Gâcher le temps des investisseurs ? 7 manières de le faire.

Je suis de retour à São Paulo où j’habite après de nombreux meetings et cela m’a fait réfléchir sur les pitchs que j’ai faits, les pitchs que j’ai écoutés…

Voici 7 façons de rendre un Pitch tout pourri:

1) Cher Monsieur / Madame : Si je lis Dear Sir / Madam ou des salutations génériques semblables, c’est boom en archive instantané. Ce n’est pas parce que je m’adore que j’ai besoin que tu épelles mon nom, mais j’ai besoin que tu m’adresses la parole. Cher Monsieur / Madame, est le signal le plus clair que vous pourriez envoyer disant que vous êtes en train de copier/coller votre pitch à tout le monde.

2) Achetez maintenant et autres phrases piquées aux vendeurs de voitures d’occasion (attention je n’ai rien contre eux). Investir ou acquérir une entreprise est une décision d’investissement de long terme, minimum 5 ans sur des start ups. Les tactiques de pression jouant sur la peur de manquer une opportunité ne sont pas seulement inappropriées, elles sont souvent contre-productives. Respectez le processus et ne faites pas pression.

3) Echec du suivi : Vous pouvez faire la meilleure présentation de votre vie et avoir l’investisseur avec déjà un pied dans le board, mais si vous ne suivez pas, cela ne donnera rien. Rappelez-vous que votre pitch est quelque part entre les 20 autres réunions, les appels téléphoniques et 1000 autres trucs.

4) Investir peu dans votre pitch : Il est inexcusable aujourd’hui d’avoir une présentation non soignée. Que vous utilisiez PowerPoint gratuit ou Indesign ou un logiciel haut de gamme, la question c’est : assurez-vous de prendre le temps de modifier votre présentation et de la rendre professionnelle. Personne ne vous prendra plus au sérieux si vous-même ne prenez pas au sérieux votre propre entreprise avec des clip art que vous utilisiez au collège.

5) Parlez de tout sauf de votre entreprise : Vous rencontrez l’investisseur pour parler de votre entreprise et vous parlez de vos enfants, des sports que vous aimez et de tous les autres sujets de conversation. Je ne sais pas combien de réunions j’ai vraiment apprécié mais je suis parti de beaucoup sans aucune idée de ce que l’entreprise a fait, de ce qu’ils cherchaient, ou de comment je pouvais participer. Lorsque vous rencontrez un investisseur occupé, vous travaillez avec une fenêtre de temps limité et si vous consacrez 50% ou plus de votre temps à établir un lien ou à essayer de faire ami-ami, vous ne recevrez pas de temps supplémentaire pour savoir encore s’il aime pêcher ou a un cousin qui vit dans votre ville natale.

6) Oubliez les finances : Lorsque je rencontre une cible d’acquisition potentielle ou une entreprise qui cherche à obtenir du financement, je mets l’accent sur les données financières. Trop souvent, j’assiste à une réunion officielle et sérieuse pour discuter d’un investissement potentiel, mais l’autre partie est mal préparée à discuter des chiffres. Ce n’est pas seulement un signe que vous n’êtes pas préparé, c’est une perte de temps pour tout le monde. Moi et beaucoup d’autres investisseurs potentiels réorganiserons probablement la réunion pendant une période où vous aurez les détails nécessaires pour avoir une vraie discussion. Certains investisseurs, cependant, ne vous donneront pas un deuxième coup de feu.

7) Rencontre avec la mauvaise personne : J’ai récemment programmé un appel pour présenter une entreprise que je connais à un responsable grand compte. Lorsque je me suis connecté sur la conférence téléphonique, nous avons rapidement appris que le contact n’était pas le décideur. La leçon que j’ai retirée est de s’assurer que la personne que vous rencontrez est A) qualifiée pour prendre la décision B) assez familière avec le secteur et C) prendre la réunion au sérieux. Dans mon cas, la personne que nous rencontrions était une directrice de l’entreprise (répondant au critère A) mais une amie et donc disposée à participer à toute réunion (violation du critère C) et peu familière avec le secteur (violation du critère B). La plupart des gens diront qu’un cadre de niveau C est votre meilleure personne à rencontrer, mais vous devez vraiment regarder qui vous rencontrez et juger si c’est vraiment la meilleure utilisation du temps de chacun.

J’espère que ces leçons que j’ai partagées vous aideront à respecter votre temps et celui des investisseurs. Si vous aimez ce type de contenu, vous aimerez les autres articles de mon blog et mes publications sur Facebook.

La curiosité de connaître d’autres façons de vivre.

Je vis au Brésil depuis 2011 et chaque fois que quelqu’un réclame des taux d’intérêt brésiliens qui sont trop élevés (et ils le sont), je dis qu’en raison de cela, tous les $br que vous économiserez généreront l’un des plus hauts retour sur investissement du monde ! Dans ce scénario, ceux qui ont une bonne éducation financière auront des héritiers plus heureux.

Chaque fois que vous voulez vous plaindre de la mauvaise qualité des services dans les pays en développement, rappelez-vous qu’il est beaucoup plus facile que dans les pays développés de créer des entreprises qui résolvent les problèmes sans fin que nous voyons de tous les côtés.

Quoi d’autre est mauvais au Brésil ? Partout où vous regardez, il y aura une chance de changer votre destinée.

« Mais, Antoine, je n’ai pas de capitaux! »

Bienvenue dans le club. De nombreux entrepreneurs comme vous et moi non plus. Vous n’êtes pas le seul à devoir commencer sans $. Et puis si vous n’arrivez vraiment pas à bootstraper ne nous envoyez même pas un pitch deck à Bachelin Sena Venture Capital !

