Les 7 raisons pour lesquelles nous obéissons aux autorités. Article de Phillip Schneider.

Les rebelles sont une partie très importante de la société, mais ils obtiennent rarement la reconnaissance qu’ils méritent.

Ils nous aident à briser les anciennes normes et nous empêchent de tomber dans la pensée de groupe.

Cependant, la nature humaine pousse la plupart d’entre nous à rester dans notre zone de confort, même si cela signifie moins de liberté ou des problèmes plus difficiles à résoudre.

Pourquoi tant de gens ignorent le monde extérieur ou le font passer pour le problème de quelqu’un d’autre jusqu’à ce qu’il atteigne leur propre porte ?

Dans une vidéo récente, Brittany Sellner (Brittany Pettibone avant son mariage) décrit les sept raisons pour lesquelles les hommes obéissent à l’autorité, même lorsque c’est contre leur intérêt.

#1 Habitude

Comme chacun le sait, les habitudes sont extrêmement difficiles à rompre et même si nous avons des griefs sur l’état des choses, accepter notre réalité imparfaite nous semble préférable à la perspective décourageante du changement. À contrario… l’habitude cesse d’être un motif d’obéissance en temps de crise politique ; un peu comme ce que nous vivons actuellement à la suite du Covid. Bien que beaucoup d’entre nous ne voulaient pas changer leurs habitudes, celles-ci ont été modifiées de force pour nous.

#2 Obligation morale

La deuxième raison d’obéir est l’obligation morale qui est évidemment un motif que l’on trouve très souvent dans la religion, mais politiquement parlant… certains la considèrent comme une obligation morale de « 1) obéir pour le bien de la société », 2) « parce que le dirigeant a des facteurs surhumains tels qu’un être surnaturel ou une divinité », ce qui ne s’applique pas, à mon avis, à un trop grand nombre d’Américains… 3) Les gens considèrent qu’il s’agit d’une obligation morale d’obéir parce qu’ils « perçoivent le commandement comme étant légitime, du fait qu’il émane d’un émetteur ». Par exemple, un maire ou un officier de police [serait considéré comme tel], et 4) Les gens considèrent qu’il s’agit d’une obligation morale d’obéir en raison de la « conformité des ordres aux normes acceptées ». Par exemple, la plupart des gens pensent qu’un ordre tel que celui de ne pas commettre de meurtre est un ordre moral et, par conséquent, ils le respectent.

#3 Intérêt personnel

La troisième raison de l’obéissance est l’intérêt personnel et c’est peut-être l’un des motifs les plus courants de nos jours. Par exemple, la plupart des grandes entreprises sont immorales et cherchent à se servir des tendances sociales et politiques actuelles pour gagner de l’argent, un statut et l’approbation. Il suffit de regarder toutes les entreprises qui sont soudainement devenues des « champions de la justice sociale » après la mort de George Floyd ; aucune d’entre elles ne s’est souciée de la brutalité policière et de Black Lives Matter avant qu’il ne devienne dans leur intérêt de s’en préoccuper.

Cet intérêt personnel peut bien sûr s’étendre aux individus. Les personnes célèbres et non célèbres ont beaucoup à gagner en s’alignant, ou… il y a aussi un intérêt personnel négatif dans lequel la personne n’obéit pas simplement parce qu’elle va gagner quelque chose mais pour qu’elle ne perde pas tout : sa réputation, son emploi, son statut social et ses perspectives de carrière.

#4 Identification psychologique avec le dirigeant

La quatrième raison de l’obéissance est l’identification psychologique avec le dirigeant, ce qui signifie que les gens ont un lien émotionnel étroit avec le dirigeant, le régime ou le système. J’imagine que vous auriez rencontré beaucoup de ces situations dans la Russie communiste ou l’Allemagne nazie, par exemple.

#5 Zones d’indifférence

Le cinquième motif d’obéissance est extrêmement courant aujourd’hui : il s’agit des « zones d’indifférence », ce qui signifie que même si les gens ne sont pas pleinement satisfaits de l’état des choses, ils ont une marge d’indifférence ou de tolérance pour les aspects négatifs de leur société et de leur gouvernement.

#6 La peur des sanctions

La sixième raison de l’obéissance est la plus évidente… et c’est la « peur des sanctions », qui implique généralement la menace ou l’utilisation d’une forme de violence physique contre le sujet désobéissant et incite à l’obéissance par un pouvoir simplement coercitif, un pouvoir qui agit réellement sur les gens simplement par leurs craintes.

