Gâcher le temps des investisseurs ? 7 manières de le faire.

Je suis de retour à São Paulo où j’habite après de nombreux meetings et cela m’a fait réfléchir sur les pitchs que j’ai faits, les pitchs que j’ai écoutés…

Voici 7 façons de rendre un Pitch tout pourri:

1) Cher Monsieur / Madame : Si je lis Dear Sir / Madam ou des salutations génériques semblables, c’est boom en archive instantané. Ce n’est pas parce que je m’adore que j’ai besoin que tu épelles mon nom, mais j’ai besoin que tu m’adresses la parole. Cher Monsieur / Madame, est le signal le plus clair que vous pourriez envoyer disant que vous êtes en train de copier/coller votre pitch à tout le monde.

2) Achetez maintenant et autres phrases piquées aux vendeurs de voitures d’occasion (attention je n’ai rien contre eux). Investir ou acquérir une entreprise est une décision d’investissement de long terme, minimum 5 ans sur des start ups. Les tactiques de pression jouant sur la peur de manquer une opportunité ne sont pas seulement inappropriées, elles sont souvent contre-productives. Respectez le processus et ne faites pas pression.

3) Echec du suivi : Vous pouvez faire la meilleure présentation de votre vie et avoir l’investisseur avec déjà un pied dans le board, mais si vous ne suivez pas, cela ne donnera rien. Rappelez-vous que votre pitch est quelque part entre les 20 autres réunions, les appels téléphoniques et 1000 autres trucs.

4) Investir peu dans votre pitch : Il est inexcusable aujourd’hui d’avoir une présentation non soignée. Que vous utilisiez PowerPoint gratuit ou Indesign ou un logiciel haut de gamme, la question c’est : assurez-vous de prendre le temps de modifier votre présentation et de la rendre professionnelle. Personne ne vous prendra plus au sérieux si vous-même ne prenez pas au sérieux votre propre entreprise avec des clip art que vous utilisiez au collège.

5) Parlez de tout sauf de votre entreprise : Vous rencontrez l’investisseur pour parler de votre entreprise et vous parlez de vos enfants, des sports que vous aimez et de tous les autres sujets de conversation. Je ne sais pas combien de réunions j’ai vraiment apprécié mais je suis parti de beaucoup sans aucune idée de ce que l’entreprise a fait, de ce qu’ils cherchaient, ou de comment je pouvais participer. Lorsque vous rencontrez un investisseur occupé, vous travaillez avec une fenêtre de temps limité et si vous consacrez 50% ou plus de votre temps à établir un lien ou à essayer de faire ami-ami, vous ne recevrez pas de temps supplémentaire pour savoir encore s’il aime pêcher ou a un cousin qui vit dans votre ville natale.

6) Oubliez les finances : Lorsque je rencontre une cible d’acquisition potentielle ou une entreprise qui cherche à obtenir du financement, je mets l’accent sur les données financières. Trop souvent, j’assiste à une réunion officielle et sérieuse pour discuter d’un investissement potentiel, mais l’autre partie est mal préparée à discuter des chiffres. Ce n’est pas seulement un signe que vous n’êtes pas préparé, c’est une perte de temps pour tout le monde. Moi et beaucoup d’autres investisseurs potentiels réorganiserons probablement la réunion pendant une période où vous aurez les détails nécessaires pour avoir une vraie discussion. Certains investisseurs, cependant, ne vous donneront pas un deuxième coup de feu.

7) Rencontre avec la mauvaise personne : J’ai récemment programmé un appel pour présenter une entreprise que je connais à un responsable grand compte. Lorsque je me suis connecté sur la conférence téléphonique, nous avons rapidement appris que le contact n’était pas le décideur. La leçon que j’ai retirée est de s’assurer que la personne que vous rencontrez est A) qualifiée pour prendre la décision B) assez familière avec le secteur et C) prendre la réunion au sérieux. Dans mon cas, la personne que nous rencontrions était une directrice de l’entreprise (répondant au critère A) mais une amie et donc disposée à participer à toute réunion (violation du critère C) et peu familière avec le secteur (violation du critère B). La plupart des gens diront qu’un cadre de niveau C est votre meilleure personne à rencontrer, mais vous devez vraiment regarder qui vous rencontrez et juger si c’est vraiment la meilleure utilisation du temps de chacun.

J’espère que ces leçons que j’ai partagées vous aideront à respecter votre temps et celui des investisseurs. Si vous aimez ce type de contenu, vous aimerez les autres articles de mon blog et mes publications sur Facebook.