Mais voici tout de même une liste de moyens pour vous aider à démarrer et générer votre capital:

1. Créez le projet et vendez une participation (%) à un ami qui a plus de $ pour être votre partenaire.

2. Un prêt, que ce soit de quelqu’un de proche (love money) ou de banque (plus risqué).

3. Commencez à vendre un produit et organisez votre capital (à moyen terme).

4. Si vous êtes déjà hautement qualifié, il est possible de contacter un investisseur institutionnel. Ils n’investissent pas dans les idées, ils investissent dans les gens!

Pensez grand, mais commencez petit. Un autre conseil, soyez bons en vente. C’est le meilleur chemin pour les personnes ayant peu de capitaux. Lorsque vous vendez, votre client est celui qui finance. Kick  starter c’est encore plus extrème : cela finance des «produits» qui ne sont même pas encore crées !

Ne vous offensez pas. Partager ma vision est mon engagement pour toujours.

Entreprendre c’est comme voler librement dans les cieux d’un monde dangereux. Le fait de ne pas entreprendre c’est comme être piégé dans une cage et se sentir protégé par les grilles.

Personne n’est mieux que quiconque, mais ceux qui veulent plus de vie (quand je dis plus c’est plus de choix, plus de temps, plus de liberté, plus d’argent, plus de rêves..etc) n’ont qu’une seule alternative: entreprendre.

Le monde nous a formés pour rester à l’intérieur de la cage, et être nourri par les miettes une fois par mois, rêver de gagner à la loterie ou juste de révasser à ses prochaines vacances ou que son fils devienne le nouveau Neymar.

Ceux qui osent savent que la porte de la cage est déjà ouverte. Il suffit juste d’avoir le courage de sauter et de voler.
Pensez-vous que c’est trop risqué? Une franchise d’une marque bien établie peut être une alternative plus sûre.

Recette du succès – Partie 2

Voici la suite de la recette du succès avec les commentaires et observations du chef.

Après avoir présenté les ingrédients dans la partie 1, voici les informations supplémentaires.

dollars gateau

J’aimerais revenir sur la Distribution et c’est le point le plus important : il vous faut réaliser qu’il est impossible de survivre et de prospérer si vous n’apprenez pas à vous vendre, à vendre vos produits, services, idées et rêves.

C’est une vérité pour tout le monde, peu importe votre position. Voici un article là dessus : pour vous qui n’aimez pas vendre.

Vendre n’est pas un job, c’est ce que vous réalisez afin que les choses avancent !

L’histoire est faite d’exemples de businesses qui ont connu le succès durant des périodes de récession :

  • Ray Kroc acheta McDonalds durant la récession de 1953 pour en faire la plus grande entreprise de fast food au monde.
  • Walt Disney a déclaré faillite de nombreuses fois avant de développer la plus grande entreprise d’entertainment au monde; et qui a survécu à plus de 7 récessions.
  • Foot Locker a été crée avec un emprunt de $US 300 durant la grande récession de 23 ans.
  • Harland Sanders s’est efforcé durant 9 ans en vivant seulement avec les sous de la sécurité sociale à 65 ans pour créer KFC durant 2 récessions.

Concernant le timing du gateau: il suffit de voir le succès de Blablacar et d’Uber là où d’autres ont échoué à lancer le même service au même moment. Obtenir un nombre critique d’utilisateurs à un moment x est la clé pour la durabilité d’une entreprise.

Concernant le monopole du gateau, nous insistons dans nos bureaux de Bachelin Sena Venture Capital à San Francisco sur le fait que nous investissons dans des sociétés positionnées sur une grosse part de marché d’une niche. Un entrepreneur qui nous offre une présentation avec une petite part de marché d’un marché immense est tout de suite déclassé.

Bon appétit !

 

Changer de point de vue

Changer de point de vue, c’est la clé du succès pour celui qui veut avancer et qui doit avancer. Le succès c’est à dire réaliser nos rêves est notre obligation, notre responsabilité. Pour avancer chaque jour un peu plus près de nos rêves, il est obligatoire de lâcher prise de ses propres croyances et de ses propres points de vue.
Voici un article pour envoyer balader le bon sens

Avion 3BSVCLa nature est toujours belle, toujours changeante et ce n’est jamais le même point de vue car elle ne reste jamais bloquée sur une belle image. C’est un flux continu de milliards de milliards de milliards de points de vue. Comment se fixer sur seulement un joli point de vue ? En vérité l’homme crée le point de vue et non la nature.

Un des conseils aux entrepreneurs que l’on rencontre ici à San Francisco dans nos bureaux de Bachelin Sena Venture Capital c’est : ne pas chercher à avoir raison mais juste à être pragmatique.

images (1)

En vérité nous savons peu de choses et l’évolution (le fait d’avancer vers la réalisation de nos rêves) demande le courage de reconnaître nos points de vue et de visualiser comment les modifier et les améliorer à notre guise.

Pourquoi s’attacher au fait que l’on sait ceci ou cela, que l’on a appris à faire comme ceci ou comme cela, qu’une stratégie commerciale se met en place comme ceci ou comme cela alors que nous sommes dans une nouvelle configuration que l’on n’a jamais vu ?

Et puis la vie est courte pour faire les mêmes actions toujours de la même façon.

En vérité qui s’attache à ses idées bloque lui-même la création d’idées et de solutions innovatrices.

Point de vue 1

Beaucoup de chefs d’entreprise voient leur entreprise aller mal car ils bloquent ce flux créatif naturel que nous avons tous en nous-même. L’entrepreneuriat c’est cela : cette énergie forte et puissante de changements et la volonté insatiable de réalisations.

Toute l’équipe de BSVC vous souhaite de passer une superbe fête de réveillon et surtout que cette énergie d’emtreprendre vous accompagne durant 365 jours !