent les hommes sous une bannière unique et souveraine.

Il y a un projet de dictature communiste au Brésil depuis les années 1960 avec Dilma, Lula et leurs amis criminels qui sont tous de vrais terroristes communistes sanguinaires qui explosaient des bombes en tuant des civils dans des stades, dans des banques et autres locaux.
Bolsonaro lutte pour la liberté du peuple depuis cette époque avec l’armée qui chasse ces terroristes communistes et protège la population de ces assassins.

Aujourd’hui l’importance de Bolsonaro n’est plus seulement continentale, elle est mondiale.
Venez découvrir cela dans ce livre !

Les apprentissages après + de 10 ans du buffet traiteur Mister Feijoada.

Buffet Mister Feijoada est un buffet traiteur brésilien basé à Sao Paulo fondé par ma femme et moi en 2012.

Il y a 2 possibilités dans la vie : choisir un patron ou choisir des clients.

Et je suis content d’avoir choisi des clients qui sont vraiment sympas pour 99% d’entre eux. C’est vraiment très rare d’avoir un client désagréable si vous offrez un bon service. Et c’est moi et non un patron qui fixe les règles, c’est moi le maître de choisir ou pas de réaliser ou non. C’est moi qui possède toutes les cartes pour négocier. Car on définit notre prix et notre marge de bénéfices pour être gagnant et non exploité comme employé qui gagne des miettes.

Le plus grand apprentissage reste la satisfaction d’être son propre patron et le soulagement alors qu’auparavant je souffrais surtout psychologiquement d’être employé de quelqu’un.

De ne pas pouvoir mettre en place les stratégies que je voulais, de devoir demander si on pouvait ou si on ne pouvait pas, de présenter mes résultats.

Le pire étant de devoir pointer au bureau : se lever tôt, prendre les transports bondés. Aujourd’hui je travaille depuis chez moi et on a des évènements seulement le weekend ! Dans la semaine on est vraiment très libre.

Mon épouse travaillait dans un autre buffet et a toujours voulu avoir sa propre entreprise. Donc nous l’avons fait et nous avons servi des milliers de clients. Notamment l’équipe brésilienne de volleyball, des joueurs de football connus, des journalistes, actrices, acteurs et puis monsieur tout le monde.

Qu’est ce qu’un buffet traiteur ? On réalise des évènements pour entreprises et fêtes privées. On amène notre matériel (tables, nappes, verres, plats, couverts etc) et notre équipe (cuisinières, serveurs, barmen) dans le local du client.

Notre travail consiste (suivant les différents événements) en la gestion de notre matériel alimentaire et non alimentaire : inventaires, approvisionnement. Il y a également la supervision des équipes pour différents événements.

Le plus important c’est le contrôle de qualité du service au client. Faire plus d’événements qu’on ne peut gérer en termes d’équipes est compliqué. Dans le long terme on veut maintenir notre entreprise avec de très bonnes notes sur Google et autres plateformes.

On a depuis plusieurs années assez de demandes pour ne plus payer Google AdWords. Le bouche à oreilles et des clients qui refont d’autres événements sont très élevés.

Réalisez votre événement à Sao Paulo avec nous ! 😃🍽️🍹🍻 www.mrfeijoada.com.br

«Le meilleur investissement de ma vie c’est : une chaise de plage.»

Pour expliquer le titre de cet article : quand j’avais 20 ans c’est ce que m’avait dit un ami investisseur français multimillionnaire qui habitait un magnifique triplex face à la plage à Rio de Janeiro.

Il ne m’expliquait pas ce qu’il faisait dans la vie, à part rénover ce triplex et avoir des investisseurs qui faisaient travailler son argent.

Je pensais qu’il se moquait de moi et que c’était une blague mais en fait c’est une jolie parabole.

On passe nous journées à la plage à Rio et louer une chaise de plage tout le temps demande de l’argent (moi je mettais souvent ma serviette à même le sol) et avoir sa chaise longue pliante à soi fait sens. Mais au-delà de cela il voulait signifier pas mal de choses sur sa philosophie de vie et ce n’était pas une blague anodine.