Le meilleur guide à suivre pour faire ce que vous aimez !

Je faisais ce que je détestais :

  • Travailler de 09:00 à 17:00 heures en me tapant en plus des bouchons interminables.
  • En plus de cette prison avec des horaires pour entrer, pour sortir, pour manger il y avait un patron qui passait son temps à me crier dessus.
  • Et en plus il y avait des collégues qui en dehors du boulot ne seraient jamais mes amis.
  • Et enfin mon job n’avait pas trop de sens car je ne réalisais pas quelque chose qui allait révolutionner le monde et mes tâches pouvaient être réalisées par quelqu’un d’autre que moi si on me virait. Où était ma valeur ajoutée ? Où mon job faisait il sens ?

En réalité je faisais des choses qui étaient le contraire de tout ce dont je rêvais quand j’étais petit et le pire c’est que je ne pensais pas que quelque chose d’autre était possible.

Pourquoi ?

  • L’école nous avait toujours enseigné à nous assoir et à nous taire.
  • Nos familles et amis nous avaient toujours incité à copier tout le monde.
  • Souffrir au boulot était toujours vu comme un mal nécessaire pour le «bon sens commun.»

J’AVAIS 200% TORT !

En apprenant peu à peu sur l’entrepreneuriat j’ai réfléchi sur les nombreuses choses qui me plaisent et comment les relier les unes aux autres.

– LISTEZ TOUT.

Ce qui vous passionnait de 7 à 20 ans. Ce ne sont pas vos « vraies passions ». Ce n’est pas une seule passion. Ce sont simplement les choses que vous aimiez faire quand vous étiez enfant.

– COMBINEZ-LES.

Si vous aimez les ordinateurs et les films, peut-être que vous écrirez des histoires pour des expériences de réalité virtuelle.

Si vous aimez l’art et être un journaliste, appelez tous vos artistes préférés et faites un podcast.

– JOUEZ.

Oui vous êtes adultes mais vous aimez les jeux. Qu’est-ce que vous faites quand vous aimez les jeux ? Vous les partagez, vous y investissez, vous y passez du temps. Amenez du ludique dans votre vie.

– CRÉEZ LE FUTUR.

Comment pouvez-vous visualiser le futur? On ne peut pas. Mais c’est ce qui aide à rédiger dix idées par jour.

En effet, si j’écris dix idées par jour sur la façon dont mon intérêt pour par exemple l’architecture et les affaires pourraient se rejoindre dans le futur alors je vais voir apparaître des actions simples à mettre en place pour arriver à les faire se rejoindre.

Ce qui signifie beaucoup de mauvaises correspondances en cours de route, mais c’est ainsi que les idées commencent et se transforment en choses que vous essayez, qui se transforment en choses que vous faites, et qui se transforment en choses que vous aimez et réussissez.

Il n’y a pas de vraie et unique passion. Il y a juste ces directives de base.

Regardez dans votre passé pour découvrir votre avenir.
Vous allez faire BEAUCOUP de choses dans votre vie. Il n’y a pas de « une » chose.
Est-ce que je fais ce que j’aime maintenant ? Oui, j’écris un article pour donner envie à la majorité de suivre enfin ses rêves.

Et demain ? Je ne sais pas. Je vais écrire ma liste maintenant. Chaque jour j’écris cette liste sinon je me sens coincé et je me perds.

Je veux vivre à fond.

2 enfants sur trois qui sont à l’école actuellement iront occuper des professions qui n’existent pas encore. Comment les préparer ?

Ré-écrivez votre histoire ! Ne croyez pas que votre diplôme va vous protéger.

