Écoute…

Il y a d’abord ce discours « officiel », indécemment simpliste, abêtissant.

« Protégez-vous », dit-il, « protégez les autres », surtout « restez prudents »…

Parti pris du toujours pire à venir, du souverain « Nous sommes en guerre », ne souffrant pas la plus petite contradiction.

Illusion imposée, réalité travestie : « L’ennemi est partout, il est invisible », « vous êtes en danger »…

Ce discours à tout bout de champ rabâché, dont l’omniprésence frise l’obscénité, cherchant sans cesse à s’insinuer dans nos cinq sens : télévision et radio, internet et métro, halls de gare, autoroutes, affiches, ici, là, partout, tout le temps.

Cette voix assourdissante qui vous somme de vous plier à sa règle, vous demande aujourd’hui, vous demandera demain, de vous faire inoculer son vaccin, sans voir, sans comprendre, sans poser de question, sans broncher. Mais en faisant confiance, à « l’institution », aux « tutelles », vous savez ?… Celles-là même devenues le terrain de jeu d’une tricherie à grande échelle, d’un lobbying décomplexé et d’une corruption galopante. Depuis plus d’un demi siècle, leur gangrène exposée sans pudeur à notre cécité, elles sont le théâtre de scandales sanitaires majeurs, qui se suivent et se ressemblent, et au cours desquels les morts et les blessés se comptent par dizaines voir centaines de milliers, quand on arrive à les compter : amiante, distilbène, hormone de croissance, sang contaminé, opioïdes, etc, etc.

Mais faites confiance, merci.

Et puis, il y a cette autre voix, presque inaudible, qui ne nous appartient pas, mais que nous avons choisi de porter. C’est celle de la raison, et de la prudence, celle-là qui est le fondement même de toute démarche médicale et thérapeutique, et dont toute la force tient en une formule, que vous connaissez maintenant : « Primum non nocere ».

Parce que plus qu’un autre le soignant sait que « l’enfer est pavé de bonnes intentions », et qu’à trop vouloir bien faire, il peut en faire parfois trop, précipitant la chute du patient venu lui demander secours. « D’abord ne pas nuire », et si tu n’es pas sûr de faire plus de bien que de mal, alors abstiens-toi, par respect, et par humilité. Attends, surveille, accompagne. Mais abstiens-toi.

Oui mais voilà, quand le médecin s’abstient, l’industriel trépigne.

Car il est un fait dont l’évidence devrait nous écorcher les yeux : les intérêts de l’un ne recouvrent en rien les intérêts de l’autre. Et la divergence n’est pas exclue.

Quand l’un cherche à soigner, l’autre cherche à vendre. La santé est la priorité de l’un, le bénéfice pécuniaire la priorité de l’autre. Nous affirmons que cet état de fait devrait être pris en compte, sous la forme d’une régulation stricte et indépendante. Et dire cela n’est en rien diaboliser le commerce, activité fondamentalement humaine et qui peut s’exercer de façon vertueuse.

Aujourd’hui nous avons pris l’habitude de déléguer notre pouvoir de jugement. Nous achetons des médicaments, parce qu’on nous dit qu’il le faut. Nous prenons des médicaments, parce qu’on nous dit qu’il le faut. Mais « on » est un con , pas vrai ?…

Nous choisissons d’offrir notre confiance à un médecin. Et ce médecin choisit d’offrir sa confiance à des tutelles : agences du médicament, HAS, etc. Et ces tutelles choisissent d’offrir (ou de vendre ?) leur confiance aux industries du médicament. Mais tous ces délégataires… Sont-ils dignes de la confiance qui leur est accordée ?

Les industries du médicament à une extrémité de la chaîne. Nous à l’autre.

Face à cet inquiétant ballet, nous ne voulons plus croire, nous voulons voir.

Parce que c’est le concept même de Santé qui se joue là.

« Primum non nocere ».

Nous voulons porter cette voix de la raison, cette voix de la prudence. Cette voix qui affirme que si le virus SARS-CoV-2 engendre parfois une pathologie grave appelée COVID, les chiffres de l’épidémiologie montrent que l’immense majorité ne risque rien. Et que rien ne saurait justifier l’administration précipitée à toute une population saine d’un remède dont ni l’efficacité, ni la dangerosité, n’ont été étudiées de façon sérieuse et approfondie.

Nous portons cette voix qui affirme que s’il existe aujourd’hui une seule urgence, c’est bien celle de sortir d’un état d’urgence artificiellement entretenu, et celle de commencer à nous écouter.

Chers amis, aidez-nous à rendre cette voix audible !