Je l’avais juste connu cette après midi sur la plage et je n’ai pas gardé contact ni son nom car à l’époque la réussite matérielle n’était pas mon objectif (je vivais dans le temple bouddhiste zen soto de Copacabana, Eininji, avec la sangha de Ryotan Tokuda Roshi, dans une ancienne maison au début de la favela de Cantagalo). Si voulez, lisez ici : business et méditation.

Aujourd’hui j’aimerais bien savoir son nom et ce qu’il fait mais peut être que c’est mieux de ne pas le savoir car cela m’a rendu autodidacte, seul Dieu sait. Peut être que je n’aurais pas fait cela : http://investirbresil.fr

La parabole que nous appellerons de chaise longue de plage montre finalement la simplicité, que nous n’avons pas besoin de grand chose. Que le bonheur ne demande pas beaucoup d’argent mais une décision inteligente. Peut être que c’est cela qu’il voulait me dire à l’époque à moi qui était pourtant intéressé par les bien matériels mais trop orgueilleux pour le reconnaître et pour lui demander comment il faisait.

L’humilité de demander, de savoir reconnaître que l’on ne sait pas est un tabou dans notre société où tous voulons briller et apparaître. Mais nous perdons des opportunités de cette façon arrogante et c’est extrêmement dommageable.

On a besoin de très peu en fait. Des fois je me dis que je devrais tout vendre et vivre à la campagne avec des poules dans une maison de bois. Et vivre des fruits et légumes plantés et des oeufs des poules, de la pêche etc. Peut être que je ferais cela à un moment de ma vie qui sait.

Il y a des personnes qui nous disent des choses importantes que l’on ne prend pas au sérieux et d’autres qui nous disent des choses non importantes que l’on prend au sérieux.

L’important c’est nous qui le définissons et qui avançons dans notre vie avec ce que l’on peut.

Par exemple lorsque j’ai rencontré en Australie en 2010 dans un shopping un milliardaire australien qui possédait plusieurs mines et que je l’ai reconnu de magazines et je l’ai abordé en lui demandant comment être milliardaire il m’a dit de persister et que c’était la clé. Peut être cela paraît bateau, cliché, cul-cul la praline, peu profond, et du développement personnel bidon pas cher mais cela faisait sens pour moi. Cela faisait énormément de sens pour que je continue à avoir les forces dans ma lutte journalière épuisante émotionnellement.

L’important c’est que cela raisonne pour nous.

Prévente de mon livre sur Bolsonaro, mythes et mensonges, disponible en français, anglais et portugais.

La pré-vente du livre version digitale est disponible :

Bolsonaro, mythes et mensonges.

La force des valeurs millénaires de la majorité contre la tyrannie d’une minorité corrompue et décadente.
https://amzn.to/3p9UwEy

Le lien du livre disponible sur Amazon ci-dessous : https://amzn.to/3p9UwEy

L’importance de Bolsonaro n’est plus seulement continentale, elle est mondiale.
Venez découvrir dans ce livre!

En portugais ici

Bolsonaro, o mito e as mentiras. A força dos valores milenares da maioria contra a tirania de uma minoria corrupta e decadente.

Et en anglais ici

Bolsonaro, Myths and Lies.
The strength of the millennial values of the majority against the tyranny of a corrupt and decadent minority.

La pertinence d’investir dans le secteur logistique bresilien. Investissez avec nous !

Investissez avec nous ici : http://investirbresil.fr

Le Brésil : puissance territoriale, économique, industrielle.
Son territoire représente 16 fois la France et 2 fois l’Union européenne.

1er producteur mondial pour le sucre, le café, le jus d’orange et les haricots. 2ieme producteur mondial de viande bovine, d’éthanol, soja, tabac.

Le Brésil est un nouvel Eldorado pour les investisseurs étrangers.

Le pays a réussi sa stabilisation financière avec une énorme reserve de changes, une amélioration du risque pays et du statut d’investissement grade par l’agence Moody’s.