  1. Préparez vous psychologiquement pour ne pas être en état de choc une fois que vous perdrez votre boulot. Il faut sortir de ce modèle figé qui fait croire que le diplôme va vous donner une sécurité. Il faut arrêter de raconter des histoires aux gens. Perdre son emploi n’est pas la fin de sa vie ! Pourtant nous avons aujourd’hui une société qui pense que l’emploi définit les gens. Où est-ce que ça a foiré pour en arriver à ces bêtises ? Du coup les gens pensent que certains êtres humains valent mieux que d’autres alors que nous sommes bien sûr tous égaux. Allez écouter ma podcast sur les meilleures raisons de quitter votre job.
  2. La réinvention a toujours été nécessaire dans toute l’histoire de notre civilisation. C’est le progrès.
  3. La programmation, le fait de savoir coder ne doit pas non plus être obligatoire à l’école car ce n’est pas une technique seule en particulière qui doit être apprise mais une habitude de questionner le monde qui nous entoure et comment nous pourrais-tu l’améliorer. Steve Jobs ne savait pas coder. Il existe déjà une entreprise qui fait que l’on discute librement avec une intelligence artificielle qui programme pour nous tout ce que l’on souhaite. Il suffit de lui dire par exemple crée-moi un site internet avec tel et tel détail, telle couleur, voici la première page que je souhaite, la deuxième, les liens et elle le fait. Et cela juste en dialoguant avec elle.
  4. Il ne faut pas s’enfermer psychologiquement dans une fausse sécurité ou une sécurité imaginaire mais il faut remettre en question cette sécurité du bon sens commun. Il faut s’interroger toujours sur comment nous pourrions améliorer notre société et ne pas rester figé. Lisez mon article sur un entrepreneur fait-il grève ? J’aborde dans cet article le fait de pouvoir découvrir votre différentiel et comment augmenter les bénéfices que vous apportent votre singularité. L’importance vitale de réinventer votre individualité et non vous effacer dans une masse qui vous oublie et vous donne le minimum.

On voit en fait que le plus important, le point crucial c’est la vision et non l’aspect technique !

Comment se préparer aux nouvelles professions qui n’existent pas encore ?

  1. Les nouvelles technologies ne se développe pas du tout rapidement par exemple les voitures électriques vont mettre 20 ans-30 ans pour être adoptées par toute la planète. Et du coup cela donne une lente agonie d’entreprise et de métiers qui ne s’adaptent pas à ces nouvelles demandes du marché. Faites le switch vite !
  2. Le problème c’est qu’un professeur qui se lève le matin ne se dit pas que les élèves sont ses clients. L’éducation n’est pas vu comme un marché et c’est une grande erreur. En effet tout ce que l’on fait dans la vie devrait être vu comme des produits et des services qui doivent être améliorés.
  3. Le salariat est récent dans l’histoire de notre civilisation. Le salariat doit évoluer pour qu’on ait plus de temps pour soi, plus d’argent pour soi et plus de loisirs pour soi. Il faut faire évoluer le salariat qui est de l’esclavage moderne.
  4. Tout le monde se réinvente même Google qui a changé de nom et qui est maintenant alphabet car les utilisateurs de smartphones utilisent des app différentes pour des recherches précises sur certains domaines et de moins en moins Google. La rupture pour google c’est de créer de nouvelles perspectives et non de rester accroché à ce qui est en train de décroître et ce qui en train de devenir obsolète.

Pour conclure sur comment créer le futur; la clé pour s’adapter c’est celle-là : si la conversation ne vous plaît pas changez de sujet. Airbnb n’était pas focus sur la qualité des oreillers qui était la guerre dans lesquelles les chaînes d’hôtels étaient engagées les unes contre les autres. On voit encore ici que la vision et le fait d’être centré sur le meilleure service que l’on peut amener au client c’est ce qui fait la différence.

Et en changeant le sujet on crée un monopole et à ce moment-là on est véritablement le maître à bord. On renverse les problématiques mises en place et on crée de nouvelles demandes.

Comment les employés et les employeurs voient les choses différemment. Comment changer et devenir employeur, si vous le voulez.

Récemment un tweet m’a bien fait marrer et il disait : «après 5 ans à Harvard vous trouverez peut être un métier mais après 3 semaines à Draper University vous allez créer au minimum 3 emplois.»

Dit de cette façon on voit bien que la majorité ne perçoit pas qu’elle passe à côté d’un choix intelligent. Allez-y dites-moi franchement si vous aviez le choix entre être employé et être employeur vous iriez créer votre entreprise bien sûr ! Et bien regardez les choses en face : VOUS AVEZ LE CHOIX ! Et si vous ne voulez pas être employeur alors arrêtez la lecture de mon article et faites autre chose ! VOUS AVEZ LE CHOIX !

