Comment les employés et les employeurs voient les choses différemment. Comment changer et devenir employeur, si vous le voulez.

Récemment un tweet m’a bien fait marrer et il disait : «après 5 ans à Harvard vous trouverez peut être un métier mais après 3 semaines à Draper University vous allez créer au minimum 3 emplois.»

Dit de cette façon on voit bien que la majorité ne perçoit pas qu’elle passe à côté d’un choix intelligent. Allez-y dites-moi franchement si vous aviez le choix entre être employé et être employeur vous iriez créer votre entreprise bien sûr ! Et bien regardez les choses en face : VOUS AVEZ LE CHOIX ! Et si vous ne voulez pas être employeur alors arrêtez la lecture de mon article et faites autre chose ! VOUS AVEZ LE CHOIX !

Je vais parler de mes expériences : être employé pour moi ne fait pas sens. Au début, en tant que jeune diplômé, je pensais que le corporatisme allait me nourrir, me loger et donner un sens à ma vie, des collégues sympas, des vacances cools. Bien beau tout cela mais c’est une prison dorée. Dorée ou grise cela reste une prison !Mais j’ai dis merde basta, à un moment j’ai enfin franchis le pas en mettant en avant le fait  que ma vie vaut plus que ces miettes là !Allez-y vous aussi jetez vous à l’eau ! Dites vous que votre temps est à vous et que vous n’êtes pas des robots ! Dites vous que vous ne méritez pas d’être des prisonniers avec des horaires pour entrer, des horaires pour sortir, des horaires pour manger, des vacances limitées. C’est difficile pour un prisonnier d’imaginer qu’il existe d’autres façons de vivre et que la porte de la prison est ouverte.Pourtant il suffit juste d’être un peu curieux et d’aller lire le journal de bord d’un entrepreneur et découvrir des milliers de solutions !On est dans une société moderne avec des esclaves modernes qui vendent leur temps contre de l’argent et qui ne percoivent pas qu’il existe d’autres façons de gagner sa vie et de donner du sens à sa vie. Acheter du temps pour soi demande d’investir en connaissances. Questionnez et envoyez balader le bon sens commun !

Être entrepreneur demande beaucoup de courage. Le fait d’oser créer quelque chose de différent dérange ceux qui ne tentent pas la nouveauté.

 Allez-y vous aussi : créez, construisez, osez. Car vos mains sont là pour faire de vos rêves des réalités.

Auto-indulgence et business…

S’écouter soi-même et jusqu’à quel point ? Avoir des convictions et jusqu’à quel point ? 

Dans un premier temps il est primordial d’admettre que vous ne savez pas tout pour améliorer votre vie et votre business sinon vous stagnez puis reculez. Ensuite même si vous vous trouvez bon ou très bon, ou excellent, vous pouvez toujours vous améliorer. En fait reconnaître nos limites est essentiel pour croître et ce qui fait la différence ici c’est d’ÉCOUTER : j’ai appris principalement dans des réunions au Japon que le silence est magique. J’ai écris différents articles concernant les indicateurs d’une equipe performante en expliquant principalement que chacun doit se sentir écouté.

Qu’est ce que veut dire ce titre de mon article ? C’est la facilité à excuser et à pardonner nos propres fautes et nos propres défauts. On pardonne plus facilement nos propres erreurs que celles des autres. On porte plus d’attention à nos points de vue qu’à ceux des autres et du coup questionnez vous : jusqu’à quel point ceci est bon pour le business ?

Votre journée ne doit pas devenir une routine où régnent les habitudes et les actions automatiques répétées. Cela veut dire que vous ne pouvez pas vous laisser aller sans buts personnels, sans actions personnelles et sans objectifs personnelles. 

La majorité suit le bon sens commun sans questionner sa validité. Se connaître soi-même veut dire réaliser nos désirs et nos rêves durant notre vie.

Auto indulgence : s’écouter soi-même et jusqu’à quel point ?