Vous trouverez avec cette lettre une synthèse sur l’état de la recherche actuelle, concernant le vaccin contre le SARS-CoV-2 commercialisé par Pfizer, destiné à être le premier mis sur le marché en France.

Nous vous proposons un challenge tout simple, avec peut-être un petit air de « déjà vu » :

faites passer cette synthèse à 3 personnes de votre entourage concernées (qui ont par exemple un parent en ehpad). Avec bien sûr la consigne de la transmettre à nouveau à 3 personnes. Et ainsi de suite, en mode épidémique… 🙂

Appelons cela la « chaîne du consentement éclairé », si vous voulez bien !

Accueil

Vidéo

Le berger, les moutons, le mouton noir et le loup épouvantail…

Pour que des milliers de moutons soient dociles, soumis, obéissants il suffit de jouer soit sur la peur, soit sur leur besoin de sécurité.

Un berger explique ici et on peut faire un parralléle avec le peuple.

«Ils sont heureux d’avoir échappé au “méchant gros loup” et ils sortent tondus et contents.»

Il explique aussi ce que le berger doit faire du mouton noir qui ne veut pas rentrer dans la bergerie.

Xavier Louis de Izarra.

Il est vital de supprimer toutes les subventions accordées aux médias et de laisser les gens décider eux-mêmes de ce qu’ils veulent voir, lire, écouter ou pas voir, pas lire ou pas écouter.

Chaque année l’état distribue des centaines de millions d’€ aux médias et aux propriétaires milliardaires comme Dassault, Draghi ou Lagardère.

L’état français est-il trop généreux ? Pouvons nous revendiquer une quelconque liberté des médias ?

C’est une importante question car les médias c’est le quatrième pouvoir comme le dit l’expression américaine…

Mais un pouvoir n’est autonome que s’il a un cash flow positif pour boucler les fins de mois. Les médias mainstream existent dans tous les pays. Il suffit de prendre 1 avion pour observer le même modus operandi partout.

Il est vital de supprimer toutes les subventions aux médias et de laisser les gens décider eux-mêmes de ce qu’ils veulent lire ou pas lire.

Même chose pour les télévisions d’état, les TV publiques. Il n’y a aucune raison qu’elles existent dans notre monde libre interconnecté d’aujourd’hui. Il n’y a pas d’information d’état. Pourquoi y aurait il une TV d’état ?

Plus de 500.000,00 € ont été gaspillé pour refaire les logos de France Télévisions ! Les élections coûtent chères pour permettre à certains politiques de monter leur société de communication avec un beau capital. Ils existent des problèmes énormes de conflits d’intérêt et la corruption n’est pas combattue comme elle le devrait.

Ajoutez à cela les subventions et le fait que les hommes d’affaires â la tête de ces médias ne vivent qu’avec des contrats étatiques. Cela devient épouvantable et la justice ne fait pas son boulot !

Dans toute l’histoire économique la subvention n’a jamais fait la qualité d’un produit ! Ce qui fait la qualité d’un produit c’est la concurrence…

Donc lorsqu’il n’y a pas de concurrence car tous dépendent de l’état cela ne peut pas marcher. Voilà pourquoi les citoyens du monde entier sont fatigués de ces gros médias étatiques. Voilà pourquoi le fossé d’incompréhension entre les médias et les citoyens augmente chaque jour de plus en plus. Ce fossé est chaque jour plus criant.

Ce qui apporte de la valeur pour les clients des médias c’est la qualité du service face à la concurrence et non les subventions !

Que l’argent ne soit plus un tabou !

7 personnes sur 10 n’aiment pas parler d’argent … 

Ce seront sept personnes qui resteront pauvres !

D’après mes recherches, cependant, l’avenir peut être prometteur. Il semble que les nouvelles générations sont à l’aise pour parler un petit peu plus. Cela expliquerait l’explosion des médias sociaux et combien ces personnes sont ok pour partager avec des inconnus. En effet lorsque vous avez un désir d’apprendre, il semble que tout est possible ! Cette curiosité peut conduire à être plus ouvert, sans jugement d’esprit. Vous voyez vos erreurs du passé, et au lieu de répéter les mêmes reactions pour les mêmes résultats vous apprenez d’elles.

Vous pouvez approcher la notion de l’argent avec un QE et QI plus élevé sans être étouffé par la peur. Car la peur tue nos rêves tout comme elle tue les opportunités et elle tue notre développement personnel. 

La peur vous empêche de vivre pleinement. Lorsque vous avez moins peur, vous pouvez enfin commencer à prendre des mesures pour réaliser vos rêves.

En fin de compte, les conversations sur l’argent sont essentielles pour réaliser nos rêves !