Je vais parler de mes expériences : être employé pour moi ne fait pas sens. Au début, en tant que jeune diplômé, je pensais que le corporatisme allait me nourrir, me loger et donner un sens à ma vie, des collégues sympas, des vacances cools. Bien beau tout cela mais c’est une prison dorée. Dorée ou grise cela reste une prison !Mais j’ai dis merde basta, à un moment j’ai enfin franchis le pas en mettant en avant le fait  que ma vie vaut plus que ces miettes là !Allez-y vous aussi jetez vous à l’eau ! Dites vous que votre temps est à vous et que vous n’êtes pas des robots ! Dites vous que vous ne méritez pas d’être des prisonniers avec des horaires pour entrer, des horaires pour sortir, des horaires pour manger, des vacances limitées. C’est difficile pour un prisonnier d’imaginer qu’il existe d’autres façons de vivre et que la porte de la prison est ouverte.Pourtant il suffit juste d’être un peu curieux et d’aller lire le journal de bord d’un entrepreneur et découvrir des milliers de solutions !On est dans une société moderne avec des esclaves modernes qui vendent leur temps contre de l’argent et qui ne percoivent pas qu’il existe d’autres façons de gagner sa vie et de donner du sens à sa vie. Acheter du temps pour soi demande d’investir en connaissances. Questionnez et envoyez balader le bon sens commun !

Être entrepreneur demande beaucoup de courage. Le fait d’oser créer quelque chose de différent dérange ceux qui ne tentent pas la nouveauté.

 Allez-y vous aussi : créez, construisez, osez. Car vos mains sont là pour faire de vos rêves des réalités.

Individualité versus bon sens commun

Dans cette podcast j’évoque la nécessité d’envoyer balader le bon sens et de renforcer votre individualité, votre différentiel en tant qu’entrepreneur.

Le sens commun bloque la créativité et maintient en cage la majorité dans un tout petit espace.
Suivez les pensées d’un entrepreneur et investisseur de succès !

Envoyez balader le bon sens !

Qu’est ce que le bon sens commun ?
Le bon sens est formé par l’ensemble des opinions, visions et valeurs adoptées par l’inconscient collectif.
C’est la voix idiote de la majorité qui vous envoie droit en enfer brûler votre âme dans la stagnation de la médiocrité.

Pour le bon sens il est commun d’être découragé à croire en innovation, en de nouveaux concepts différents de ceux hérités de générations en générations.
Le bon sens maintient la majorité à sa place dans un tout petit espace.
image

Le bon sens domine les esprits et ainsi les décisions.
De cette façon, les résultats sont mediocres et vont alimenter les thèses de l’impossibilité de changer de vie en mostrant par A+B qu’il n’est pas possible d’avoir des rêves de grandeur et qu’il n’est pas possible d’arriver à les réaliser.

Nous vivons à l’intérieur de ce maudit bon sens car nous pensons faussement qu’au moins avec lui nous sommes libres des grandes frustrations.
Pourtant connaissez vous quelque chose de plus frustrant que de maintenir vos propres rêves en cage et de vivre chaque jour avec vos plans B, C, D… Z ?

Qui a crée ce bon sens ?
Ce bon sens je l’envoie balader, que ce soit en famille, à l’école, à l’université, à l’église, au bar, à la plage et dans l’entreprise privée et publique du monde entier.

Qui a le courage d’envoyer balader le sens commun a beaucoup plus de chances de sortir de cette course de rats.
image

C’est la possibilité à chaque moment d’arrêter de courir après son ombre et de pouvoir enfin être le maître à bord de ses pensées.

Á chaque fois qu’un homme fait différemment du bon sens il est critiqué sévèremment.
Il sera vu comme un fou, un rêveur, un inconscient de la réalité etc.

Osez dire : «je vais larguer l’école» ou «je ne veux pas savoir de stabilité et je veux des bénéfices sans limites».
Osez dire : «je veux créer ma boîte». Osez dire : «je ne veux pas être avocat ou médecin car je veux être musicien».
Ou alors pour que la majorité vous traite d’idiot dites à tous «j’aime travailler».

Le bon sens est une prison.
S’il vous plaît ne préférez pas la stabilité à la possibilité de faire ce que vous aimez.

Le bon sens c’est la modalité dans laquelle l’esclave préfère un job et un salaire plutôt qu’un retour sur investissement.

La révolution se passe à chaque moment, devant chaque prise de décision, devant chaque choix.
image

Ceux qui se libérent du bon sens commun seront libres pour s’envoler.
Après des années oú ils ont été critiqués et méprisés du fait de leur courage de faire l’opposé de la masse, ils recevront alors les bravos de ceux qui suivent la dictature du bon sens.
Les jaloux perplexes qui diront que c’est de la chance.
Bah oui la chance…

Voici d’autres articles sur le même thème :
Les trucs les plus cool ne sont pas raisonnables
Je ne travaille plus depuis 2011