“Être normal”. Questionner le principe de normalité, biais de désirabilité sociale par Bryan Caplan.

J’ai toujours été différent et me suis senti différent. Mais à ce stade de ma vie, j’ai l’impression de bien comprendre les gens qui ne sont pas différents les uns des autres. Si vous êtes toujours perplexe, mes amis différents, un principe simple capture ce que vous devez savoir.

Le principe de normalité:

Une personne normale dit ce que les autres disent et fait ce que font les autres.

Notez que ce principe capture deux caractéristiques distinctes de la normalité.

Premièrement, le conformisme.

Les gens n’aiment pas exprimer des opinions ou prendre des mesures à moins que d’autres personnes n’expriment les mêmes points de vue et prennent les mêmes mesures.

Deuxièmement, le gouffre entre les mots et les actions.

C’est à dire aucun encouragement de notre société à mettre les actions en harmonie avec les paroles – ou les paroles en harmonie avec les actions. Le manque de skin in the game selon l’expression de Nicolas Taleb faisant qu’ils ne risquent rien.

Exemple: une personne dira: «Nous devrions faire tout notre possible pour lutter contre le réchauffement climatique» – tout en ne faisant aucun don à des organismes de bienfaisance environnementaux.

Comment peuvent-ils faire face à la dissonance cognitive? Parce que cette expérience psychologique leur est étrangère. Les médias leurs donnent des concepts à répéter. La partie conceptualisation a déjà été réalisée; circulez il n’y a rien à voir, faites confiance aux autorités bienveillantes…

Voyez vous cette «dissonance» ?

Le biais de désirabilité sociale est bien plus qu’un biais; c’est leur mode de vie.

Une fois que vous avez compris ce biais de désirabilité, mes amis différents, vous êtes également prêts à vous regarder dans le miroir et à comprendre la différence dans toutes ses manifestations.

Alors que certaines personnes différentes présentent de multiples manifestations, je pense que la plupart des personnes différentes insistent fortement sur une seule.

Manifestation # 1:

Dire des choses non conventionnelles. Certaines personnes différentes aiment parler de sujets différents, bizarres, rebutants ou socialement désapprouvés, malgré une forte pression sociale. Ils vivent pourtant toujours comme les autres mais disent juste des choses bizarres.

Manifestation # 2:

Faire des choses non conventionnelles. Certaines personnes différentes se concentrent sur des choses étranges, rebutantes ou socialement désapprouvées, encore une fois malgré une forte pression sociale. Imaginez l’entrepreneur faisant quelque chose dit d’impossible et vu comme un fou, le nerd, le collectionneur de timbres, l’expert dans un domaine très spécialisé, le polyamoriste, le punker, le Hare Krishna (dans les sociétés occidentales) ou le junkie ou plein d’autres catégories sortant du conformisme, de la « bien pensance » qui ne se risque à rien. Ils parlent comme tout le monde mais ils font juste des choses différentes.

Manifestation # 3:

Sur l’intégrité du bien…

Un tiers des personnes différentes commencent des réflexions par des prémisses verbales “plausibles”, voire populaires, dites du bon sens commun. Puis ils assomment le reste du monde en s’efforçant de mettre leur comportement en stricte conformité avec ces prémisses. C’est la fausseté du virtue signaling que l’on voit surtout online : “regardez moi comme je suis moralement au-dessus de vous”. Imaginez l’altruiste efficace, le végétarien ou le partisan de l’honnêteté radicale.

Manifestation # 4:

Sur l’intégrité du mal…

Le dernier tiers de personnes différentes commencent des réflexions par des prémisses verbales bizarres qui semblent absurdes. Ensuite, ils horrifient le reste du monde en s’efforçant de mettre leur comportement en stricte conformité avec ces prémisses. Imaginez le radicaliste, l’antifa, le fondamentaliste islamique, le révolutionnaire marxiste-léniniste ou le théonomiste.

Pour souligner l’évidence: la manifestation # 4 est responsable de presque toutes les horreurs politiques des trois derniers siècles.

La plupart des gens différents ne sont pas des fanatiques violents, mais tous les fanatiques violents sont différents. Vu comme cela je peux comprendre pourquoi les gens différents ont tendance à effrayer les gens non différents.

Pour défendre la différence, cependant, je dois souligner que la plupart des changements de nos sociétés proviennent de la manifestation # 2.

Bryan Caplan d’econlib.org

Votre commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s