Dans un premier temps vous devez comprendre pourquoi vous ne réalisez pas vos rêves. Vous devez savoir comment l’argent fonctionne et comment vous travaillez…

Si vous trouvez de la valeur dans mes articles, merci de les partager avec votre famille, vos collégues et vos amis. Vous ne voulez pas qu’ils restent bloqués dans la réalisation de leurs rêves!

J’écris pour rendre la vie meilleure.

L’école n’enseigne pas la création de richesse.

La vérité c’est que ni les écoles ni les universités n’enseignent comment créer de la richesse. C’est une honte car la capacité de faire de l’argent est ce qui aiderait le plus ces jeunes.

Voici encore 10 points que les écoles et universités n’enseignent pas ou plutôt déforment, mystifient et trompent les jeunes à cause d’une idéologie inconsciente dominante et collectiviste.

1. Nous vendons tous quelque chose, que ce soit des idées, des idéologies et même quand nous pensons que non. Voir ici : pour vous qui n’aimez pas vendre.

2. Beaucoup de pseudo intellectuels prônant des révolutions sociales n’ont jamais mis les pieds dans une petite entreprise et ignorent ce qu’est un compte d’exploitation annuel ou une fiche de paie. Et pourtant leur idéologie collectiviste est dominante dans les merdias subventionnés donc corrompus.

Nous sommes dans une société de déresponsabilisation, de passivité où les salariés réclament plus de droits et moins de devoirs. Ou les « adultes » sont des ados éternels; qui en ne voulant pas savoir sur certains sujets déléguent la responsabilité personnelle à une instance hiérarchique ou étatique.

3. Arrêtez de faire de l’argent un tabou : 7 personnes sur 10 n’aiment pas parler d’argent … Voir ici : l’argent tabou.

4. Aujourd’hui il existe plus d’esclavage qu’auparavant. Les coûts pour l’esclavagiste sont mutualisés. Voir ici : esclavage moderne.

5. Sortez du conformisme. Étudiez l’ingénierie sociale, comment influencer les comportements de groupe et comment en sortir. C’est essentiel de voir quelles sont les forces en place et à qui profite le crime.

6. Ne vendez pas votre temps contre de l’argent mais achetez du temps pour vous.

7. Rejetez le négativisme et l’attitude de victimisation. Vous êtes libres. Assumez votre responsabilité sans culpabiliser les autres.

8. Apprenez dans d’autres domaines que le votre et perfectionnez vous durant toute votre vie. Iriez vous chez un médecin ou un avocat qui ne s’est pas mis à jour depuis 10 ans ?

9. Montez une petite entreprise, ou un petit projet. C’est moins risqué de créer son entreprise que d’être employé.

10. Voyagez durant des années en travaillant dans différents pays. Comparez leurs systèmes, leurs avantages et inconvénients tout en changeant d’horizon.

L’entrepreneuriat n’est pas inné mais ACQUIS !

Personne ne nait entrepreneur. On le devient ! Je ne suis pas né en connaissant le marketing, la vente, la gestion financière etc… 

J’ai commencé en lisant des livres, des articles sur internet, des ebook, en fréquentant des clubs d’entrepreneurs et bien sûr ensuite en entreprenant.

Je vais évoquer ici les qualités, connaissances et atitudes qu’un entrepreneur doit développer.

C’est un mix :

  • Ambition forte,
  • Besoin infatigable de challenges,
  • Intelligence créative pratique. 

Que préféres tu ? Étudier pour être un employé ou étudier pour être un employeur ? Á nouveau je répéte que ce n’est pas génétique ni un don et chacun de vous peut developper ces qualités d’entrepreneur.

  1. Ambition forte. Cela doit être authentique et en relation avec nos rêves et nos désirs. Voir ici ma to do list. Chacun doit faire sa to do list et avoir l’ambition de réaliser tous ses désirs.
  2. Besoin infatigable de challenges. Faire avancer les choses demande d’aimer les défis pour soi et ses equipes. L’entrepreneur vit de sa passion et cette énergie est infatigable, comme un moteur puissant. L’entrepreneur veut plus et aime les nouveaux projets dans lesquels il se lance avec un énorme plaisir.
  3. Intelligence créative pratique. Cela est l’inverse d’une encyclopédie, autrement dit l’inverse d’une accumulation d’informations inutiles. C’est la sélection d’éléments essentiels orientés vers un but, tout comme les couleurs primaires permettent d’obtenir toutes les autres couleurs. L’entrepreneur a l’esprit ouvert pour questionner des problèmes et pour mettre en place des solutions. Un autre point c’est qu’il n’étudie pas sans buts à atteindre. Il est totalement tourné vers l’action.

Je vous souhaite de développer ces qualités qui controlent nos vies.