L’extension maximale du salariat et la destruction des petits entrepreneurs (propriétaires de leurs propres moyens de production).

Énormément de patron de petites et moyennes entreprises se suicident. Je n’ai malheureusement jamais vu de hashtag s’en offuscant. L’égoïsme ambiant règne en maître en mettant des oeillères à la majorité et la vertu affichée online tombe offline en laissant apparaître la déresponsabilisation et la lâcheté réelle.

Autant le socialisme comme le capitalisme prêchent pour l’extension maximale du salariat et la destruction de la libre petite entreprise, c’est à dire de la classe moyenne indépendante et économiquement libre. Ces petits propriétaires de leurs propres moyens de production ont la conscience politique la plus juste car impliquée dans le réel.

En effet beaucoup de pseudo intellectuels prônant des révolutions sociales n’ont jamais mis les pieds dans une petite entreprise et ignorent ce qu’est un compte d’exploitation annuel ou une fiche de paie. Et pourtant leur idéologie collectiviste est dominante dans les merdias subventionnés donc corrompus.

Nous sommes dans une société de déresponsabilisation, de passivité où les salariés réclament plus de droits et moins de devoirs. Ou les « adultes » sont des ados éternels; qui en ne voulant pas savoir sur certains sujets déléguent la responsabilité personnelle à une instance hiérarchique ou étatique.

Or une vraie démocratie est un peu comme le modèle grec des hoplites avec une association libre de petits propriétaires qui se mutualisent et écrivent leurs propres règles.

Alors que notre actuelle fausse démocratie de salariat généralisée est une organisation dans laquelle le salarié vend son temps de travail. Voir ici mon article dans lequel je montre qu’il y a plus d’esclavage de nos jours qu’auparavant. Ces salariés laissent de côté de nombreux pans de l’équation sans les questionner ou bien le savent mais ne rentrent pas dans une résistance contre cette fausse sécurité déresponsabilisante. Les pans de l’équation qu’ils ne contrôlent pas par eux-mêmes sont celui de l’indépendance financière notamment de part un bourrage de crâne d’années d’idéologie collectiviste gauchiste du mépris de l’argent.

Entre guillemets l’argent c’est sale, laissez moi (le politique) le gérer à votre place et vous en piquer la plus grande partie dans les poches bien sûr. Les petits patrons eux sont dans une démarche d’essayer d’être indépendant financièrement et de reprendre le gouvernail.

L’idéologie de gauche qui dit que tous les patrons sont des enfoirés, qu’ils soient du CAC40 ou des petits patrons responsables sur leurs biens personnels et qui n’ont pas le droit au chômage est absurde et hypocrite !

Cette société est systémiquement malsaine et laisser la gestion de notre indépendance et liberté à un tiers est extrêmement dangereux. Peu de virilité et de moralité ! Même ces mots là ont disparu ou ne sont plus politiquement correct alors que paradoxalement la corruption morale est plus présente qu’auparavant.

La solution responsable et cohérente c’est le retour des consommateurs à une économie solidaire locale aux petits patrons et non plus aux multinationales. Agissons financièrement pour le développement d’une contre-société créative contre la bureaucratie, la sur-fiscalité, le parasitisme politique.

Vidéo

Derrière des blagues beaucoup de vérités…

Quoi faire dans la journée quand on n’a plus à aller au taf ?

La grasse matinée tous les jours, aller au parc et au cinéma quand il n’y a personne, aller au shopping quand il n’y a personne, prendre des billets d’avion moins chers en basse saison, réserver des spas et chambres d’hotel moins chers car on a un grand choix de dates, glandouiller à la piscine du club, lire des livres sur la chaise longue ou un hamac devant une plage brésilienne (j’habite au Brésil depuis 2011), écouter de la musique ou une podcast en rêvassant, faire du karting, du buggy, de la voile, jouer de la musique, apprendre dans différents domaines (je fais mon brevet de pilote d’avion privé et j’ai des entreprises dans d’autres secteurs que ceux de mes études scolaires cf les habiletés et compétences que vous devez apprendre en dehors de votre diplôme). La formation à vie est quelque chose de fondamentale. 
Je me la coule douce et je n’ai plus aucune routine matinale à la San Francisco comme je le faisais quand j’étais étudiant (réveil à 5h du mat pour aller méditer au dojo zen soto voir mon article Méditation & Business). Le plus sympa c’est le lundi et mardi le fait de savourer la grasse matinée et le petit dej au lit quand les autres bossent car cela nous fait réfléchir sur les choix que nous avons pris 🤔.