Au cours des dernières années, avec notre société d’investissement nous avons entrepris un tournant important vers le secteur logistique, qui représente l’infrastructure immobilière soutenant les chaînes d’approvisionnement mondiales.

Et l’attrait pour le secteur logistique s’est accentué au fil des dernières années parallèlement à l’essor du commerce électronique.

Le secteur logistique brésilien s’est montré particulièrement résilient face à la crise sanitaire COVID-19, porté par l’urbanisation, la numérisation de l’économie. En même temps les crédits à l’investissement du gouvernement fédéral ont permis de battre un nouveau record de production de soja et le secteur de logistique a bien suivi.

En janvier 2019, nous avons conclu un partenariat pour investir dans les actifs logistiques et les projets de développement à São Paulo et Rio de Janeiro qui ont des perspectives démographiques, économiques et technologiques très favorables.

La numérisation de l’économie, déjà bien amorcée avant la pandémie, fut accélérée significativement au cours de l’année 2020. En effet, la crise du covid19 a impulsé l’adoption d’outils numériques par une plus grande proportion de la population, notamment le commerce en ligne.

Mercado Livre est l’Amazon brésilien et ils investissent fortement dans la logistique.

Le commerce en ligne nécessite jusqu’à trois fois plus d’espace logistique que le commerce de détail traditionnel. Cela favorise une croissance de la demande d’espace d’entreposage, propre à l’immobilier de la logistique.

Ce phénomène représente un potentiel énorme pour le secteur immobilier. La croissance rapide de l’adoption de l’achat en ligne et la pression qu’elle entraîne sur les infrastructures liées au commerce en ligne présentent des opportunités pour l’installation de grands centres d’entreposage et de distribution en périphérie de ces zones.

Il y a aussi les centres de distribution des marchés côtiers et hubs logistiques régionaux pour se rendre aux centres de distribution en périphérie et à l’intérieur des zones urbaines et finalement parcourir ce que l’on appelle le «dernier kilomètre» jusqu’au consommateur.

L’immobilier logistique en soutien au commerce en ligne en forte augmentation demeurera un choix porteur de croissance dans les années à venir.

L’intérêt des entrepôts «dernier km», situé à l’intérieur et à proximité des grands centres urbains, est justifié. L’emplacement stratégique permet de garantir des délais plus compétitifs, devenus une norme dans l’industrie
Et ces entrepôts permettent une optimisation des coûts de transport. Cela représente une proportion importante des coûts logistiques globaux pour les entreprises.

Comme investissement cette classe d’actifs est attrayante, car une grande partie de sa valeur réside dans son emplacement. Cela permet donc, une obsolescence moins prématurée et un meilleur potentiel d’augmentation des loyers.
L’offre et la capacité de développement étant limitées dans ces zones.

Notre approche mise sur le développement de plateformes d’investissement et des standards élevés.

Afin de se démarquer dans un environnement hautement concurrentiel, nous misons sur une approche innovante d’investissement ainsi que la mise en place de critères environnementaux, sociaux et de gouvernance rigoureux.

Nous privilégions une approche visant à cibler des partenaires experts en logistique et de participer activement à la croissance de nos plateformes d’investissements.

La complémentarité des expertises ainsi que le potentiel de développement sont des éléments clés qui guident le choix des partenaires et nos décisions d’investissements en logistique.

Nous veillons à ce que nos investissements réunissent toutes les conditions pour créer un environnement de travail agréable, sain et sécuritaire tout en ayant un impact le plus neutre possible sur l’environnement.

En conclusion : au cœur de grandes tendances économiques et d’un contexte unique, le secteur logistique émerge comme une opportunité d’investissement stratégique.

En tant qu’investisseur, avoir une compréhension fine des secteurs et des marchés, mais aussi des tendances structurelles qui vont impacter l’immobilier à court, moyen et long terme est fondamental.

De plus, il est important de collaborer étroitement avec des partenaires qui partagent les mêmes objectifs et valeurs et qui apportent un savoir-faire unique ainsi qu’une expérience avérée des marchés clés.

Cette approche est essentielle pour mener à bien une stratégie d’investissement génératrice de valeur.