#7 Absence de confiance en soi

Enfin, la septième et dernière raison de l’obéissance est l’absence de confiance en soi chez les sujets, ce qui signifie que beaucoup de personnes n’ont tout simplement pas suffisamment confiance en elles, en leur jugement et en leurs capacités pour se rendre capables de désobéir et de résister.

Grâce au web, j’observe ce motif assez souvent. Des milliers de personnes décrient quotidiennement qu’elles sont malheureuses de l’état des choses et pourtant elles ne font rien parce qu’elles n’ont pas confiance en leur capacité personnelle à diriger, à organiser une manifestation pacifique, à lancer un mouvement, etc.

Bien que l’autorité puisse être légitime et significative, la résistance à des actes de violence inutiles ou à l’injustice draconienne du gouvernement est souvent meilleure pour l’individu et la société et montre plus de caractère que l’inaction.

Bien que cette liste ne soit certainement pas exhaustive, elle vous aidera peut-être à mieux comprendre votre propre rôle dans la vie et dans la société.

Article de Phillip Schneider.

Interdisez vous la prostitution temporelle

Ne vendez pas votre temps contre de l’argent. Bien sûr ne restez pas au lit. Sauf si vous pouvez faire de l’argent lorsque vous dormez. Achetez du temps pour vous grâce à la connaissance. L’information qui vous permet de travailler sur votre business et non dans votre business. Lorsque vous bronserez vous gagnerez de l’argent car votre cash machine sera toujours en place. Vous pourez vous abstenter et vos € continueront de tomber.

Le temps pour soi est ce qui sépare un esclave moderne d’un homme libre. 

Prenez le temps de monter minutieusement votre cash machine. Testez la, perfectionnez la, améliorez la toujours et ayez des équipes qui l’améliorent.

La richesse c’est d’être maître de son temps. La prostitution temporelle c’est à dire le fait de vendre son temps pour de l’argent est la norme dans nos sociétés modernes. 

Interdisez vous la prostitution temporelle !

Installer le bouton « autopilot » dans votre boîte.

Les voitures qui dirigent toutes seules de google, de tesla ou d’autres boîtes arrivent et votre boîte à vous a un bouton autopilot aussi ? Automatiser son business est une étape à passer pour disposer encore plus du temps pour soi. Vous devez travailler SUR votre business et non dans votre business !

Un business est construit pour nous libérer. Nous ne montons pas notre boîte pour devenir employé de la boîte mais pour avoir du $ et avoir du temps pour nous-même.

Disposer de son temps est un vrai luxe que l’entrepreneuriat permet. 

L’autopilot permet de pouvoir aller voyager quand on veut et oú l’on veut, sans date de retour obligatoire. L’autopilot nous permet de ne pas devoir aller au bureau tous les jours, mais encore mieux il permet de ne pas devoir de compte ni même d’explications à personne. La configuration d’un bouton autopilot est facile à mettre en place dans une entreprise. Et ce qui est super c’est que certains employés adorent même occuper les postes de responsabilité à votre place !

Que veut dire : «installer le bouton auto-pilote ?» C’est confier la gestion quotidienne à une autre personne et aussi automatiser au maximum le fonctionnement de notre entreprise. 
Á notre époque on peut robotiser les RH, la comptabilité, le marketing, la distribution, la vente, le commercial. On peut rendre notre boîte plus productive grâce aux nouvelles technologies.

Mettre sa boîte en mode autopilot cela veut aussi dire déléguer, confier certaines tâches à d’autres, plusieurs personnes au sein de notre équipe, ou du personnel d’une autre entreprise. On peut aussi installer ou acheter un ou des software ou les monter et tester nous même en interne par nos propres équipes. 

Il faut principalement se focaliser sur l’essentiel, sur son core métier comme je l’ai déjà évoqué dans 15 techniques qui catapultent les bénéfices de votre entreprise. En effet une gestion centrée sur la création de valeur repose sur le fait d’avoir seulement 1% de participation dans l’opérationnel mais ce 1% est justement sélectionné pour impacter plus de 50% de la valeur produite.

Cela demande de connaître et de surveiller régulièrement les indicateurs clés de performance financière de votre société. 

Comme je l’ai dit c’est travailler sur votre business et non dans votre business. 

Commencez à penser votre business de cette façon !

Business en autopilot