Développons là-dessus : la majorité par manque de connaissance (voir mon article connaissez vous l’esclavage moderne et mon article la soif de connaissances) et par manque de courage reste esclave moderne et refuse de s’interdir la prostitution temporelle. C’est un choix de se dire à soi-même : c’est terminé je ne veux vivre plus aucun jour comme esclave ! Moi j’ai opté pour être individualiste (une nécessité vitale et libératrice) et m’interroger sur les illusions du collectivisme sans aucune morale qui maintient la majorité dans un tout petit carré : résistez et envoyez balader le bon sens !

Quand on n’a plus à aller au taf on a beaucoup plus de trucs à faire ! J’ai des objectifs à atteindre (voir ma To Do List). Ces objectifs sont définis en commun accord avec ma femme. On a des objectifs de voyages, des objectifs pro, des objectifs perso, des objectifs journaliers. 

Dans la journée quand on n’a plus à aller au taf on peut aller à la piscine, à la plage et avoir une réunion pour taffer dans le restaurant d’un hotel chic face à un paysage extraordinaire. On peut écrire des mails sur son smartphone, écrire des articles sur son blog, envoyer des contrats via Google Docs sur son portable, avoir Skype, Slack, Whatsapp etc pour parler avec ses clients, ses employés, ses fournisseurs. Puis plus important on peut éteindre son portable et faire ce qui bon nous semble de notre temps.

Faire ce qui bon nous semble !

Politique & Business

Croyez-vous en Trump ou en Hillary ou bien en François Hollande ou Copé ou Sarkozy ou DSK ?

Peu importe le politicien il ne peut vous sauver. La raison pour laquelle les politiciens ne peuvent pas vous sauver et ne peuvent rien faire pour vous c’est parce que vous devez vous-même devenir président, je veux dire le président de votre industrie, le président de votre market. 

Ils ne peuvent pas vous aider et c’est seulement toi même qui possèdes les ressources et les connaissances. As tu compris ?

C’est à toi-même de prendre le contrôle de ta propre économie plutôt que d’être une victime passive de l’économie ou du gouvernement.

Voici 2 points essentiels pour ma campagne comme président :

– Numéro 1 le salaire minimum.

– Numéro 2 les coûts de l’université.

  1. Si vous augmenter le salaire minimum les prix vont augmenter parce que personne de l’autre côté ne va pouvoir supporter cette augmentation. Donc augmenter le salaire n’est pas du tout une solution et la solution c’est d’augmenter votre productivité et créativité. Á vous de choisir : étudier pour être employé ou étudier pour être employeur comme je l’ai expliqué dans une podcast.
  2. Qu’en est il d’oublier le prix de l’université ? En fait tu n’as pas besoin d’aller à l’université pour avoir une éducation financière car l’école n’enseigne pas d’habiletés ni de compétences pratiques mais seulement des connaissances encyclopédiques inutiles et justes théoriques. Pourquoi s’endetter pour étudier des choses inutiles alors qu’internet nous fournit toute la formation du monde depuis notre téléphone portable. Bien sûr moi j’aurais voulu aller par exemple à Harvard mais pour les connexions, les contacts, le networking et non pour apprendre. J’aurais voulu pouvoir prêter plus d’attention mais malheureusement comme la majorité des étudiants je n’avais pas d’objectif c’est à dire que je ne savais pas où je voulais aller. Mais dans notre société c’est ça : les études sont vu comme une fin et non comme un moyen. Les gens n’ont pas d’objectif précis et ils ne savent pas ce qu’ils vont faire en fait une fois diplômé. Voilà le problème : l’université n’apporte pas la sécurité financière. J’ai déjà écris un article expliquant que l’école n’enseigne pas la création de richesse.

Peu importe qui gagne les élections, ce qui importe c’est d’être 100 % au contrôle de votre propre économie.

Vous devez avoir seulement cela en tête : avancer vers la réalisation de vos objectifs.


Téléchargez mon ebook !
J’ai un nouveau prix maintenant il est à 15 € donc allez-y téléchargez le et investissez en vous même !

Investir en vous même = voter em vous même et en personne d’autre.